dimanche 29 janvier 2023
Gaspillage alimentaire: les agriculteurs de Laval vendent leurs surplus aux garderies et hôpitaux pour réduire les pertes

Gaspillage alimentaire: les agriculteurs de Laval vendent leurs surplus aux garderies et hôpitaux pour réduire les pertes

L’initiative intitulée Opération Dernière Chance est le fruit d’une collaboration entre le Conseil régional de l’environnement de Laval et la plateforme d’approvisionnement local Arrivage.

Depuis le début de l’opération, ce sont près de 50 établissements qui ont commandé des surplus dans le Grand Montréal. À travers le projet pilote financé par le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, garderies, hôpitaux, organismes communautaires, commerces, traiteurs et même restaurants reçoivent chaque semaine des surplus de fruits et légumes cultivés à Laval.

Les cinq producteurs de Laval participant au projet pilote ont ainsi ouvert de nouveaux débouchés en circuits courts, parfois à seulement quelques kilomètres de la ferme. «Quand on gère une ferme, il est impossible d’écouler notre production à 100%. Ce projet est très intéressant pour nous car il nous permet de réduire nos pertes et de générer des revenus avec des aliments qui auraient fini au compost. Et puis savoir qu’on nourrit des enfants et des personnes à l’hôpital avec nos produits frais, c’est une fierté !» témoigne Christine Lacroix, copropriétaire des Serres MB Lacroix à Laval.

Pour les acheteurs professionnels, l’opération représente également une aubaine. «On a essayé de nouvelles recettes et on a découvert des légumes que tous les enfants apprécient. Des légumes d’une excellente qualité à des prix vraiment avantageux. Les bouquets de kales étaient gigantesques. Les choux raves sont magnifiques, les choux plats wow, les poireaux sortaient tout juste de la terre…» s'enthousiasme France Brazeau, directrice générale du CPE La Cachette à Laval.

Le 5 mai 2022, Arrivage et le CRE de Laval recevaient le prix de la Catégorie Petites entreprises pour l’Opération dernière chance lors du Gala du CRE-Montréal. «L’accès direct à des produits de fermes locales est souvent complexe, voire impossible pour des hôpitaux, des garderies ou des organismes communautaires. Ce projet pilote démontre qu’en unissant nos forces, nous sommes capables de trouver des solutions très localement à des problèmes de société comme le gaspillage alimentaire ou l’accès à des aliments sains et locaux dans nos institutions publiques», affirme Elodie Morandini, directrice générale du Conseil régional de l’environnement de Laval.

L’opération sera prolongée tout au long du mois de novembre et sera clôturée par un cocktail en présence des producteurs et des acheteurs professionnels ayant participé à l’opération.


À PROPOS D’ARRIVAGE

arrivagelogoIl s’agit d’une plateforme numérique qui facilite les opérations de ventes des producteurs québécois et permet une meilleure accessibilité au marché B2B. Cette startup facilite l’approvisionnement sans intermédiaire redonnant ainsi le plein pouvoir aux producteurs. Restaurateurs, détaillants et institutions accèdent désormais à toute la diversité de nos régions à la source, pour une offre plus locale et plus humaine. Un an après son lancement, la plateforme Arrivage compte déjà près de 1000 utilisateurs professionnels partout au Québec et permet aux producteurs agroalimentaires de prendre les commandes sans aucun intermédiaire.


À PROPOS DU CRE DE LAVAL

crelavallogoLe Conseil régional de l’environnement (CRE) de Laval a été fondé en janvier 1996 par les citoyens et les organismes environnementaux de la région. Sa mission est d’améliorer la qualité de l’environnement et de promouvoir le développement durable. Le CRE de Laval se préoccupe des dimensions sociale, environnementale et économique afin d’assurer un développement qui réponde aux besoins présents sans priver les générations futures d’une qualité environnementale enviable. 

Ce Projet a été financé par le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, dans le cadre du Programme de développement des marchés bioalimentaires.

Commentaires des lecteurs