dimanche 3 mars 2024
DERNIÈRE HEURE – La distillerie La Chaufferie fermée définitivement...

DERNIÈRE HEURE – La distillerie La Chaufferie fermée définitivement...

Une autre vraie microdistillerie qui tombe au combat principalement en raison des lois, règlementations et taxes en vigueur infligées à cette industrie naissante!

C’est d’autant plus triste, que l’endroit était magnifique et chaleureux à visiter, que Vincent Van Horn, distillateur et cofondateur, mettait un point d’honneur à travailler avec des producteurs locaux pour faire ses spiritueux du grain à la bouteille.

En tant que consommateurs, on peut soutenir les microdistilleries en achetant leurs produits, bien sûr, également en les visitant et en partageant l’expérience autour de nous, mais il y a un point à ne pas négliger, c’est à toutes les élections, en demandant à ceux qui se présentent ce qu’ils comptent faire concrètement pour permettre à ces artisans d’être en mesure de développer leur entreprise en gardant la tête hors de l’eau.

En espérant qu’il y aura quand même une suite, en attendant, merci à tout ceux qui ont participé à l’aventure et nous ont permis de passer de bons moments en leur compagnie ou à déguster leurs produits.

saq.com/Chaufferie

Source: Distilleries Canada


À lire aussi:

La distillerie La Chaufferie en eaux troubles

Face à d’importantes difficultés financières, l’avenir de la distillerie La Chaufferie située à Granby est compromise. Cette entreprise locale risque la faillite, a appris La Voix de l’Est.

Le 21 décembre dernier, la distillerie La Chaufferie a déposé un avis d’intention de faire une proposition, une procédure en vertu de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité qui permet aux entreprises en difficulté financière de restructurer leurs activités.

Selon des documents obtenus auprès du Bureau du surintendant des faillites, l’entreprise cumule des dettes totalisant 2 011 719$. Elle dépend d’une quarantaine de créanciers.

Le président de la distillerie La Chaufferie et coactionnaire, Bryan Furlong pointe du doigt la Société des alcools du Québec (SAQ) pour justifier la situation qui pourrait mener son entreprise à la faillite.

«Nous sommes pieds et poings liés avec la SAQ. Nous ne pouvons pas vendre librement nos alcools du terroir.» — Bryan Furlong

Détentrice d’un permis industriel, la distillerie La Chaufferie doit payer à la SAQ des frais de majoration qui englobent le service d’entreposage, le transport des produits ainsi que la manutention dans les succursales. Ce coût supplémentaire s’applique aussi pour les bouteilles vendues sur le site de production. 

«Dans notre cas, la SAQ nous a adressé des factures représentant des centaines de milliers de dollars pour les bouteilles vendues sur place depuis que nous sommes en exploitation. Résultat: nous ne disposons plus de fonds de roulement et l’entreprise est présentement fermée», déplore Bryan Furlong également avocat et conseiller d’affaires chez Archer, en entrevue à La Voix de l’Est.

M. Furlong donne l’exemple du vigneron qui peut vendre directement ses vins à un restaurateur sans passer par la SAQ, ce qui n’est pas le cas des distilleries au Québec.

Fondée en 2017, cette distillerie est installée dans un ancien bâtiment industriel datant de fin 1800 où se trouvait une chaufferie qui alimentait en chaleur les immeubles de l’Imperial Tobacco. La Chaufferie produit un whisky, un gin et une vodka.

Selon Bryan Furlong, la SAQ réduit les achats de produits fabriqués par des distilleries locales de façon drastique. «Nous n’avons pas reçu de commandes de la SAQ depuis décembre. Actuellement, nous essayons de trouver des acheteurs pour nos produits qui sont installés à l’étranger», mentionne Bryan Furlong.

«Nous ne sommes pas les seuls dans ce cas. Toutes les distilleries du Québec sont en péril», ajoute l’homme de loi.

Au moment de publier ce reportage, la SAQ et l’Union québécoise des microdistilleries (UQMD), dont le siège social est situé à Granby, n’avaient pas donné suite à notre demande d’entrevue.

Source: La Voix de l'Est du 18 janvier 2024

Commentaires des lecteurs