vendredi 27 mai 2022

La SAQ se débarasse de Twist

Après avoir vu ses profits baisser pour la première fois en 2013-2014, la Société des alcools met fin à ses prétentions internationales et se déleste de sa filiale Twist, dont elle détient 50% des actions.


La fin du twist
Le grossiste en vin Twist, qui visait à tirer profit de l'expertise de la SAQ sur le marché international, est à vendre. La SAQ (50%) et ses partenaires, le Fonds de solidarité FTQ (25%) et Fondaction de la CSN (25%), négocient actuellement avec un acheteur intéressé à reprendre les activités déficitaires de Twist, a fait savoir hier la porte-parole Isabelle Merizzi.

Au cours des trois dernières années, la SAQ a encaissé des pertes de respectivement 1,1 million, 2,8 millions et 7,0 millions avec sa participation de 50% dans Twist.

- 2,7%

La SAQ affiche un bénéfice net de 1 milliard pour l'exercice clos à la fin du mois de mars. C'est une baisse de 2,7% par rapport à l'exercice précédent. Le gouvernement québécois, qui attendait un dividende de 1,057 milliard, a reçu 54,3 millions de moins.

Les ventes totales ont augmenté de 1%, à 2,9 milliards. Mais les ventes en volume ont diminué de 0,9%. La SAQ ne prévoit aucune augmentation pour l'exercice en cours.

Les Québécois ont donc visité moins souvent la SAQ l'an dernier et ont acheté moins. Mais ils ont dépensé en moyenne 46,19$, soit 5,2% de plus que l'an dernier. Cette augmentation peut s'expliquer par la hausse des prix, mais la SAQ l'attribue à «l'évolution qualitative des achats effectués par les clients».

Cibles ratées
La SAQ avait comme objectif d'augmenter ses ventes de 4%, alors que la hausse n'a été que de 1%. De même, la cible de 1371$ de ventes au pied carré n'a pas été atteinte. Les dépenses ont par contre augmenté de 5,7%, ou 29,5 millions, par rapport à l'exercice précédent. Les dépenses représentent 18,8% des ventes de la SAQ, comparativement à 18,0% à l'exercice précédent.


La suite sur ce lien!

NOTE DE L'ÉDITEUR

Lors de la conférence de presse qui annonçait le lancement de Twist, j'étais le seul média spécialisé en vin présent au Pied du Courant. Je n'avais pas posé de questions, pour ne pas attirer l'attention des médias traditionnels! À mon avis, ce n'est pas une excuse de la baisse des ventes pour se débarasser de cette division. Le commerce à l'international ne se fait pas en claquant les doigts, celà prend des années de démarchage, et la preuve flagrante est avec les succès remportés par  Bombardier sur l'échiquier mondial.

À propos de l' auteur

Je suis un «réseauteur dans l’âme» et je suis en charge du développement des affaires dans les réseaux de l'agroalimentaire, des alcools et de l'hospitalité (HRI-HORECA). Mes objectifs sont de vivre en très bonne santé financière, en équilibre et en harmonie. Lire la suite...