lundi 24 juin 2024
L’entreprise britanno-colombienne Fresh Prep Foods rachète Cook it Photo: Martin Tremblay, archives La Presse

L’entreprise britanno-colombienne Fresh Prep Foods rachète Cook it

Les finances de Cook it s’étaient tellement détériorées depuis la « sortie de pandémie » que son conseiller spécial se demandait si le spécialiste du prêt-à-cuisiner et du prêt-à-manger avait suffisamment d’argent dans ses coffres pour « passer la période des Fêtes ».

Pour sauver les meubles, l’entreprise fondée par Judith Fetzer s’est retrouvée dans une course contre la montre où elle a dû insister pour recevoir des offres d’achat, ce qui a mené au dépôt d’une proposition par l’entreprise britanno-colombienne Fresh Prep Foods.

« Au début, on avait des craintes que les liquidités ne nous permettent pas de passer la période des Fêtes », a raconté Jean Gagnon, de Raymond Chabot, lundi, devant le juge Michel Pinsonnault, de la Cour supérieure du Québec. « Les liquidités étaient très serrées. »

Celui qui a agi comme syndic dans ce dossier témoignait dans le cadre d’une audience visant à obtenir l’aval du tribunal pour officialiser la vente de Cook it, qui avait déposé un avis d’intention de faire une proposition en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité le 29 janvier dernier. Mme Fetzer était présente, mais la femme d’affaires n’a pas témoigné. Le magistrat a donné le feu vert à la transaction.

Le prix de vente n’a pas été divulgué, mais il est inférieur à 2,3 millions, la somme due aux créanciers garantis de l’entreprise, constate-t-on à la lecture du rapport de M. Gagnon.

Lire l'article complet dans La Presse du 6 février 2024