lundi 25 octobre 2021
L’Institut canadien des politiques agroalimentaires fait l’annonce de ses nouveaux boursiers distingués

L’Institut canadien des politiques agroalimentaires fait l’annonce de ses nouveaux boursiers distingués

Aujourd’hui, l’Institut canadien des politiques agroalimentaires (ICPA) a décerné le titre de boursier distingué de l’ICPA à quatre experts de renom de l’agroalimentaire. Mme Susan Wood-Bohm, Mme Ellen Goddard, M. Ted Bilyea et M. Nicolas Mesly contribueront à la recherche sur les politiques dans les domaines cruciaux de la durabilité environnementale, de l’innovation et de la santé animale, du commerce et de l’eau pour un système agroalimentaire prospère et durable. 

« L’ICPA est heureux de réunir un groupe de chefs de file aussi riche et diversifié, a déclaré Tyler McCann, directeur général. Dans le cadre du mandat de l’ICPA d’élaborer des solutions stratégiques, d’accroître la collaboration et d’améliorer le dialogue, ces boursiers distingués mettront à profit leur expertise pour élaborer des solutions qui transformeront les défis d’aujourd’hui et de demain en possibilités au sein du système agroalimentaire. » 

Ces nouveaux boursiers distingués de l’ICPA puiseront également dans leur vaste expérience pour diriger des projets au cours de la prochaine année. Ils s’appuieront sur l’approche interdisciplinaire de l’ICPA pour transposer les données et les points de vue des intervenants de l’ensemble du système agroalimentaire en mesures concrètes. Les nouveaux boursiers distingués agiront également à titre d’ambassadeurs en encourageant une réflexion stratégique plus approfondie et plus audacieuse sur les enjeux fondamentaux qui touchent le système agroalimentaire du Canada. 

« La recherche sur les politiques est essentielle à l’amélioration du système agroalimentaire, mais encore faut-il la transposer en actions, affirme M. McCann. Nos chercheurs émérites joueront un rôle central en diffusant les résultats de leurs recherches dans l’ensemble du système agroalimentaire et audelà. Ce n’est qu’en réunissant nos connaissances sur les défis d’aujourd’hui de demain et nos solutions fondées sur la recherche que nous pourrons concrétiser notre vision commune d’un système agroalimentaire prospère et durable. »

Les boursiers distingués participeront à leur premier webinaire en direct – After E-day: The challenges and opportunities of the Canada’s next government (Après les élections : les défis et les possibilités du prochain gouvernement canadien) – le 29 septembre à 11 h 30 (HE). À cette occasion, les nouveaux boursiers distingués de l’ICPA feront part de leurs points de vue sur les mesures cruciales et les décisions essentielles que le prochain gouvernement fédéral devra prendre au cours des 100 premiers jours de son mandat pour veiller à la prospérité et à la durabilité du système agroalimentaire au Canada. Inscrivez-vous au webinaire ici.

En mai 2021, l’ICPA a convoqué des chefs de file du gouvernement, de l’industrie, du milieu universitaire et des ONG de partout au pays à son Forum des grandes solutions (FGS). Les experts se sont penchés sur la façon de créer de la prospérité à partir du chaos dans le contexte de la pandémie, des changements climatiques, des perturbations du commerce, des préoccupations en matière de sécurité alimentaire ainsi que de la durabilité et de la prospérité futures du système agricole et agroalimentaire canadien. 

Les boursiers distingués de l’ICPA s’appuieront sur les résultats du FGS, qui a conclu que le système agroalimentaire canadien a un grand potentiel, mais que le secteur a besoin d’un leadership ambitieux, d’une réflexion stratégique, d’une approche systémique et de meilleurs partenariats public-privé pour faire progresser l’intensification durable, adopter une approche de « santé unique », promouvoir le commerce fondé sur des règles et accroître l’agriculture à valeur ajoutée.  


Susan Wood-Bohm, Ph.D.

Susan Wood-Bohm est présidente et cheffe de la direction du cabinet Wood-Bohm and Associates, qui offre des services de consultation stratégique à l’industrie et au gouvernement dans les domaines de l’innovation scientifique, des investissements en recherche et développement et du déploiement de solutions intégrées. 

