jeudi 3 décembre 2020
La commercialisation des vins de "Bordeaux" est tombée en 2019 à son plus bas niveau depuis 20 ans en France Photo: AFP

La commercialisation des vins de "Bordeaux" est tombée en 2019 à son plus bas niveau depuis 20 ans en France

Suite à une communication du Comité interprofessionnel des vins de Bordeaux, non seulement les Français boivent moins de ce nectar des dieux, mais les plus jeunes lui préfèrent pour beaucoup la bière. En effet, sa consommation en France a chuté de 20% en cinq ans. Une chance que les exportations se portent relativement bien.

L’année 2019 n’a pas échappé à cette baisse. Selon les chiffres publiés le 10 mars par le CIVB (Comité interprofessionnel des vins de Bordeaux), les professionnels ont accusé une baisse globale de 9%. du chiffre d’affaires. L’inquiétude est d’autant plus ressentie que le chiffre d’affaires réalisé par les vins de Bordeaux à l’exportation est resté le même.

La tendance au ralentissement du moteur chinois, principale destination des vins, a commencé à se faire sentir mi-2018. Elle s’est confirmée tout au long de l’année 2019, avec, en définitive, des ventes en recul de 12%. Monsieur Farges, le président du CIVB, évoque comme explication la concurrence des vins chiliens et australiens exempts de taxes, eux. De plus, les manifestations à Hong Kong ont aussi contribué à ce durcissement du marché chinois.

Beaucoup d'incertitude sur la filière viticole française en 2020

En deuxième position, les États-Unis offraient de belles perspectives de croissance, mais elles ont été stoppées net par la taxe Trump de 25%, qui frappe tous les vins français depuis mi-octobre. Fin 2019, les exportations outre-Atlantique ont chuté de 18% en volume et de 36% en valeur. Au total, sur l’ensemble de l’année, les ventes ont cependant progressé de 5%. Sur la troisième marche du podium, le Royaume-Uni a résisté avec des exportations en hausse de 15%.

Pour 2020, les taxes Trump auxquelles s'ajoute l’épidémie de la COVID-19 font en effet peser de lourdes incertitudes sur la filière viticole française. D’autant qu’aucune mesure de soutien, et en particulier la création d’un fonds de compensation pour réduire l’impact de la taxation, n’a été prise par le gouvernement français. Probablement raison pour laquelle les vins de Bordeaux veulent modifier leur communication pour changer d’image. Les 5660 viticulteurs ont décidé, d'un commun accord, de séduire les consommateurs en leur offrant un argumentaire différent. «Nous allons montrer nos gueules de vignerons», assurent-ils.

Informations extraites du "Monde" 

Patrick F. Coulibeuf
Courtier/Expert en vins
Agréé près le tribunal de commerce de Paris

À propos de l' auteur

Après avoir terminé sa scolarité en Charente, plus précisément à JARNAC, au Royaume du Cognac (avec François MITTERAND comme voisin), il débute à Paris des études dentaires tout en assumant durant les vacances scolaires des activités de guide accompagnateur international qui lui ont donné la chance de parcourir le monde. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs