jeudi 16 septembre 2021
La France et son éternel combat pour la défense de l'appellation champagne

La France et son éternel combat pour la défense de l'appellation champagne

Préservatif, parfum ou sodas estampillés « champagne » : on trouve de tout parmi le millier de pièces saisies par les autorités françaises qui combattent les contrefaçons et traquent, partout dans le monde, les moindres utilisations abusives du nom.

« C’est la rançon de la gloire », estime Roxane de Varine-Bohan, l’une des cinq juristes du service « préservation de l’appellation » à Épernay, 140 km à l’est de Paris, aussi discret que stratégique, du puissant Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC) qui défend 16 200 vignerons et 360 maisons de champagne.

Chaque année, en collaboration avec les autorités françaises et étrangères, il traite environ mille affaires, dans 80 pays.

L’un des derniers dossiers s’est ouvert en juin, lorsque la Russie a adopté une nouvelle loi prévoyant que seuls les vins effervescents russes pourront s’appeler « champagne », tandis que les champagnes français devront s’étiqueter en « vin pétillant ».

Depuis, trois ministres français « ont écrit à leurs homologues russes pour demander la suspension de cette loi », rappelle le directeur général du CIVC, Charles Goemaere, qui « espère une réponse en septembre ».

Lire l'article complet: La Presse du 31 août 2021

Commentaires des lecteurs