mardi 17 juillet 2018
Chroniques de Roger Huet
Roger Huet

Roger Huet

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...

mardi, 17 juillet 2018 09:53

Les magnifiques vins du Brulhois

Pour célébrer les 20 ans de présence au Québec, les Vignerons du Brulhois et l’Agence Sylvestre vins et spiritueux ont réuni une quinzaine de chroniqueurs vinicoles dans un restaurant du centre-ville pour une expérience sensorielle inusitée.

roger christian guerinChristian Guérin un homme passionné 

Christian Guérin, directeur de la Cave des Vignerons du Brulhois, et Jonathan Houzelle, éducateur sensoriel, ont mis au point dans leur région du Sud-Ouest de la France, une dégustation d’un genre particulier qu’ils venaient réaliser pour la première fois hors de leur pays.

Vous avez sans doute entendu parler, sinon participé à une dégustation à l’aveugle. On vous sert plusieurs vins en vous cachant l’étiquette et vous devez deviner soit le cépage, soit l’origine ou le millésime. Pour corser le jeu, on utilise parfois des verres noirs, totalement opaques.

L’exercice est difficile et souvent les meilleurs dégustateurs échouent, comme on le voit dans les concours internationaux de sommellerie.

Ici, l’épreuve était encore plus déroutante, puisqu’il s’agissait de déguster les vins du Brulhois dans le noir total.

On nous a demandé de fermer nos cellulaires et de nous placer en file indienne, en nous tenant par les épaules. La file s’est mise en marche, on nous a introduits dans une salle, dans le noir total. On nous a demandé de toucher des chaises à côté de nous et de nous asseoir. Nous avons obtempéré. Devant nous il y avait une longue table et sur cette table, à notre gauche il y avait un verre, une petite bouteille d’eau et un crachoir. Devant nous il y avait une planche avec six trous et plus près de nous une feuille de papier et un crayon, et une soucoupe où on a déposé des tranches de pain. Sur la planche on a placé cinq petites bouteilles remplies de vin. Nous avons demandé pourquoi cinq et non six. On nous a répondu qu’on nous réservait une surprise pour la fin.

On entendait la respiration des participants et chez certains elle était saccadée, la preuve qu’on se sentait un peu opprimé, sans être claustrophobe. Quelqu’un a poussé un hululement lugubre, ce qui a augmenté notre sentiment d’angoisse. J’ai pris la main de ma voisine, elle était moite.

roger jonathan huzelleJonathan Houzelle, éducateur sensoriel

La voix rassurante de notre animateur nous a invités à tâter les objets sur la table, devant nous, pour prendre conscience de notre espace. Ensuite, on nous a demandé de nous servir le premier vin en introduisant notre index dans la coupe pour ne pas faire déborder le vin. Comme nous ne voyions rien, nous avons approché la coupe de notre nez pour sentir les arômes. J’ai pensé: ils ne sont pas très intenses, donc ce n’est pas du rouge, ils tirent vers les fruits rouges, donc ce n’est pas du blanc, c’est sans doute du rosé. Puisque c’était du vin du Brulhois, il pouvait bien être le Carrelot rosé, probablement 2017. Certains disaient que c’était du blanc, les avis étaient partagés. Nous avons écrit sur notre feuille, dans le noir, la couleur que nous pensions que c’était. Notre animateur nous a fait remarquer que malgré l’obscurité totale, nous n’avions aucune difficulté à acheminer notre coupe directement à notre bouche. Ce qui était vrai.

Toute notre angoisse était partie et nous avions même de la joie à faire cet exercice.

J’ai rincé mon verre dans le noir et je me suis servi le deuxième vin, toujours en comptant les bouteilles de gauche à droite.

Je n’aime pas tremper mon doigt dans le vin, mais au son je savais que j’avais versé environ un tiers du verre. Le deuxième vin était certainement un rouge. Les arômes étaient riches, il y avait un peu de minéralité. Je pensais au Vin noir. Peut-être un 2015?

J’ai noté sur ma feuille de papier et j’ai pris un peu de pain et une gorgée d’eau. Normalement, lorsqu’on travaille à la lumière, les vins sont dégustés à un bon rythme. Dans le noir, comme il faut raisonner chaque geste, on déguste en prenant tout son temps.

Le troisième vin était sans doute un autre vin rouge. Il était encore plus intense et plus riche que le premier. Soit qu’il était plus vieux, soit qu’il s’agissait d’une nouvelle étiquette. Il m’a semblé plus boisé et j’ai fini par me dire qu’il s’agissait peut-être du Château Grand Chêne 2014 ou 2015.

Le troisième vin était sans doute un blanc, car les arômes étaient dans les fruits blancs et les agrumes. Probablement un Carrelot des amants blanc. Aucune idée du millésime.

Le vin suivant était un vin rouge plus léger que les deux rouges précédents. Il pouvait bien être un Carrelot des amants rouge, 2017.

La surprise était un vin doux naturel, qui m’a un peu déstabilisé car habitué aux vins doux naturels de cépages blancs, celui-ci avait certes un goût de pêche, de litchis, mais aussi de rose et de framboise. Il n’était pas non plus très sucré. Nous avons appris plus tard qu’il s’agissait du Mademoiselle Amour rosé doux, Appellation Vin de France, 100% Muscat de Hambourg. Il n’est pas disponible au Québec.

roger vins brulhois

Nous avons été ravis de revenir à la lumière; nous avons pu déguster à loisir les vins que nous avions bus à l’aveugle, avec de très bonnes tapas préparées par le chef du Restaurant O Noir. J’ai été très heureux d’apprendre que tous les vins dégustés dans le noir étaient ceux que j’avais notés, incluant le millésime, sauf pour le vin Noir, qui était un millésime 2014 et non 2015.

Les vins du Brulhois sont prisés des connaisseurs depuis le Moyen Âge. Au XIVe siècle, ils étaient transportés sur des bateaux à coque plate, appelés gabarres, jusqu'au port de Bordeaux, pour être ensuite exportés vers l’Angleterre et les Pays-Bas. À cette époque les vins du Brulhois étaient connus sous la dénomination de "Vins noirs" du Brulhois à cause de leur robe rouge foncé, intense.

Dans les années mil neuf cent soixante, les vignerons de la région se sont regroupés en deux caves coopératives: la Cave de Donzac avec 82 membres et la Cave de Layrac avec 47 membres, Elles se sont fondues en 2002 sous le nom de Vignerons du Brulhois.    

L’Appellation d’Origine Vin Délimité de Qualité Supérieure Côtes du Brulhois est devenue AOC Brulhois en 2011.

Le Carrelot des Amants rouge est référencé par la Société des alcools du Québec depuis 1998 et aujourd’hui, quatre autres vins se sont ajoutés: Le Vin Noir, le Grand Chêne et le Carrelot des Amants rosé et blanc. Ce sont tous des vins conviviaux et gourmands. Les Carrelot des Amants sont accessibles à toutes les poches, mais mes coups de cœur sont allés à deux vins plus haut de gamme:

Le Vin Noir du Brulhois 2014, 50% Merlot, 30% Tannat, 15% Cabernet franc et 5% Malbec, 14o d’alcool.

roger le vin noir

Vinification traditionnelle, macération de 4 à 5 semaines. Élevage en cuves inox uniquement.

Robe rouge sombre. Bouquet de mûre, de groseille, de cerise noire et de prune, des notes de réglisse et de fenouil. En bouche c’est un vin ample, avec des tanins généreux mais plutôt ronds, un bon équilibre entre l’alcool et l’acidité, une masse fruitée très agréable. Une belle finale, assez longue et invitante.

Ce vin aime les viandes: le bœuf, l’agneau, le porc, le canard. Il aime aussi les pâtes et les fromages. Je suggère de le servir à 16 oC et de le passer en carafe. Il est prêt à boire, mais peut se garder en cave jusqu’à 10 ans.

Le Vin Noir du Brulhois 2014 est disponible à la SAQ, code 11154822. Prix 19,15$.

