jeudi 26 janvier 2023
Luc-Antoine Cauchon vend des paniers de pain dans une ruelle de Villeray

Luc-Antoine Cauchon vend des paniers de pain dans une ruelle de Villeray

Luc-Antoine Cauchon aime être derrière les fourneaux. Pour ce diplômé de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ), la pandémie a « compliqué » la pratique du métier de cuisinier.

Après avoir travaillé quelque temps dans une boulangerie, l’homme, qui, pour se « désennuyer », se plaisait à confectionner pain, biscuits et brioches pour ses voisins, a décidé de lancer sa propre entreprise. C’est maintenant dans sa cuisine qu’il pétrit sa pâte et vend du pain… dans la ruelle pour gagner sa vie.

L’innovation

À l’instar des producteurs qui vendent des paniers de légumes biologiques, M. Cauchon distribue ses paniers de pains et de douceurs sur une base hebdomadaire, dans la ruelle située à environ 15 m de chez lui, d’où le nom de son entreprise, Boulangerie de ruelle. Les commandes sont passées à l’avance. Il sait donc exactement quelle quantité produire. Les abonnés paient une somme de 250 $, ce qui leur permet d’avoir un panier familial pendant 10 semaines, et ils vont chercher leur pain et d’autres produits de boulangerie frais chaque mercredi, dans la ruelle derrière le Théâtre aux Écuries, situé dans le quartier Villeray à Montréal. Luc-Antoine Cauchon transporte ses paniers jusqu’à son stand à l’aide d’une brouette.

Si son modus operandi est différent de ce que font bien d’autres entreprises, en quoi ouvrir une boulangerie dans un quartier déjà bien servi « côté pain » est-il original ? « Ce qu’on a dans le quartier, ce sont des boulangeries soit maghrébines, soit italiennes, répond-il. Il n’y a pas beaucoup de pain au levain bio. C’est ce qu’on offre qui nous démarque des autres. »

«C’est [un concept] presque zéro carbone et zéro déchet. Ce qui me rend mal à l’aise avec la boulangerie en général, c’est qu’il y a tellement de pertes…» – Luc-Antoine Cauchon, fondateur de la Boulangerie de ruelle

Lire l'article complet: La Presse du 28 février 2022

Commentaires des lecteurs