mardi 18 juin 2024
À qui a profité cette course au centre-ville de Montréal?

À qui a profité cette course au centre-ville de Montréal?

Alors que la Ville leur avait promis une clientèle abondante pendant le week-end, les restaurateurs situés près du circuit de la Formule E étaient déçus samedi de voir leur terrasse presque vide.

«On nous avait dit: “Vous allez voir, pendant l’événement, il va y avoir plein de monde!” Alors on a décidé d’ouvrir les deux jours en continu, samedi et dimanche. Mais pour l’instant, ce n’est vraiment pas concluant», a indiqué sur l’heure du midi Véronique Gratton, propriétaire du restaurant Le Comptoir Lyonnais, situé à l’angle du boulevard René-Lévesque Est et de la rue Plessis.

Craintes fondées

Il y a déjà quelques semaines que des commerçants du centre-ville s’inquiétaient de l’arrivée de la Formule E à Montréal, et leurs craintes se sont concrétisées samedi. 

Habituellement, les citoyens du coin ne se font pas prier pour venir prendre une bouchée ou siroter un verre sur la terrasse du Comptoir Lyonnais, surtout lors d’un samedi ensoleillé. Mais cette fois, Mme Gratton a dû patienter jusqu’à 14 h pour que quelques clients se pointent.

Un peu plus loin, au restaurant La Diva, les tables de la terrasse étaient tout aussi inoccupées.

«On n’a personne»

«Ici, on n’a personne, mentionnait le serveur Jean-Louis Trudeau. Heureusement, le propriétaire du resto a pu avoir une tente sur le site [de la Formule E], alors on vend des sandwichs là-bas.»

À la poissonnerie La Mer, la journée s’est déroulée comme les propriétaires l’avaient prévu, c’est-à-dire sans clients.

«Tout à l’heure, il y a eu un mouvement de foule dans le magasin, mais c’était tous des gens qui cherchaient des toilettes. J’ai zéro client», a déploré le directeur des opérations du commerce, François-Xavier Dehédin.

«La fête dure deux jours, mais pour les gens du quartier, le bordel dure trois semaines, a-t-il ajouté. C’est malheureux.»

Du côté des citoyens, les avis étaient partagés. Alors que plusieurs résidents du centre-ville se réjouissaient de pouvoir regarder les courses de leur balcon, d’autres fulminaient en voyant que les inconvénients reliés à l’événement continuaient de s’accumuler.

Thierry Zambo, qui habite à quelques mètres du circuit, sur la rue Saint-Antoine, a dû installer un ruban jaune devant chez lui pour éviter que les passants piétinent complètement le terrain.

«On n’est pas contre la Formule E, on est contre la façon dont ç’a été fait et dont la Ville nous a traités, a-t-il expliqué. On a posé des questions et on a donné des suggestions, mais on n’a pas eu de réponse.»

D’autres aiment

André et Francine, un couple résidant au coin des rues Saint-Antoine et Saint-Christophe, avaient quant à eux sorti leurs chaises de camping pour admirer les voitures électriques qui passaient à grande vitesse tout près de leur demeure.

«On entend juste du négatif sur cet événement-là, mais nous, on aime ça, disait l’homme. Il y a des petits inconvénients de circulation, mais ce n’est pas grave. Il fait beau et c’est festif!»

Des billets de l’ePrix contre de la bière

Un bar de la rue Ontario offre de la bière en échange des billets gratuits que des résidents ont reçus pour assister à la Formule E.

Cette initiative de la Station Ho.st, sur la rue Ontario, se veut un geste de solidarité envers les citoyens affectés négativement par l’événement.

«Il y a plein de billets qui ont été donnés aux résidents dans les alentours du circuit, mais beaucoup de gens ne savent pas quoi faire avec. Soit ils ne sont pas des amateurs de course automobile, soit ils sont fâchés contre l’événement. Alors nous, on a décidé de leur offrir une bonne bière en échange», a expliqué le propriétaire, Frédéric Cormier.

D’ici le 4 août, date du quatrième anniversaire de la Station Ho.st, les clients qui se présenteront avec un billet «hôte» de l’ePrix recevront une bière de microbrasserie.

Clients refroidis

Frédéric Cormier a lui-même perdu beaucoup de clients en raison de l’arrivée de la Formule E.

«Avec seulement 19 jours de préavis, on nous a demandé d’enlever notre terrasse. Juste le jour qu’on l’a fait, j’ai vu au moins une quarantaine de personnes revirer de bord», a-t-il dit.

Selon lui, l’interdiction de stationnement des deux côtés de la rue Ontario à l’occasion de l’événement refroidit les clients, mais empêche aussi les fournisseurs de livrer leurs marchandises.

«Dès qu’un camion s’arrête pour une livraison, il y a une police en arrière qui l’oblige à avancer, sinon il a un ticket», a dénoncé M. Cormier.

M. Cormier dit que la Ville fait la sourde oreille. «On ne reçoit aucune information, on n’est jamais entendus ou écoutés, on est juste mis devant les faits accomplis», a-t-il dit.

Source: TVA Nouvelles du 29 juillet 2017