Le Château Grand Chêne 2014, prend son nom d’un immense chêne très ancien qui domine la région du Brulhois. C’est un vin d’assemblage, 60% Tannat, 20% Cabernet Franc, 10% Merlot et 10% Cabernet Sauvignon, 13,5o d’alcool.

roger chateau grand chene

Vinification traditionnelle, macération pendant 21 jours. Élevage à 70% en barriques pendant 12 mois, et 30% en cuves inox.

Belle robe brillante, rouge cerise noire. Bouquet complexe de cassis, de champignons, de pain grillé, de vanille, d’épices: poivre noir et cardamone, même une note de pierre à fusil et de cuir.

Une bouche riche, aromatique, avec des tanins joyeux et bien fondus, une belle acidité, une grande masse fruitée et épicée. Une longue finale gourmande.

Ce vin de gastronomie s’accorde très bien avec le gibier à poil et à plume, avec un bon gigot d’agneau ou une oie bien dodue. Il est également parfait avec un plateau de fromages. Je suggère de le laisser reposer en carafe pendant une heure et de le servir à 17 oC.

Il est prêt à boire, mais peut se conserver en cave jusqu’en 2024

Le Château Grand Chêne 2014 est disponible à la SAQ, code 10259770. Prix 19,65$.

LIENS : 

Les Vignerons du Brulhois

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directeur

Représentés au Québec par Sylvestre, vins et spiritueux

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., président

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., chef de marque

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directeur de territoire, responsable de la restauration
Tél.: 514 351-6561

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca

vendredi, 13 juillet 2018 08:00

Santa Cristina Cipresseto Toscane Rosé 2017

Sur une haute colline de la Toscane, non loin de Sienne et de Pérouse, se dresse l'ancienne ville de Cortona. Elle regarde d'un côté la plaine spacieuse, et de l'autre la colline et le village.

Ses origines sont très anciennes. Elle a été l’un des plus influents foyers de la culture étrusque, encensée par des écrivains grecs et latins comme Hérodote, Denys d'Halicarnasse, Tite-Live et Pline. Elle était parsemée de villas, de fermes et de vignobles réputés. Pline le Jeune parle d'un bon vin blanc de Cortona appelé Etesiaca. Plus tard, à la Renaissance, le pape Paul III, aimait faire de grandes réserves de vin de ces vignes, tandis que Joshua Carducci trouvait son inspiration poétique en face d’une barrique de "Merveilleux vin" de Cortona.

Le territoire est composé de grès, de marnes et de schiste, avec des dépôts fluvio-lacustres et des argiles. Ses sols sont peu calcaires et présentent un excellent équilibre. Santa Cristina a toujours été identifiée avec ce territoire et avec les vignes typiques de cette région.

Le premier millésime de Santa Cristina a été produit en 1946.

Le soin et l'attention toujours accordés à la culture des vignes et au travail dans la cave ont été le stimulant d'innovations constantes. Les variétés indigènes et internationales ont donné ici naissance à une gamme de produits différents, mais qui se caractérisent par le même style, qui résulte d’un lien indissoluble entre le vignoble, le terroir et le travail humain.

La nouvelle cave Santa Cristina, créée en 2006, confirme et renouvelle la tradition de son vin, 60 ans après son premier millésime.

roger santa cristina cipresseto

Le Santa Cristina Cipresseto Rosé IGT Toscane 2017 est 85% Sangiovese et 15% Merlot, 12o d’alcool, 4g de sucre au litre.

Robe rose enflammé légèrement grenat, très invitante. Laissez parler le vin : versez-le très frais, tout doucement, et vous croirez entendre les gouttelettes givrées qui couvrent les champs au petit matin. Approchez alors votre nez de votre coupe et sentez comment vous envahissent ses délicates notes de framboise et de fraise, de mûre et de violette. Trempez tout doucement vos lèvres et laissez le vin les caresser, c’est très sensuel. Seulement alors, permettez-lui de pénétrer dans votre bouche. Sa fraîcheur, son goût délicat de fruits des bois, son acidité avec une certaine rondeur, vous raviront. Ensuite, tout doucement, laissez-le s’écouler dans le fond de votre gorge dans une caresse interminable. Méditez-le quelques secondes, avant d’exprimer votre joie et de vous servir une autre gorgée.

Vous pouvez le boire à n’importe quel moment de la journée, rien que pour célébrer l’été. Il est excellent sur une terrasse avec des amis. C’est aussi un vin gourmand, qui accompagne merveilleusement les huitres, le crabe des neiges, le homard, le ceviche, et qui peut être un merveilleux modérateur avec les tartes aux fraises et aux framboises.

Le Santa Cristina Cipresseto Rosé 2017 est disponible à la SAQ, code 13567188. Prix 18,95$.

Liens :

Cantine Santa Cristine SPA Firenze Italia 

Représentés au Québec par : Mark Anthony Wines & Spirits

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directeur des produits de spécialités et Portfolio Manager des marques étrangères représentées au Québec
514 798-5306 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Portfolio Manager des marques européennes
514 798-1313

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca

Kuniko Fujita est l’unique sommelière de saké à Montréal. Je lui ai demandé de nous parler de cette fascinante boisson japonaise.

RH – Kuniko-san, vous avez une riche culture gastronomique acquise sur plusieurs continents et vous êtes devenue, dans le domaine de la gastronomie, un vecteur précieux des échanges entre le Japon et le monde.

KUNIKO FUJITA – J’ai vécu cinq ans à Paris, trois ans à Dakar, trois ans à Rabat et, depuis 2004, je suis à Montréal. Ces endroits magnifiques et tellement différents les uns des autres m’ont fait aimer de nouveau la culture et la gastronomie de mon pays natal.

C’est un itinéraire assez inhabituel pour une Japonaise résidant à Montréal. Je me trouve chanceuse d’avoir pu découvrir ces pays et leur culture.

RH – Vous êtes l’unique sommelière de saké de Montréal; quel est le titre officiel en japonais?

KUNIKO FUJITA – Je suis accréditée de Kikisake-shi international, sommelière internationale de saké, par le Saké Service Institute International, Tokyo. 

RH – En quoi consiste le métier de sommelière internationale de saké?

roger kuniko kimono mauve

KUNIKO FUJITA – Un ou une Kikisake-shi international(e) est essentiellement une personne-ressource qui transmet les joies de la dégustation du saké et qui sait adapter sa consommation aux goûts de chaque pays, en se référant à la réalité de leurs marchés, à leurs cultures et à leurs gastronomies.

RH – Quelle est l’origine du saké?

KUNIKO FUJITA – La fabrication du saké a été introduite de la Chine au Japon, tout de suite après l’arrivée de la riziculture, il y a deux mille ans. Au début, le saké était servi surtout lors de cérémonies religieuses, mais au VIIIe siècle, on a commencé à le brasser pour une consommation tout à fait profane. Il est commercialisé depuis le XIIIe siècle. 

RH – De quoi est fait le saké? 

KUNIKO FUJITA – Uniquement de riz, d’eau et de micro-organismes: les spores de kôji, des levures et des levures lactiques. 

RH – Comment classe-t-on les sakés? 

KUNIKO FUJITA – Nous pouvons classer les sakés selon l’ingrédient et le ratio entre le riz blanc et le riz brun (Daiginjo, Ginjo, Junmai, Honjozo, etc), ou selon le procédé de fabrication (Namazake, Namachozo-shu, Nigorizake, Happoshu). 

RH – Est-ce qu’il y a une cérémonie pour boire le saké comme il y en a une pour le thé? 

KUNIKO FUJITA – Il n’y a pas de cérémonie particulière. Mais au Nouvel An, on fabrique un saké médicamenté et on le boit dans une tasse en laque en se souhaitant bonne santé. Il y a également des coutumes telles que le Hanami-saké, qui veut dire boire du saké en contemplant des fleurs de cerisiers au printemps, le Tsukimi-saké, en contemplant la pleine lune à l’automne, ou le Yukimi-saké, en contemplant la neige en hiver. 