L’expertise particulière de Mme Wood-Bohm à l’égard du rôle que les systèmes biologiques peuvent jouer dans l’atténuation des changements climatiques et l’adaptation à ces changements a influencé des décisions en matière de politiques et d’investissement à l’échelle provinciale et nationale par l’entremise d’Alberta Innovates Bio Solutions, de la Climate Change and Emissions Management Corporation, d’Emissions Reduction Alberta, de la Fondation BIOCAP Canada et de Bioindustrial Innovation Canada, de même que dans des organisations mondiales comme le Réseau de solutions de développement durable des Nations Unies.

Mme Wood-Bohm est titulaire d’un baccalauréat en sciences en agriculture de l’Université de Guelph, d’une maîtrise en biologie et d’un doctorat industriel en génétique moléculaire de l’Université Queen’s, en collaboration avec Performance Plants Inc. Elle et son mari sont agriculteurs à la ferme patrimoniale Hawthorne Ridge, près de Peterborough, en Ontario.

Domaine d’intérêt : Mesures à la ferme et durabilité de l’environnement  

L’intégration de la durabilité environnementale dans les pratiques agricoles représente à la fois un défi et une occasion pour l’industrie agroalimentaire canadienne. Le projet de recherche portera sur la façon d’utiliser des outils publics et privés pour encourager des mesures substantielles et durables à la ferme afin d’optimiser les répercussions environnementales positives à long terme tout en maintenant une forte compétitivité internationale. Le projet comprendra un examen de la façon dont l’agriculture contribue ou peut contribuer au respect des obligations internationales.

              

Ellen Goddard, Ph. D., M. Sc., B. Sc. 

Mme Ellen Goddard est professeure et présidente du programme de coopération du département de commercialisation et de commerce agricoles à l’Université de l’Alberta depuis décembre 2000. Auparavant, elle a été professeure de négoce agricole à la National Australia Bank et doyenne associée à l’Institute of Land and Food Resources de l’Université de Melbourne. Avant cela, Mme Goddard a travaillé au département d’économie agricole de l’Université de Guelph.  

Au cours des 30 dernières années, les recherches de Mme Goddard ont porté sur la modélisation économique des marchés nationaux et internationaux des produits alimentaires (en particulier la viande) à des fins d’analyse des politiques. Ses recherches actuelles portent sur divers aspects du comportement alimentaire, y compris la réaction des

consommateurs aux incidents liés à la salubrité des aliments, l’intérêt que portent les consommateurs aux étiquettes, la demande d’attributs de confiance, la traçabilité et la certification. Elle a également été (et demeure) une chercheuse principale en sciences sociales (chef de GE3LS) dans cinq grands projets de génomique des animaux (Génome Canada) portant sur l’identification des gènes liés à la résistance aux maladies animales, l’identification des gènes liés à l’efficience alimentaire et l’identification et la surveillance des maladies animales. 

Mme Goddard a récemment siégé au Conseil des aliments locaux de l’Alberta, au Comité d’experts sur les incidences socioéconomiques potentielles de la résistance aux antimicrobiens au Canada du Conseil des académies canadiennes et au Comité directeur sur la confiance du public dans l’agriculture. Elle est également membre de la Canadian Agricultural Economics Society et boursier distingué membre émérite de l’Australasian Agricultural and Resource Economics Society.

Domaine d’intérêt : Approche de « santé unique »

Joindre les intérêts de la santé animale, végétale, humaine et environnementale n’a jamais été aussi important. L’approche de « santé unique » incarne le concept selon lequel tous ces éléments sont liés et exigent une vision holistique et intégrée de la santé des plantes, des animaux, des humains et de l’environnement dans lequel ils vivent. Le projet vise à élaborer un cadre pour l’approche de « santé unique », qui sera fondé sur une perspective transdisciplinaire et une vision intégrée de l’analyse et de la prise de décisions publiques et privées.

              

Ted Bilyea

Ted Bilyea est un consultant en agroalimentaire spécialisé dans l’innovation qui travaille auprès de clients des secteurs privé et public. Plus récemment, il a été directeur et dirigeant principal des stratégies de l’Institut canadien des politiques agroalimentaires (ICPA). Il est actuellement conseiller spécial auprès de l’ICPA.

