jeudi 26 janvier 2023
Catherine Leblanc, nouvelle concierge Clefs d’Or au Château Frontenac

Catherine Leblanc, nouvelle concierge Clefs d’Or au Château Frontenac

NOTE DE L'ÉDITEUR
La profession de concierge est digne d'un ambassadeur de pays. En Grande-Bretagne, on raconte que les concierges ont leur propre chauffeur privé au service de la clientèle. Un(e) concierge se doit d'avoir des contacts dans toutes les sphères de la société et avoir un sens de la diplomatie inégalé, tout en maîtrisant quelques langues parlées.
De ma promotion 76 de l'ITHQ, nous avons été trois à pratiquer cette profession, qui est la plus enrichissante sur le plan humain et financièrement parlant : feu Pierre Boulet, Louis Tremblay, qui a été le chef-concierge du Pam Pacific à Vancouver et qui est maintenant à Victoria, ainsi que moi qui fut, au tout début de ma carrière en 1976, au Méridien du Complexe-Desjardins à titre de bagagiste-concierge. Pour ma part, c'est un changement de trajectoire qui a changé mon destin. :)

 

« En ce moment, on est 7 concierges Clefs d’Or au Château Frontenac à Québec [sur la quinzaine que constitue l’équipe], on est donc l’hôtel avec le plus de Clefs d’Or au Canada ! », annonce Catherine Leblanc, qui vient de devenir membre de l’organisation regroupant quelque 4000 concierges d’hôtel de 80 pays différents.

Elle a découvert le métier en 2010, lors de sa technique en gestion hôtelière. « Être concierge n’est pas très connu car il n’y en a pas encore dans tous les hôtels ; ce sont surtout les hôtels haut de gamme qui proposent ce service. Quand je me présente, les clients pensent parfois que je travaille à l’entretien ménager », raconte-t-elle. Elle a commencé en 2014 avec un poste saisonnier au Fairmont Le Château Frontenac. « C’est Anne McKenna qui m’a engagée. Elle avait déjà ses Clefs, c’est même l’une des fondatrices du chapitre à Québec, ça m’a donc incitée à rejoindre cette belle famille qui est très soudée avec 16 membres. »

Pour devenir Clefs d’Or, Catherine Leblanc devait accumuler un minimum de cinq ans en hôtellerie, dont trois ans comme concierge à temps plein. « Le métier est axé sur le service à la clientèle : cerner les besoins, les anticiper et être capable de fournir encore plus. On ne sait jamais quelle demande on va recevoir, donc on a jamais deux journées identiques. On est les personnes qui rendent l’impossible possible, dans la mesure du légal ! »

Les clients peuvent aller à sa rencontre quand elle est dans le lobby, mais nombreux sont ceux qui écrivent à l’hôtel avant leur arrivée. Certains s’y prennent un an à l’avance pour planifier un mariage ou encore une réunion de famille. Si des demandes fréquentes reviennent - comme les bonnes adresses pour manger, les activités pour voir les baleines l’été et les sorties en traîneau à chiens l’hiver -, d’autres sont plus atypiques, comme l’organisation d’une soirée karaoké dans la suite Céline Dion.

Lire l'article complet: HRImag du 11 février 2022

Commentaires des lecteurs