RH – Comment et quand on boit le saké? 

KUNIKO FUJITA – C’est comme le vin chez vous. Quand on veut se détendre, apprécier mieux les repas, bavarder ou méditer.

Pour boire le saké chauffé, on utilise une petite tasse et un pichet minuscule. Pour le saké froid, ce sera un verre plus grand. 

RH – Quand associons-nous le saké et le kimono, au Japon?

roger kunico san kimono rose

KUNIKO FUJITA – Le saké est une boisson qui existe depuis deux mille ans. Le kimono est notre habit traditionnel. Tous les deux se sont dynamiquement adaptés à notre vie moderne. De plus en plus, les gens reconnaissent la beauté de la culture traditionnelle et essaient de la préserver. De mon côté, j’essaie, comme je peux, de faire vivre ces deux éléments de la culture japonaise. Je porte souvent le kimono lors des présentations de saké. 

RH – En tant qu’internationale Kikisake-shi, vous êtes aussi une ambassadrice du saké. 

KUNIKO FUJITA – Ambassadrice, c’est un mot très grand pour moi, mais c’est toujours avec une grande joie que je partage mon amour pour le saké avec le plus de personnes possible. Surtout avec des gens qui connaissant peu le saké et qui sont curieux de le découvrir.

Tous mes amis m’appellent Nico, mon surnom, qui désigne en japonais le son du sourire. Quand je vois les gens sourire pendant mon événement du saké, je me sens tellement heureuse.

roger kuniko bal kimono

RH – Je vous ai vue plusieurs fois dans les médias.

KUNIKO FUJITA – J’ai participé à plusieurs émissions d’alimentation ou de cuisine et j’y ai présenté le saké. Chez Ricardo, nous avons dégusté le saké en accord avec la cuisine asiatique.

Dans l’émission L’Épicerie, j’ai montré comment marier le saké avec les fromages. J’ai fait déguster quelques bouteilles de saké à la radio aux invités de l’émission Samedi et rien d’autre. 

RH – Est-ce que les gens vous demandent de les initier au saké? 

KUNIKO FUJITA – Certainement, j’offre un cours d’initiation au saké et un atelier avec dégustation de saké. 

RH – Comment se déroule un cours d’initiation? 

KUNIKO FUJITA – Je parle de saké, dans une ambiance bien amicale, de son histoire, de ses ingrédients, de sa fabrication, de sa culture et aussi de la manière qu’il peut être dégusté. La durée varie entre une et deux heures, selon le nombre de participants et de sakés à déguster. Je sers dans des contenants japonais authentiques, mais certains sakés se dégustent dans des verres à vin. À la fin, je donne aux participants des certificats selon leur niveau: Initié au saké, Connaisseur de saké et Grand connaisseur de saké. 

roger kuniko sake

RH – Quels autres services proposez-vous aux particuliers et aux entreprises?

KUNIKO FUJITA – Essentiellement, j’organise des soirées complètes chez des clients; le repas est concocté sur place par un chef japonais. C’est généralement un menu de cinq services ou plus avec un saké particulier s’accordant avec chaque mets.

Cette formule permet de découvrir des harmonies mets-sakés intéressantes.

Par ailleurs, il m’arrive de plus en plus d’explorer des agencements mets-sakés avec un menu à l’occidentale. J’aime bien avec la cuisine végétarienne et surtout avec les fromages. Tout ça peut être facilement préparé pour une dizaine de personnes.

Sinon, je fais également la présentation de la culture japonaise gastronomique. Je coordonne des événements japonais et organise des séjours gourmands au pays du Soleil levant.

roger kuniko kimono orford

RH – Avez-vous des services pour les restaurants?

KUNIKO FUJITA – Oui, mes services sont, par exemple, la création et l’analyse de la carte de sakés pour l’harmoniser avec le menu. Pour certaines occasions, je me déplace dans leur établissement pour un service du saké à table, en kimono ou en vêtements occidentaux.

RH – Vous êtes également engagée par des festivals gourmands. 

KUNIKO FUJITA – Cette année, j’ai fait déguster le saké à Sherbrooke, au mois de juin, pour un grand événement festif. Cet été, je suis invitée à donner des ateliers à Orford et à Repentigny. À Montréal, je serai au festival Yatai Montréal au mois de juillet, pour y donner plusieurs ateliers. 

RH – Merci Kuniko-san, grâce à vous nous avons compris bien des mystères du saké et vous nous avez donné l’envie d’en déguster. 

KUNIKO FUJITA – Bonne nouvelle! C’est toujours avec grand plaisir que je partage le saké et du joyeux temps avec les autres.

Roger-san, je vous ai apporté aujourd’hui un de mes sakés préférés. Il s’agit de Hakurakusei, Junmai Ginjo de Niizawa Shuzo. 

RH – Voulez-vous présenter ce saké? 

roger kunico sake nouveau

KUNIKO FUJITA – Ginjo est une classe de saké brassé avec du riz dont il reste, après le polissage, moins de 60% de son poids.

Junmai désigne les sakés embouteillés sans ajout d’alcool distillé pur. C’est un saké élégant au nez et plaisant en bouche; à la texture délicate et à l’arôme exquis. Un saké parfait pour accompagner l’entièreté du repas, c’est-à-dire: à l’apéritif, pendant le repas et même à la conclusion du repas. 

RH – Kampai (à votre santé en japonais), Kuniko-san. 

KUNIKO FUJITA – Kampai, Roger-san! Je vous remercie pour cette entrevue.

Liens : 

Kuniko Fujita, sommelière internationale de saké

Nico savoure, sommelière de saké

Kuniko Fujita - Sommelière internationale de saké à Montréal - Nico Fujita

Le saké Hakurakusei, Junmai Ginjo de Niizawa Shuzo, 16o d’alcool, que Mme Fujita m’a fait l’honneur de me faire découvrir, est une exclusivité SAQ Signature, code 12878128. Prix 58,25$

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca

Le brouillard dense, le soleil éclatant, les vents forts et la brise constante du Pacifique, les montagnes et les vallées de Monterey, de Sonoma, de Santa Barbara, et le talent de la Winemaker Melissa Stackhouse, créent le miracle de ce rosé lumineux, à la robe rose très pâle.

roger meiomi rose

Vous le versez très frais dans votre coupe, tout doucement. Vous entendez la rosée du matin, à l’aube ou à l’aurore, qui mouille doucement la terre. Ne soyez pas pressé, c’est magique. Vous l’approchez de votre nez et vous aspirez son doux parfum de pastèque et d’orange, une subtile note de pétale de rose, ensuite un peu de fraise. Arrêtez-vous un moment et sentez l’air de l’océan, les montagnes et les bois de la Californie dans votre verre. Ensuite, trempez doucement vos lèvres sensuelles et laissez ce rosé les caresser doucement, avant de lui permettre de pénétrer dans votre bouche où votre langue gourmande va percevoir son acidité, sa minéralité, sa légère salinité et sa belle texture. En même temps votre palais va se remplir de sa vitalité généreuse et de ses arômes fruités. Après avoir prolongé votre plaisir, le vin va s’écouler dans une finale qui sera comme une interminable caresse. Vous et vos amis pourrez répéter ce bonheur jusqu’à la dernière goutte de la bouteille.

Ce rosé merveilleux est un vin qui meublera vos soirées d’été. Il est le compagnon idéal des fruits de mer, du saumon et de la truite, des pâtes sauce Alfredo, des fromages doux, et va tempérer le sucré des desserts aux fruits. Servez-le très frais, à 5 ou 6 degrés C; en se réchauffant dans votre verre, il va vous livrer tous ses arômes.

Le Meiomi rosé 2017 est disponible à la SAQ, code 13679833. Prix 26,50$.

