mardi 23 juillet 2024
Un vin québécois devrait obligatoirement être issu de cépages du terroir de la belle province

Un vin québécois devrait obligatoirement être issu de cépages du terroir de la belle province

Vin embouteillé au Québec, vin origine Québec et vin préparé au Québec. Lequel de ces trois produits est 100 % local ? Ces différents identifiants utilisés par la SAQ pour classer les bouteilles entretiennent la confusion auprès des consommateurs, dénonce le Conseil des vins du Québec (CVQ).

Il accuse dans la foulée certaines entreprises dont les produits viticoles ne sont pas entièrement élaborés ici de jouer, à tort, la carte de l’achat local. Son président, Louis Denault, va jusqu’à parler de « fraude ».

« Ceux qui utilisent par la bande l’étiquette “Vin du Québec”, c’est un peu de la fraude », a-t-il lancé sans détour, lors de l’assemblée générale de l’association, jeudi à Drummondville.

Retour en arrière. Il y a quelques mois, des vins de la gamme Pas Sages, élaborés avec des vignes canadiennes, mais embouteillés à Rougemont et dont les étiquettes ont été créées par des artistes d’ici, se sont retrouvés à la SAQ sur les tablettes de la section réservée aux vins québécois, celle identifiée avec le pictogramme Origine Québec.

« On est encore montés au créneau. On a pété un plomb », a raconté en entrevue M. Denault, ajoutant dans la foulée avoir fait part à plusieurs reprises à la société d’État de son mécontentement par rapport à la présence de ces différents identifiants, tous affublés d’une fleur de lys.

«Le consommateur voit Québec partout. À un moment donné, c’est comme si tout était local. [Même chose à l’épicerie] où les gens pensent que les vins Bù – de la sommelière Jessica Harnois – sont des vins québécois. C’est tentant d’aller jouer là. C’est vendeur, le local.» – Matthieu Beauchemin, propriétaire du Domaine du Nival, à Saint-Louis

Lire la suite: La Presse du 20 mars 2023