mardi 9 août 2022
Budget du Québec : aucune nouvelle mesure pour la relance de la restauration Collection Assemblée nationale, crédit photo Claude Mathieu

Budget du Québec : aucune nouvelle mesure pour la relance de la restauration

Bien que le budget prévoie un montant de 500 $ pour tous les contribuables ayant un revenu de moins de 100 000 $, une somme qui pourra mener les consommateurs à manger davantage au restaurant, l’Association Restauration Québec (ARQ) déplore qu’aucune nouvelle mesure directe n’ait été ajoutée au budget 2022-2023 du gouvernement du Québec pour aider à la relance de l'industrie de la restauration.

Avec plus de 3 700 établissements de restauration qui ont fermé leurs portes en raison des nombreux mois de fermeture, l’ARQ se serait attendue à des mesures permettant une relance réelle d’une industrie qui est présente dans toutes les communautés du Québec.

Sans nécessairement se limiter au maintien de l’aide financière pour l’industrie, l’ARQ croit que le gouvernement aurait pu opter aussi pour des changements réglementaires permettant de l’innovation dans notre secteur en permettant de vendre du vin comme un caviste ou en allégeant le fardeau administratif en retirant, par exemple, le timbre de droit sur les bouteilles d’alcool dans les bars et restaurants.

Le défi de la main-d’œuvre reste entier

Aussi, le budget est avare de mots sur la pénurie de main-d’œuvre. Depuis plusieurs années, pourvoir les postes nécessaires pour exploiter un restaurant est le défi numéro un des exploitants. L’ARQ aurait aimé voir des mesures permettant d’aider les exploitants de la restauration à obtenir rapidement des travailleurs étrangers temporaires ou à défiscaliser les revenus des retraités revenant travailler à temps partiel.

Toutefois, il faut noter quelques faits saillants mentionnés dans le budget, sans être des nouveautés pour certains, qui pourraient être intéressantes pour la restauration et l’hôtellerie :

  • Une enveloppe de 15 millions sur 5 ans pour augmenter la visibilité des emplois du bioalimentaire et bonifier les efforts en formation continue et de diplomation dans les programmes du secteur bioalimentaire.
  • La mise en place du MEV Web pour l’industrie du restaurant et des bars à compter du printemps 2023. Il ne sera donc plus nécessaire d’envoyer le sommaire périodique des ventes tous les mois.
  • Une modification à la Loi sur les infractions en matière de boissons alcooliques sera apportée pour permettre la destruction des boissons alcoolisées saisies à la suite d’une infraction sans attendre la décision d’un tribunal.
  • Une enveloppe de 7 millions pour les établissements hôteliers au travers du Programme de remboursement de la taxe sur l’hébergement.

Commentaires des lecteurs