Liens : 

Meiomi Wines  

Représenté au Québec par Vins Arterra Canada

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directeur du développement et événements spéciaux
Tél.: 1 800 561-8634, poste 5376 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél.: 514 861-2404, poste 5212 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directrice des relations publiques

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca

Entrevue avec Esther de la Durantaye

La Tournée du Littoral m’a permis de rencontrer Esther de la Durantaye, directrice des ventes chez Authentic Vins et Spiritueux, avec qui j’ai eu cet échange.

RH – Bonjour Esther. Combien de producteurs l’agence Authentic Vins et Spiritueux présentait-elle à la Tournée du Littoral en mai dernier?

ESTHER DE LA DURANTAYE – Bonjour Roger! Je dois d’abord te dire que la Tournée du Littoral en est à sa première édition. Nous sommes enchantés du succès obtenu et des commentaires positifs des clients, des amateurs de vins et des restaurateurs que nous avons eu le plaisir de rencontrer. Tout en remontant le littoral du fleuve, nous sommes allés à la rencontre de consommateurs curieux et passionnés à Montréal, Québec et Chicoutimi! Chez Authentic, nous avions la grande fierté d’accueillir 11 fournisseurs et producteurs de diverses régions vinicoles que nous représentons au Québec. Chacun d’eux présentait et faisait déguster un total de 6 vins et/ou spiritueux.

RH – À la table de SOGRAPE VINHOS se trouvait Filipe Neves, ambassadeur Vins Fins. Il présentait les vins de Sogrape en compagnie de Tania Lyssan, représentante des ventes chez Authentic Vins et Spiritueux. 

roger littoral 28juin2018 9

ESTHER DE LA DURANTAYE – Fondé en 1942, Sogrape est un producteur portugais de marques reconnues dont: Casa Ferreirinha, Porto Ferreira et Porto Offley. Groupe Sogrape se concentre principalement sur des produits de la péninsule Ibérique, exporte dans près de 120 pays et est aujourd’hui dirigé par la 3e génération de la famille Guedes. En faisant l’acquisition du prestigieux vignoble Casa Ferreirinha en 1987, Sogrape renforce son portefeuille avec l’une des marques de vins les plus prestigieuses du Douro, et ajoute à son portfolio un héritage historique et culturel. C’est ainsi depuis la fondation de la compagnie au 18e siècle par Bernardo Ferreira, dont les formules d’assemblage seront affinées par ses descendants, et plus particulièrement au 19e siècle par son arrière-petite-fille, Dona Antónia Adelaide Ferreira, personnage visionnaire et respecté encore aujourd’hui dans le Douro, pour son apport à la région. On la surnommait affectueusement “Ferreirinha”.

Les vins présentés étaient:

Casa Ferreirinha Papa Figos DOC Douro: rabigato, viosinho, arinto, códega, moscatel. 20,05$ importation privée - prix resto 17,44$.

Casa Ferreirinha Callabriga DOC Douro: touriga franca, touriga nacional, tinta roriz. 37,50$ importation privée - prix resto 32,62$.

DOC Porto, Dona Antónia Reserva Tawny: touriga franca, touriga nacional, tinta barroca, tinta roriz, tinta cão, tinta amarela 20,05$ - prix resto 17,42$.

RH – Parlez-nous de la maison Offley Porto.

ESTHER DE LA DURANTAYEOffley Porto est établie dans le commerce de négoce en 1737 à Londres par William Offley, qui installe une filiale à Porto. La maison connait un grand essor lorsque Joseph James Forrester arrive au Portugal en 1831 et s’y associe. Il dédie sa vie au Douro et aux vins de Porto. On retiendra son travail de cartographie de la Vallée du Douro et de la rivière éponyme, cette réalisation lui rapportant une reconnaissance internationale. Il fait aussi de nombreuses recherches sur la viticulture, l’ampélographie, les sols et les raisins indigènes. Le roi du Portugal lui accorde le titre de Baron de Forrester en 1855. Offley-Forrester est acquise par le groupe Sogrape Vinhos en 1996.

Vin présenté: DOC Porto, Baron de Forrester Tawny 10 ans: touriga franca, tinta roriz, tinta amarela, tinta barroca tinta cão 30,50$ - prix resto 26,33$.

RH – À la table de BODEGAS FONTANA, Noemi Sande, directrice Export, nous accueillait avec un grand sourire. 

roger littoral 28juin2018 4

ESTHER DE LA DURANTAYEBodegas Fontana appartient à la famille Cantarero Morales, qui œuvre dans l’industrie vinicole depuis plus de 30 ans. Pour Bodegas Fontana, tout repose dans le choix de ses vignobles. Elle possède 500 ha dans les régions de Baja Alcarria (Cuenca) et de Mancha Alta (Tolède), au sud de Madrid. 30km seulement séparent les deux provinces de Cuenca et de Toledo, mais il existe des différences subtiles au niveau des sols et des climats. La région de Baja Alcarria est située à 850 m au-dessus du niveau de la mer et son sol est aéré, reçoit plus de pluie, connaît des écarts marqués entre les températures diurnes et nocturnes. Le Tempranillo y pousse parfaitement. La région de Tolède, quant à elle, avec ses 750 m au-dessus du niveau de la mer et son sol sablonneux, peu irrigué, plus chaud, accueille les cépages internationaux: Cabernet Sauvignon, Merlot et Syrah. La famille Cantarero apporte une contribution majeure à l’ensemble de la région, par son travail de reconnaissance de nouvelles zones au statut de Denominacíon de Origen (D.O.), telle que Uclès.

Leurs vins les plus remarqués étaient:

D.O. Uclès, Quinta de Quercus: tempranillo 24,75$ importation privée - prix resto 21,53$.

D.O. Uclès, Quercus: tempranillo 49,50$ importation privée - prix resto 43,06$.

RH – À la table du DOMAINE CHANSON, Vincent Wallays, responsable Commercial, est inépuisable lorsqu’il nous parle des vins de la maison Chanson. 

roger littoral 28juin2018 5

ESTHER DE LA DURANTAYE – Fondé en 1750 et partie intégrante de Bollinger depuis 1999, Chanson est propriétaire d’un domaine de 45 ha de Premiers Crus et Grands Crus à Santenay, Chassagne- Montrachet, Puligny-Montrachet, Beaune, Pernand-Vergelesses, Saviny-les-Beaune et Corton. Sous la direction de Vincent Avenel, assisté de l’œnologue Jean-Pierre Confuron, qui assure le suivi du vignoble et les vinifications, Chanson a développé une philosophie de vins de domaine pour l’ensemble de sa production de Bourgogne par des partenariats étroits avec des vignerons sélectionnés sur les principaux vignobles de la Côte de Nuits et de la Côte de Beaune. Sélection parcellaire, contrôle des vendanges et conduite des vinifications sont intégralement réalisés par Chanson, pour une meilleure expression qualitative des terroirs bourguignons.

Les vins présentés: 

Domaine Chanson AOC Viré-Clessé: chardonnay. 24,35$ - prix resto 21,18$.

Domaine Chanson La Roche Vineuse AOC Mâcon: chardonnay. 29,50$ importation privée - prix resto 25,66$

Domaine Chanson Le Bourgogne: pinot noir. 23,65$ - prix resto 21,78$

Domaine Chanson Sur le Sentier du Clou, AOC Saint-Aubin Premier Cru: chardonnay. 72,25$ - prix resto 64,06$.

Domaine Chanson Montmains AOC Chablis 1er Cru: chardonnay. 47,75$ importation privée - prix resto 41,54$.

Domaine Chanson AOC Mercurey: pinot noir. 41,75$ importation privée - prix resto 36,32$.