M. Bilyea a pris sa retraite en 2005 en tant que vice-président directeur des Aliments Maple Leaf Inc., après avoir passé 35 années couronnées de succès au sein de l’entreprise. Avant cela, il a occupé le poste de président des Aliments Maple Leaf International de 1995 à 2004. Au début de sa carrière au sein de la société, qui s’appelait à l’origine Canada Packers Ltd., M. Bilyea a dirigé des équipes qui ont été les pionniers de l’exportation de bœuf réfrigéré du Canada et les premiers en Amérique du Nord à exporter du porc réfrigéré en Asie. Sous sa direction, les Aliments Maple Leaf se sont lancés dans la boulangerie spécialisée en Europe et sont devenus le plus grand exportateur d’aliments au Canada.

M. Bilyea est membre du conseil d’administration de Paterson Global Foods Inc., et a été président et conseiller spécial du conseil d’administration de l’ICPA. Auparavant, il a siégé à plusieurs autres conseils d’administration, dont celui de B.H.G. International Trade Inc. (grand supermarché en Chine), de l’Alberta Livestock and Meat Agency, d’Afexa Life Sciences (Cold-fx), de PrioNet Canada et de l’Université de Guelph, et a présidé le conseil d’administration des Food Processors of Canada et du réseau de centres d’excellence Metals in the Human Environment.

Il est titulaire d’un baccalauréat (avec distinction) et d’une maîtrise en relations internationales de l’Université York. Il s’est également vu décerner le prix H. R. MacMillan en agriculture de l’Université de Guelph et a été intronisé au Temple de la renommée de l’agriculture canadienne en 2018.

Domaine d’intérêt : Une approche stratégique du commerce 

En tant qu’exportateur massif d’aliments excédentaires dans un monde où les règles et les institutions s’effondrent, le Canada doit envisager des stratégies pour arrêter l’érosion de sa part du marché mondial tout en renforçant sa part de la consommation intérieure d’aliments. Ce projet de recherche portera sur la politique commerciale agroalimentaire du Canada dans un monde géopolitique en évolution. Nous tenterons de comprendre s’il y a un moyen d’utiliser certains avantages concurrentiels pour nous donner une certaine influence et renforcer notre pouvoir de convaincre auprès de nos homologues. 

              

Nicolas Mesly

Nicolas Mesly est agronome (agroéconomiste), journaliste et photographe spécialisé dans les questions agroalimentaires et écologiques. Il a commencé sa carrière au magazine Le Bulletin des agriculteurs, où il est maintenant journaliste indépendant et chroniqueur économique. Au début de sa carrière, M. Mesly a été l’attaché de presse de l’ancien ministre de l’Agriculture du Canada Eugene Whelan, dirigeant principal du marketing international à

Agriculture et Agroalimentaire Canada (bureaux en Chine et en Amérique latine) et secrétaire commercial à l’ambassade du Canada à Caracas, au Venezuela. M. Mesly a ensuite travaillé comme correspondant pigiste à l’émission

phare d’affaires publiques de Radio-Canada, Le Point, à partir de Santiago, au Chili. Depuis, il a collaboré avec divers magazines et journaux, ainsi qu’à la production de documentaires. Il possède une vaste expérience internationale et couvre la politique agricole américaine depuis 15 ans. Les associations de la presse canadienne ont récompensé son travail journalistique et photographique à plus de 20 reprises. Il est conférencier et animateur, ainsi que chroniqueur à l’émission radiophonique Moteur de recherche de la Radio-Canada. 

Domaine d’intérêt : Eau 

L’eau est une source de conflit entre les pays, mais aussi au sein de ceux-ci. Le Canada, bien qu’il possède d’immenses ressources naturelles, dont 7 % des réserves mondiales d’eau douce, est l’un des pays les plus touchés par les changements climatiques. Le projet étudiera comment le système agroalimentaire du Canada, y compris les secteurs public et privé et la société civile, peut transformer les défis liés à l’eau, comme la rareté, le commerce de l’eau et le rôle de l’eau dans la transformation des aliments, en une possibilité. 

Commentaires des lecteurs