dimanche 3 mars 2024
Le miroir aux alouettes frappe durement le domaine brassicole

Le miroir aux alouettes frappe durement le domaine brassicole

Les détaillants de bière spécialisée au Québec font face à une crise majeure. Après une période de croissance rapide, alimentée par la demande accrue pour les bières de microbrasserie, de nombreux magasins ferment désormais leurs portes. Simon St-Pierre de La Baraque à Rimouski, qui avait ouvert six magasins de 2019 à 2021, a vu ses ventes chuter de près de 30 % l'année suivante, le conduisant à la faillite en été 2023. Tite Frette, une autre chaîne, a également subi de lourdes pertes, avec 13 franchisés faisant faillite depuis avril 2022 et d'autres quittant la marque.

La crise est attribuée à divers facteurs, dont l'inflation et la saturation du marché. Les consommateurs, confrontés à une hausse des prix, se tournent vers des options plus économiques, impactant ainsi les ventes de bières spécialisées. Alexandre Caron, ancien chef des succursales Je bois local, reconnaît avoir été aveuglé par les chiffres de la pandémie, admettant que l'ouverture de quatre magasins n'était pas judicieuse.

Des propriétaires comme Rémy du Berger de L’Axe du Malt à Québec tiennent bon, malgré la baisse des ventes. Ils attribuent une partie de leurs difficultés à la lenteur du retour à la normale post-pandémique, notamment avec le télétravail affectant la clientèle habituelle.

Pour survivre, les détaillants comme Jean-François Lamothe, propriétaire de quatre franchises Tite Frette, misent sur la diversification, en intégrant des produits variés dans leurs offres. Karl Magnone, président-fondateur de Tite Frette, souligne l'importance de trouver une "deuxième expertise" pour les détaillants de bières.

Cette crise affecte également les microbrasseries, qui, après avoir augmenté leur capacité de production pour répondre à la demande croissante, se retrouvent maintenant avec des équipements coûteux et une demande en baisse. La fermeture des magasins spécialisés n'est que la partie visible de l'iceberg d'une crise plus profonde dans l'industrie de la microbrasserie.

Lire l'article complet

Commentaires des lecteurs