RH – À la table de la MAISON BRILLET, Jean-Louis Brillet, le propriétaire vigneron, nous accueillait avec une dégustation de ses alcools remarquables.

roger littoral 28juin2018 1

ESTHER DE LA DURANTAYE – La Maison Brillet représente plus de 350 ans d’histoire. Ses vignobles sont situés au cœur de la région de Cognac, en Petite Champagne et Grande Champagne. L’Ugni Blanc est le cépage principal produisant les vins destinés à la distillation du Cognac et à la production du Pineau des Charentes. En 1656, Guy Brillet fonde le Domaine Brillet au Bois d’Angeac, en Grande Champagne. Deux siècles plus tard, Vivien Brillet agrandit les vignobles et installe les chais et les distilleries à Graves, en bordure de la Charente, siège actuel de la Maison Brillet. En 1920, Raymond et Jean Brillet lancent la marque BRILLET avec les Cognacs et les Pineaux des Domaines Brillet. En 1985, Jean-Louis Brillet, 10e génération, fort de cet héritage et d’un savoir-faire familial de plus de 3 siècles, crée la fameuse liqueur Belle de Brillet. M. Brillet nous la présentait pour notre plus grand bonheur en cocktail délicieux, coupée de jus de citron frais!

Les alcools en dégustation étaient:

Cognac Brillet Grand Cru Petite Champagne, Réserve VSOP: ugni blanc 69,50$ importation privée - prix resto 60,29$.

Cognac Brillet Grande Champagne 1er Cru, Très Vieille Réserve XO: ugni blanc, 175$ - prix resto 147,01$.

Belle de Brillet, Liqueur poire et Cognac ugni blanc 48$ - prix resto 41,65$.

RH – À la table de la FAMIGLIA CECCHI, Giacomo Catacchini, directeur Export, accueillait les visiteurs en compagnie d’Isabelle Nadeau, coordonnatrice Marketing chez Authentic.

roger littoral 28juin2018 11

ESTHER DE LA DURANTAYE – En 1893, Luigi Cecchi pose les fondations de la compagnie que nous connaissons et apprécions aujourd’hui. Dans les années 70, la famille s’installe à Castellina in Chianti, site historique de production du Chianti Classico. Dès la fin des années 80, la famille étend ses domaines: San Gimignano et Maremma et ses Morellino. En 2000, ils traversent la frontière en Ombrie, dans la zone de Montefalco, et produisent le Sagrantino. En 2015, Cesare et Andrea acquièrent au cœur du Chianti l’historique Villa Rosa. Au début des années 90, les Cecchi sont les premiers à construire un bassin de traitement des eaux usées à base de plantes afin de réduire la consommation d’énergie et réutiliser l’eau ainsi purifiée. 2018 marque les célébrations du 125e anniversaire de Cecchi.

Cecchi DOC Maremma Toscana, La Mora: vermentino 19,85$ importation privée - prix resto 17,30$.

Cecchi DOCG Chianti, Governo all’uso Toscano: sangiovese et autres 19,85$ importation privée - prix resto 17,30$.

Cecchi DOCG Chianti Classico, Storia di Famiglia: sangiovese, canaiolo, colorino 23,70$ importation privée - prix resto 21,80$.

Cecchi Val delle Rose, DOC Maremma Toscana, Aurelio merlot: cabernet franc 38,50$ importation privée - prix resto 33,48$

Cecchi DOCG Vino Nobile di Montepulciano, Le Cifre: sangiovese et autres 23$ - prix resto 19,97$.

Cecchi IGT Toscana, Coevo: sangiovese, cabernet sauvignon, merlot, petit verdot 92,50$ importation privée - prix resto 80,26$.

RH – À la table de CANTINE ERMES, Alessandro Costantini, directeur Export, nous présentait des vins au rapport qualité-prix impeccable.

roger littoral 28juin2018 6

ESTHER DE LA DURANTAYE – Cantine Ermes est une coopérative qui compte plus de 1200 membres et possède plus de 5000 ha dans les régions d’Agrigento et de Trapani. Elle a été fondée en 1988 dans la province de Trapani, en Sicile, et se classe au premier rang régional par son volume de production, qui représente 10% des vins de Sicile. Son attrait pour les marchés internationaux l’amène à étendre sa production à Salemi, Marsala et Gibellina.

Les vins présentés sont très accessibles et d’un excellent rapport: 

Sirocco IGT Terre Siciliane: pinot grigio.

Cademusa rosé IGT Terre Siciliane: nero d’avola, syrah.

Vento di Mare IGT Terre Siciliane: nero d’avola, cabernet sauvignon.

Sirocco DOC Sicilia: nero d’avola, cabernet sauvignon.

Cademusa IGT Terre Siciliane: nero d’avola.

Orestiadi, IGT Sicilia, Ludovico: nero d’avola, cabernet sauvignon 19,90$ - prix resto 17,35$.

RH – À la table de MASI AGRICOLA, Benoit Desormiers, consultant Masi au Québec, accueillait les visiteurs avec sa gentillesse proverbiale.

roger littoral 28juin2018 7

ESTHER DE LA DURANTAYE – Masi, c’est l’histoire de la famille Boscaini et de sa passion pour le terroir vénitien. Le nom dérive de Vaio dei Masi, et réfère au vignoble qu’elle a acquis à la fin du 18e siècle en Valpolicella. Sandro Boscaini, son actuel propriétaire, avec ses enfants Alessandra et Raffaele, produit des vins qui expriment le style, les caractéristiques et les valeurs de la région. En 1973, la famille Boscaini et les Comtes Serego Alighieri, descendants du poète Dante, s’allient pour produire des vins exceptionnels sur les vignobles des Serego Alighieri, en Vénétie et en Toscane. Une autre collaboration voit le jour dans les années 2000 avec les Comtes Bossi Fedrigotti, qui produisent des vins dans le Trentin. Enfin, en 2016, Masi développe une collaboration avec la Maison Canevel, producteurs de Prosecco.

Les vins présentés étaient:

Valdadige, Pian del Griso: pinot grigio 24,95$ importation privée - prix resto 21,70$.

Modello Prosecco Brut DOC Prosecco: glera. 

Brolo di Campofiorin Oro IGT Rosso del Veronese: corvina, rondinelle, oseleta 25,75$ - prix resto 23,60$.

Serego Alighieri Monte Piazzo DOC Valpolicella Classico Superiore: corvina, rondinella, molinara 23,55$ - prix resto 21,70$.

Toar DOC Valpolicella Classico Superiore: corvina, rondinella, oseleta 22,95$ - prix resto 21,16$.

Costasera DOCG Amarone della Valpolicella Classico: corvina, rondinella, molinara 39,60$ - prix resto 35,66$.

Serego Alighieri Vaio Armaron DOCG Amarone della Valpolicella Classico: corvina, rondinella, molinara 89$ - prix resto 77,29$.

RH – À la table de CONO SUR VINEYARDS, Marine Séon, directrice des comptes majeurs, se faisait un plaisir d’accueillir et de renseigner les visiteurs. 

roger littoral 28juin2018 2

ESTHER DE LA DURANTAYE – Cono Sur Vineyards, créé en 1993, a pour objectif de produire des vins de qualité tout en mettant de l’avant le caractère spécifique des vins du Nouveau-Monde. Le nom Cono Sur et son logo rappellent la situation géographique du Chili, à la pointe de l’Amérique du Sud.

Toujours à l’affût des meilleurs terroirs pour chaque variété de raisins, Cono Sur diversifie ses sources du nord au sud du pays. Leader en viticulture au Chili, il est le premier producteur chilien à cultiver le Viognier, et le plus gros producteur de Riesling et de mousseux d’appellation Vallée de Bio-Bio. Il est aussi reconnu comme l’un des plus grands producteurs de Pinot Noir au monde. Animé par une conscience environnementale, Cono Sur produit des vins agrobiologiques et utilise des techniques de production naturelles dans le vignoble et dans les chais.

Les vins présentés étaient d’un très bon rapport qualité prix:

D.O. San Antonio Valley, Organic: sauvignon. 

D.O. San Antonio Valley, Reserva Especial: pinot noir. 

DO Central Valley, Bicicleta: cabernet sauvignon. 

DO Colchagua Valley, Organic: cabernet sauvignon, carmenère, syrah. 

