vendredi 19 avril 2024
Caves en vente et acquisitions majeures. Felluga, Tasca, Trabucchi, et les autres : la crise du vin italien s’aggrave

Caves en vente et acquisitions majeures. Felluga, Tasca, Trabucchi, et les autres : la crise du vin italien s’aggrave

Première règle du jeu : «Tout est à vendre. C’est juste une question de prix.» Il n’est donc pas surprenant qu’en cette période délicate, le monde du vin soit particulièrement agité. La baisse de la consommation, l’effondrement des exportations et la hausse des coûts sont certainement d’excellentes raisons de se mettre sur le marché.

D’autre part, la règle de l’acheteur est la suivante : « Les affaires se font lorsque vous achetez, pas lorsque vous vendez. » Réussir à négocier un bon prix, en tirant précisément parti de l’incertitude de l’avenir évoquée ci-dessus, est le mantra de ceux qui ont des liquidités et des objectifs à long terme de leur côté.

Lorsque ces deux choses sont réunies, le jeu est lancé. À l’heure actuelle, dans le grand jeu de hasard des vignobles italiens, plusieurs pièces sont en mouvement : ce n’est qu’une question de temps et de signatures. Gambero Rosso a essayé d’anticiper les mouvements du jeu.

L’expansion de Tommasi dans le Frioul avec Felluga 

Commençons par la partie nord de notre gamme viticole, où, reprenant un vieil adage, nous pourrions dire que ça tonne, ça tonne mais la pluie ne veut toujours pas venir. Les rumeurs remontent à la fin de l’année 2023, mais ces dernières semaines, elles se font de plus en plus insistantes : Tommasi, la grande entreprise de Valpolicella, approche de la conclusion de l’affaire Felluga. Ce n’est pas encore officiel, et il ne s’agira pas d’une véritable acquisition mais plutôt d’un partenariat entre la famille Tommasi et Ilaria Felluga. 

L’entreprise de Vérone a élargi ses activités en 1997 avec l’acquisition de 240 hectares de Poggio al Tufo en Toscane et, comme cela s’était produit avec d’importantes entreprises piémontaises des années plus tôt, il semblait que le développement devait s’arrêter à Grosseto. Cependant, à partir de 2012, le développement de l’entreprise a connu une accélération soudaine, d’abord avec l’achat de Masseria Surani, d’une centaine d’hectares à Manduria, auxquels se sont ajoutés 90 autres à Oltrepò Pavese di Caseo, et rapidement le domaine Casisano à Montalcino. En 2016, c’était au tour de Paternoster en Basilicate, tandis que ces dernières années, Tommasi a également atterri à Orvieto avec une superficie de 50 hectares et sur l’Etna, où la propriété s’étend sur 15. Entre-temps, il y a eu une importante collaboration avec Tenuta La Massa à Panzano in Chianti Classico et avec Nicolis à San Pietro in Cariano in Valpolicella, où l’entreprise est entrée en tant que partenaire et non en tant que propriétaire. Cette dernière formule sera à nouveau proposée avec la société Felluga.

unnamed 2Marco Felluga, la vigne

Ilaria Felluga, à la tête de l’entreprise fondée par son grand-père Marco en 1956, apporterait avec elle Russiz Superiore, une réalité avec une solide plate-forme viticole s’étendant sur 50 hectares à Collio, et Marco Felluga, une marque qui s’appuie principalement sur la collaboration avec des fournisseurs locaux. La gestion et la direction technique resteront fermement entre les mains de la famille Felluga.

Avec cette dernière opération, la maison Pedemonte, dirigée aujourd’hui par Pierangelo Tommasi et avec son cousin Giancarlo à la direction technique, renforcerait sa position de leader de l’œnologie nationale, en atteignant le contrôle direct ou par le biais de partenariats d’un vignoble qui s’étend aujourd’hui sur près de 900 hectares dispersés dans de nombreuses appellations parmi les plus importantes d’Italie, avec une production qui, jusqu’à hier, était principalement axée sur les vins rouges, mais avec ce développement enrichirait la portefeuille avec une importante sélection de vins blancs haut de gamme à ajouter principalement à Lugana.

Trabucchi à Dal Forno et Ca' Bianca à Begali 

En restant dans le Nord-Est, il n’y a pas que les grands groupes qui changent de mains. Il y a aussi des entreprises plus petites mais de grande valeur qui sont touchées par ce phénomène, ce qui souligne une fois de plus la grande transformation que connaît l’entrepreneuriat viticole italien. En février, Luca et Michele Dal Forno, qui ont quitté l’entreprise familiale fondée par leur père Romano en 2020, ont acquis la propriété Trabucchi d’Illasi, un splendide domaine de 25 hectares dans la zone orientale de Valpolicella dédié presque exclusivement à la production des rouges historiques de Véronèse.

Au lieu de cela, il y a quelques jours à peine, nous avons appris que la petite mais prestigieuse cave Begali avait acquis l’ensemble de la propriété de Ca' Bianca sur la colline de Castelrotto de la famille Cesari. Cette opération, qui fait suite à la vente de l’entreprise au groupe Caviro en 2014, marque effectivement le départ de Cesari du monde de l’Amarone.

Signorvino vers l’acquisition de la Villa Bucci 

Passons aux Marches, où les mouvements concernent l’une des entreprises les plus distinctives des Castelli di Jesi : Villa Bucci, qui devrait être rachetée par le groupe Oniverse de l’entrepreneur vénitien Sandro Veronesi, universellement connu à travers de multiples marques liées au monde de l’habillement (parmi lesquelles Calzedonia, Tezenis, Intimissimi, Falconeri) mais également actif dans le segment du vin à travers la chaîne de cavistes et de bars à vin Signorvino.

N’oubliez pas que la Villa Bucci est pour de nombreux amateurs le plus haut sommet de Verdicchio. Le jugement flatteur est le résultat de plus de quarante millésimes avec une constance qualitative orientée vers le haut et de l’habileté incontestable d’Ampelio Bucci à créer, en concurrence avec le vigneron du Trentin Giorgio Grai, un style particulier, difficilement imitable, latéral quand il n’est pas ouvertement réfractaire par rapport au cours des tendances. La mort de Grai en 2019 a ravivé la question : quel sera le sort de l’entreprise ? La curiosité repose sur le fait qu’Ampelio, né en 1936, malgré la verve avec laquelle il promeut et parle encore aujourd’hui de son entreprise, n’a pas trouvé de figure au sein de la famille qui puisse le remplacer. Ainsi, au cours des dernières années, une couverture de bavardages s’est créée, souvent basée sur des spéculations personnelles, au sujet d’un changement inévitable de propriétaire. Les habituels « bien informés », toujours réfutés, ont prédit à plusieurs reprises l’arrivée de riches acheteurs : parmi les magnats étrangers, les entrepreneurs nationaux très actifs dans la commercialisation des produits agroalimentaires, et même un grand nom de l’œnologie piémontaise désireux d’ajouter un bijou blanc à sa collection personnelle de grands rouges, ils ont entendu - littéralement - toutes sortes de choses. Cette fois, cependant, la nouvelle semble avoir une base solide.

Le transfert à Oniverse, résultat d’une longue négociation conclue avec succès début 2024, sera probablement officialisé lors du prochain Vinitaly. L’expansion du groupe Veronesi est démontrée par les dernières opérations : au cours de l’année écoulée, les acquisitions de La Giuva, la cave fondée par le célèbre entraîneur de football Alberto Malesani au nord de Vérone, de Tenimenti Leone dans la région des Castelli Romani et de plusieurs hectares de vignes dans les environs d’Alghero pour le groupe.

Renzo Rosso en ligne de mire Montalcino 

Région différente, fonctionnement différent. Impossible de ne pas parler de Montalcino, où l’intérêt reste extrêmement élevé et où les prix des vignobles ont atteint des chiffres vertigineux (jusqu’à 900 000 euros l’hectare). Dans une récente interview accordée à Gambero Rosso (à paraître dans le numéro d’avril), le propriétaire de Diesel, Renzo Rosso, a déclaré que son prochain investissement pourrait être dans le pays du Brunello. Après l’Etna et les Langhe, Montalcino serait en effet le coup parfait pour compléter le trio.

D’après une brève reconstitution territoriale, il apparaît que le domaine Pinino sur la colline de Montosoli dans la zone nord de Montalcino est actuellement sur le marché. Apparemment, Genagricola, qui s’occupe de sa distribution depuis l’année dernière, pourrait ne pas être intéressé par son achat, bien que le groupe d’assurance soit en phase d’expansion à travers la holding Leone Alato ; la dernière opération concerne l’annexion de Vigneti Fassone dans le Piémont, tandis que l’année dernière, en Toscane, elle a acquis la cave biodynamique Duemani, dans la province de Pise.

En ce qui concerne Pinino, cependant, en dehors de la distribution, aucune offre n’a été faite par Genagricola elle-même. Ces derniers mois, on a parlé d’un certain intérêt - qui s’est ensuite estompé - de la part du groupe Frescobaldi, mais il y a encore peu de concret. Sauf pour le prix, qui devrait avoisiner les 12 millions d’euros négociables. Après tout, le calcul est simple : les hectares sont au nombre de dix, considérés au maximum de leur valeur sur le marché.

D’Argiano à Castello di Neive 

Marche arrière pour l’entrepreneur brésilien André Esteves qui, de Montalcino, pourrait se diriger directement vers le Piémont. Un peu plus de dix ans après son arrivée réussie en Toscane, le propriétaire d’Argiano (une propriété qui a vu cette année son Brunello 2018 couronné meilleur vin du monde par Wine Spectator) aimerait s’étendre au-delà de la région. Dans le Piémont, le choix pourrait se porter sur le Castello di Neive, propriété depuis les années 1960 de la famille Stuoino. L’absence d’héritiers serait la raison qui a conduit le propriétaire actuel à le mettre sur le marché. Et certains sont prêts à parier que la poignée de main est désormais à portée de main.

unnamed 5

Tenuta Capofaro à Salina

Un million d’euros pour Tenuta Capofaro 

Enfin, les regards sont tournés vers la Sicile, où la restructuration de la société Tasca D’Almerita, après la mort du comte Lucio, implique la vente de Tenuta Capofaro à Salina, qui représente un peu un trou noir dans l’univers de Tasca. Acheté il y a une vingtaine d’années, le domaine, situé sur la commune de Malfa, comprend environ 6,5 hectares de vignes. Une véritable exception pour l’île éolienne, où toutes les propriétés viticoles sont divisées en petites parcelles. Prix demandé : un million d’euros. Ce n’est pas exactement une somme à la portée de tous.

Cependant, il se dit sur l’île qu’un acheteur potentiel de Toscane s’est déjà manifesté pour placer son premier drapeau en Sicile. Tout porte à croire qu’il s’agit du groupe Antinori. Il reste à voir si celui qui se lance dans l’affaire sera également prêt à acquérir le complexe attenant : 27 chambres avec vue sur la mer, avec un restaurant et un phare attenant (après rénovation, il est loué à la famille Tasca). Mais pour l’avoir, il faut mettre 7 millions d’euros supplémentaires sur la table.

Lire l'article original (en anglais)