DO San Antonio Valley, Single Vineyard: pinot noir 20,30$ - prix resto 17,64$. 

DO Limarí Valley, 20 Barrels: syrah 20,05$ - prix resto 17,44$. 

RH – À la table de PAUL HOBBS WINERY et de VIÑA COBOS, Michelle Schromm, directrice Commerciale Amérique du Nord, nous faisait découvrir des vins exquis.

roger littoral 28juin2018 3

ESTHER DE LA DURANTAYEPaul Hobbs est à la fois propriétaire et maître de chais de Paul Hobbs Winery, qu’il fonde en Californie en 1991. Paul Hobbs sait que l’essence même de la qualité des vins provient de l’expertise, des soins méticuleux apportés à la vigne, et du climat. Il est reconnu internationalement pour sa capacité à identifier des sites exceptionnels, grâce à son expertise novatrice, autant sur des vignobles nouvellement cultivés que sur les plus anciens.

Les vins présentés étaient:

Sonoma Coast, Crossbarn Chardonnay 37,75$ importation privée - prix resto 32,84$. 

Sonoma Coast, Crossbarn Pinot Noir 48,25$ importation privée - prix resto 41,97$. 

RH – Esther, parlez-nous maintenant de l’autre vignoble appartenant à Paul Hobbs, Viña Cobos. 

ESTHER DE LA DURANTAYE – Lors d’un voyage en Argentine en 1988, Paul Hobbs tombe amoureux de ce pays, et comprend son immense potentiel vinicole. En 1997, avec Andrea Marchiori et Luis Barraud, il fonde Viña Cobos en Argentine. Paul Hobbs explore la province de Mendoza, recherchant les régions les plus distinctives de Lujan de Cuyo et de la Vallée de Uco, et contribue à positionner le Malbec d’Argentine sur la scène internationale. Ses méthodes agricoles suivent les principes de l’agriculture durable. Nommé à deux reprises Wine Personnality of the Year par Robert Parker, Paul Hobbs est l’un des viticulteurs consultants les plus reconnus dans le monde.

Les vins présentés étaient:

Felino I.G. Mendoza: chardonnay. 

Felino I.G. Mendoza: cabernet sauvignon 23,80$ importation privée - prix resto 20,70$. 

Cocodrilo Corte I.G. Valle de Uco: cabernet sauvignon, cabernet franc, malbec 29,60$ importation privée - prix resto 25,75$. 

Bramare I.G. Lujan de Cuyo: malbec 46$ importation privée - prix resto 40$. 

RH – À la table de MAN FAMILY WINES et de STARK CONDÉ, en Afrique du Sud, nous étions accueillis par François Cillie, directeur Marketing.

roger littoral 28juin2018 10

ESTHER DE LA DURANTAYE – MAN Family Wines, c’est l’histoire de trois partenaires: José Condé et les frères Tyrrel et Philip Myburgh, dont le projet vinicole débute en 2001. Ils proposent aujourd’hui des vins gourmands, agréables à boire et qui sont le fruit du terroir riche et généreux de l’Afrique du Sud. MAN sont les initiales des prénoms de leurs conjointes: Mary, Anette et Nicky; leurs familles sont devenues inévitablement complices de leur projet! MAN travaille en collaboration avec des vignerons, « fermiers socialement responsables », reconnus pour leur engagement et leur respect de l’environnement. Ils sont certifiés IPW et WIETA.

RH – Et maintenant, parlez-nous de Stark-Condé. 

ESTHER DE LA DURANTAYE – L’entreprise Stark-Condé est nichée dans la pittoresque vallée de Jonkershoek, à seulement 3 km de la ville de Stellenbosh. José Condé produit son premier Cabernet Sauvignon en 1988. José croit en la méthode traditionnelle de vinification: cueillette manuelle, sélection des raisins, fermentation en cuves ouvertes et maturation lente pendant plusieurs mois en barriques de chêne français.

Les vins présentés des deux maisons étaient irréprochables et à prix très abordables:

WO Coastal Region, Free-run Steen: chenin blanc.

WO Coastal Region, Ou Kalant: cabernet sauvignon.

WO Overberg, The Grail Stark Condé: pinot noir.

WO Coastal Region, Padstal: chardonnay. 

WO Coastal Region, Skaapveld: shiraz. 

WO Jonkershoek Vallée, Stark Condé: cabernet sauvignon, petit verdot, malbec, merlot 21,35$ - prix resto 18,54$. 

RH – À la table du DOMAINE LABRANCHE, nous étions accueillis par Catherine Bonin, représentante au Québec.

roger littoral 28juin2018 8

ESTHER DE LA DURANTAYE – Le Domaine Labranche, c’est l’histoire de la famille DesGroseilliers, qui travaille la terre de la région de Roussillon, sur la Rive-Sud de Montréal, depuis 8 générations. Ils sont les descendants de Médard Chouart des Groseilliers, qui mène le premier navire jusqu’à la Baie d’Hudson par des voies maritimes nordiques. Au retour de cette mission, en 1670, il participe à la création de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Après la conquête britannique en 1772, Joseph Prosper, arrière-petit-fils de Médard, s’installe à Saint-Isidore et se consacre à l’agriculture. En 2009, le Domaine Labranche voit le jour. Il comprend l’érablière, la cidrerie et le vignoble. Le domaine nous offre des produits uniques mettant en relief l’unicité du terroir québécois.

Les produits présentés étaient:

Mousseux d’Érable carbonaté 24,95$ - prix resto 21,70$. 

Vin Blanc: frontenac blanc, frontenac gris. 

Vin d’Érable 19,95$ - prix resto 17,35$ 

Cidre de Feu 24,95$ - prix resto 21,70$. 

Apéritif de Feu 33,90$ - prix resto 29,49$. 

Fortifié d’Érable 33,90$ - prix resto 29,49$. 

RH – Quelle belle brochette de marques de vins et d’alcools. Merci de m’avoir accordé cette entrevue, Esther. 

ESTHER DE LA DURANTAYE – Roger, c’était très agréable de vous faire connaitre un peu plus ces domaines qu’Authentic Vins et Spiritueux a le plaisir et la fierté de représenter au Québec. Le monde du vin est fascinant à plusieurs égards, et il doit demeurer simple et accessible. Ce qui est agréable dans notre travail, c’est de côtoyer ces personnes passionnées par ce qu’elles font et dont le plaisir est de partager leurs connaissances et leur savoir-faire. Merci Roger. Santé à tous!

LIENS: 

Authentic Vins et Spiritueux  

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directrice des ventes
Tél.: 514 386-3398

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., coordinatrice des ventes
Tél.: 514 356-5222, poste 406

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., représentant des Ventes et responsable Presse
Tél.: 514 242-7097

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca

Montréal est une ville charmante, l’été. On y trouve de petits bars terrasse nichés dans des bâtiments antiques du Vieux, aménagés avec goût.

J’étais justement invité à un 5 à 7 avec des amis pour déguster des vins rosés au Perché Bar Terrasse de la rue St-Amable. 

Je ne connaissais pas le Perché et je me demandais bien quel genre de bar il pouvait y avoir dans la petite rue du bas de la place Jacques-Cartier, qui est perpétuellement envahie par une faune de hippies nostalgiques qui vendent des bébelles et des photocopies d’aqua fortes de Montréal à des touristes naïfs. 

C’était mon jour de chance, car je réussis à trouver une place pour me garer près de l’hôtel de Ville. Il tombait de grosses gouttes et le ciel menaçait de nous assener un bel orage.  En dépit de tout,on respirait le bonheur de l’été naissant. Des centaines de touristes se couvraient de ponchos jaunes qui leur donnaient un aspect ubuesque, mais qui imprimaient à la place un air fleuri. À ma grande surprise, il n’y avait plus un seul vendeur sur la rue St-Amable. Où était passée cette faune? Je n’en sais rien.

Une élégante hôtesse nous accueillait à la porte du 153 et nous indiquait que le Perché se trouvait au quatrième.

À la sortie de l’ascenseur on se retrouve sur une terrasse couverte, avec vue sur le port, et sur la place Jacques-Cartier. Dans un petit comptoir au fond nous attendaient nos amies Maud Sudan et Kim Méthot, avec 6 rosés qui se déclinaient sur des tons pastel, du rose pâle au saumon. Aucune pression, un verre à la main, un bon buffet, des amis charmants et cette terrasse unique où un rayon de soleil est finalement venu nous sourire. C’était magique!

J’ai dégusté tout d’abord le SCIÀ rosé de Podere Castorani. Robe saumon pâle. Nez fruité avec des notes végétales. En bouche une texture souple, fruitée, avec une belle fraîcheur, et qui se termine dans une finale soutenue. Idéal avec les fruits de mer et le saumon.

Ensuite, j’ai dégusté le Château Bellevue La Forêt Rosé, fait de Negrette, qui est un cépage spécifique à l’appellation Fronton du Sud-Ouest. Robe rose cerise pâle, brillante. Bouquet délicat d’agrumes et de fruits rouges: groseille et fraise. Bouche ronde et suave, très fraîche, qui se termine par une finale légèrement épicée.

Il s’accorde très bien avec une salade de chèvre chaud, du saumon, du poulet, une tajine et des tartes aux fruits.

Après c’était le Château Sainte Roseline, IGP Vin de Pays du Var. Jolie robe rose brillante. Bouquet de pêche, de poire, de pamplemousse rouge et de bonbon anglais. Bouche ample et vive, pleine de fraîcheur, avec des arômes d’agrumes et une note épicée. 

Ce vin sera un superbe compagnon pour les huîtres, les  crevettes froides en trempette, les grillades de poulet, les pâtes sauce Alfredo, les fromages à pâte molle et les desserts aux fruits.

J’ai continué avec le Viña Esmeralda rosé de Miguel Torres. Robe rose pâle. Bouquet délicat de jasmin et de chèvrefeuille, de fraise et de framboise. Bouche délicieusement fruitée, fraîche, toute en nuances, qui se termine par une longue caresse gourmande.

Excellent compagnon pour les fruits de mer crus et poilés, délicieux avec les fromages de chèvre et avec les tartes aux fraises.

Le prochain vin dégusté provenait de la Columbia Valley, c’était le Charles et Charles Rosé de la maison Trinchero. Robe fuchsia tirant vers le saumon. Bouquet de framboise, de cerise, de fraise, de pomelo, de citron et de lavande. Bouche ample, généreuse, avec une belle masse fruitée, une belle acidité. Une jolie longueur en finale avec des notes légèrement poivrées.

Ce vin accompagnera avec panache des croque-monsieur et des club sandwich, des grillades de bœuf à la sauce de fromage bleu, ou un saumon grillé au thym et au romarin.

J’ai terminé avec un très bon Georges Dubœuf Beaujolais Rosé. Robe couleur rose tirant légèrement au saumon. Ce rosé est obtenu par pressurage direct des raisins, précédé ou non d'une courte macération; sa couleur est diaphane. Des parfums de pêche, des notes d’agrumes et un peu de fruits rouges, framboise et fraise. En bouche c’est du pur plaisir, les fruits et l’acidité apportent une fraicheur qui ne vous quitte pas jusqu’en finale.

C’est le vin d’apéritif par excellence, mais il peut aussi accompagner avec bonheur les fruits de mer à chair rouge: crabe des neiges, homard, les fromages de chèvre, et bien entendu il sera délicieux au dessert avec une bonne tarte aux fruits. 

Tous ces vins sont disponibles à la SAQ et sont à la portée de toutes les bourses. 

LIENS : 

Vins Philippe Dandurand 
1304, ave Greene, Westmount (Québec) H3Z 2B1
Tél.: (514) 932-2626, poste 316
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., chef de marques 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., coordonnatrice commercialisation
Tél.: 514 932-2626, poste 228

Perché, bar terrasse
153, rue Saint-Amable, 4e étage
Tél. : 514 379-2010

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca

L’OR BLANC est un alliage d’or fin, dit «or 24 carats» (trop mou pour être travaillé), avec des métaux comme l’argent, le zinc et le cuivre qui vont le durcir et le rendre apte aux travaux de joaillerie. Il devient alors de «l’or de 18 carats». Pour lui donner sa coloration finale lumineuse et claire, l’or blanc est recouvert d’une fine couche d’un métal rare, le rhodium.

Le Bottega White Gold DOC Venezia Brut est un vin issu de la vinification des cépages Gléra, Chardonnay et Pinot Noir. 12o d’alcool. C’est l’expression du terroir où les raisins sont cultivés, parmi les provinces de Trévise et de Venise. Il est présenté dans un merveilleux flacon or blanc.

roger white gold bouteille

Perlage fin et persistant. Robe jaune paille avec des reflets dorés, Bouquet élégant et raffiné, avec des notes fruitées de pomme et de pêche, des arômes floraux délicats d’aubépine, et une finale de notes de miel et de fruits secs.

En bouche, c’est un mousseux Brut frais et élégant, doux et captivant, il crée un équilibre parfait entre la fraîcheur du cépage Gléra, le corps du cépage Chardonnay et l'acidité du Pinot Noir. Les petites bulles viennent jouer délicatement avec vos lèvres, votre langue et votre palais. Servi frais à 5 °C, c’est un délice.

Le Bottega White Gold DOC Venezia Brut est un vin de célébration et d’apéritif, qui se marie aussi très bien avec les fruits de mer, les poissons blancs grillés ou en croûte de sel, le risotto aux pois. Il est aussi excellent avec de la volaille: dinde ou poulet, et avec les fromages de chèvre. Au dessert, il vient tempérer les desserts sucrés.

Le Bottega White Gold est disponible la SAQ, code 13106568. Prix 27,95$.

Je lève ma flûte de White Gold à son créateur, Sandro Bottega, qui a été honoré avec le 2018 Riedel® Winemaker of the Year Award, présenté chaque année à une personne qui s’est distinguée pour ses réalisations exceptionnelles et sa contribution à l'industrie vinicole.

Le prix Riedel® Winemaker of the Year a été décerné à Sandro Bottega pour avoir séduit les amateurs de vin et d'art gastronomique depuis 1977, dans plus de 120 pays, avec ses compétences artistiques, son esprit d'entreprise et son énergie, ainsi que par la qualité et l'authenticité de ses produits.

roger white gold sandro

Le récipiendaire a commenté : «Je me sens profondément honoré et reconnaissant, et je dédie cette prestigieuse reconnaissance à mes parents et à toute l'entreprise qui a travaillé avec créativité, passion et humilité pour produire des vins, des grappa et des liqueurs, toujours en conformité avec nos valeurs: Qualité (goût italien et authenticité), Design (expression de l'excellent caractère esthétique d'être fabriqué en Italie) et Responsabilité sociale envers l'environnement et la communauté.»

 

Santé et prospérité, Sandro Bottega!

 

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca

LIENS : 

Bottega Spa - Azienda Vinicola, Cantina e Distilleria depuis 1977 

Représentés au Canada par La Société Clément 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., vice-président au développement
450 641-4520, poste 2506 

Jean-Marc et Eliane Lafage, œnologues, ont créé la société Lafage Famille Lafage en janvier 2010, dans un mas en vieilles pierres du 15e siècle. Ils se disent la sixième génération d’une famille de vignerons qui allient expérience technique et savoir-faire traditionnel.

Le Domaine vinifie les raisins issus de trois terroirs bien distincts du Roussillon situé entre mer et montagne, sur la route qui relie Perpignan au littoral méditerranéen. Ils vinifient leur propre raisin, mais travaillent aussi en étroite collaboration avec des producteurs de raisin et déjà, en 2016, leur chiffre d’affaires atteignait 16 millions d’euros. 

J’ai dégusté le Bastide Miraflors 2015 SAS Lafage (VDP/IGP) Vin de pays/Indication géographique protégée Côtes Catalanes, Syrah 70%, Grenache du Miraflors 30% 15o d’alcool.

Vendange manuelle, macération de 6 semaines. Fermentation conjointe des deux cépages en cuve de béton

roger bastide miraflors 

La dégustation 

Robe rouge dense et sombre avec des reflets violets. Bouquet intense de cassis, de mûre, de myrtille, de cerise noire douce. Des notes de figue sèche, de tabac, de moka et de poivre blanc, de violette, de pâte d’olive noire, de tourbe et de graphite.

En bouche c’est un vin ample, et sec, avec un bon degré alcoolique, une acidité moyenne, et un bon potentiel tannique. Une longue fin de bouche gourmande et épicée.

Ce vin accompagne merveilleusement les viandes rouges grillées ou mijotées et les fromages à pâte fleurie. Je suggère de le servir à 16 °C. Il a un potentiel de garde jusqu’en 2022.

Le Bastide Miraflors 2015 est disponible à la SAQ Cellier, code 12413831. Prix 22,45$. L’étiquette porte le label de qualité de LOUIS ROCHE.

Liens :

Domaine Lafage 

Représentés au Québec par VIN CONSEIL / LOUIS ROCHE 

70, rue du Midi, Morin Heights (Québec) J0R 1H0

Carole Marois, présidente
C. 450 628-5639

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., représentant
T. 514 267-5101

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca

vendredi, 08 juin 2018 08:00

La Tournée du Littoral

Le 15 mai dernier s’est tenue au Quai Alexandra du Port de Montréal la Tournée du Littoral.

Voici comment Caroline Charton, présidente de Le Marchand de Vin, présentait l’événement:

«La Tournée du littoral, c’est 4 agences, 3 destinations, plus de 40 producteurs de vins et de spiritueux, et plus de 250 produits offerts à la dégustation! Que vous soyez amateur, connaisseur ou expert, vous prendrez plaisir à découvrir ces produits disponibles à la SAQ ou en importation privée.

Venant des 4 coins du monde, nos producteurs vous feront voyager en partageant leur savoir et leur passion. Ces rencontres conviviales et instructives sont au cœur de cette activité de dégustation.

Cette année, la Tournée du Littoral lève son verre à la noble cause de la Tablée des chefs, un OBNL qui a pour mission de nourrir les personnes dans le besoin et de développer l’éducation culinaire des jeunes.

Que ce soit avec des bulles, du rouge, du blanc, du rosé ou encore un cocktail, je vous souhaite un événement riche en découvertes. Bonne tournée!»

Voici les producteurs participants de l’agence CHARTON HOBBS 

roger littoral 8juin2018 6Fabrizio Nencioni, directeur commercial San Felice et Luc Provencher, directeur Vins Fins & Communications Charton Hobbs Québec 

Charton Hobbs, Québec
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directeur Division Vins Fins
514 353 8955, poste 358
514 799 0524 (portable)

À la TABLE 1 : FIOL

roger littoral 8juin2018 10Gabriel Ares, support Ventes Charton Hobbs Québec, Giacomo Ciani Bassetti, directeur du développement des affaires (FIOL), et Jean Philippe Hamel, analyste Marketing Charton Hobbs.

Les vignobles de FIOL se trouvent sur les collines de Valdobbiadene et Conegliano, dans la province de Trévise, la terre du Prosecco. Nous avons justement été accueillis avec un verre de Prosecco Fiol glera bien frais.

À la TABLE 2 : CASTELLO BANFI

roger littoral2018 12Line Blais, coordonnatrice des Ventes Charton Hobbs Québec, Manon Lamy, directrice de portefeuille Charton Hobbs et Javier Rodriguez, directeur Export Banfi 

Castello Banfi est une entreprise vinicole fondée en Toscane en 1978 par les frères John et Harry Mariani, des Italo-américains avec une longue expérience comme marchands de vin aux États-Unis.

Ils ont mis la main sur un château médiéval, un hameau et des terroirs continus de 2830 hectares en Toscane, dont 850 consacrés à la vigne. Avec une méthode de gestion très moderne, des équipements à la fine pointe, les conseils d’un des meilleurs œnologues d’Italie, Ezio Rivella, et de bons contacts aux États Unis, les vins de Castello Banfi ont rapidement connu le succès. La famille a acheté en 1970 le domaine de Bruzzone de 45 ha, dans la région de Strevi, au Piémont. Ce domaine comporte une cuverie fondée en 1860.

Le hameau du Castello Banfi a quant à lui été transformé en un magnifique hôtel de campagne 5 étoiles.

L’entreprise est aujourd’hui présidée par les héritiers des fondateurs, James Mariani et sa cousine, Cristina Mariani May.

J’ai beaucoup aimé leur DOC, Brunello di Montalcino sangiovese. 55$ - prix resto 47,84$, et leur DOCG Chianti Classico Gran Selezone, Fonte Ala Selva sangiovese. 38,50$ importation privée - prix resto 33,49$.

À la TABLE 3 : PASQUA

roger littoral2018 15Paul Desroches, responsable Canada

L’histoire du domaine Pasqua Vigneti e Cantine commence à Vérone, en 1925, quand les frères Pasqua lancent leur compagnie de production de vins de Vénétie. Ils connaissent un développent rapide et investissent massivement dans des vignobles et dans une chaine d’embouteillage.

J’ai bien aimé leur DOCG Amarone della Valpolicella, Famiglia Pasqua corvina, rondinella, corvinone. 36,10$ - prix resto 31,40$, ainsi que leur

DOC Valpolicella Classico, Mai dire Mai corvina, corvinone, rondinella, oseleta. 59,75$ importation privée - prix resto 51,97$.

À la TABLE 4 : SAN FELICE AGRICOLA

roger littoral 8juin2018 7Fabrizio Nencioni, directeur commercial 

Le domaine est dans la commune de Castelnuovo Berardenga, près de Sienne, au cœur du Chianti Classico. Avec plus de 140 hectares de vignobles, environ 17 000 oliviers, des parcelles d’expérimentation, la cave, le Borgo et son hôtel prestigieux, San Felice est un exemple de convergence entre les activités de production, scientifiques et culturelles. Le domaine se compose actuellement de 20 hectares de vignobles, dont 14 sont destinés à la production de Brunello. San Felice est en train acquérir un autre vignoble de renommée mondiale en Bolgheri : Bell’Aja.

J’ai apprécié leur San Felice IGT Toscana, vigorello pugnitello, cabernet sauvignon, petit verdot. 60$ - prix resto 52,18$, et leur San Felice IGT Toscana, Pugnitello. 65$ importation privée - prix resto 56,53$.

À la TABLE 5 : BENI DI BATASIOLO

roger littoral 8juin2018 8Paola Marrai de chez Batasiolo, Fiorenzo Dogliani, président (centre) et Ricardo Marsh, directeur Canada & États-Unis pour Batasiolo

Le domaine familial Beni di Batasiolo a été fondé dans les années 50. Il est situé à la Morra, en plein cœur du Barolo (Piémont). À partir de 1978, la propriété s’est étendue à sept domaines situés dans les meilleurs secteurs pour la culture du Nebbiolo. Aujourd’hui, les Frères Dogliani ont neuf «domaines» et la propriété s’étend sur 140 hectares.

J’ai particulièrement apprécié leur Beni di Batasiolo DOCG Barolo, Riserva nebbiolo. 37,50$ - prix resto 32,62$, et leur Beni di Batasiolo DOCG Barolo, Corda Della Briccolina nebbiolo. 80$ importation privée - prix resto 69,58$.

À la TABLE 6 : DOMAINE COLLEMASSARI 

roger littoral 8juin2018 5Emanuele Gastel, directeur Export 

Le domaine est composé de 3 propriétés: Castello di ColleMassari, dans la zone supérieure de la Maremme, Grattamacco, dans l’appellation Bolgheri (DOC), et Poggio di Sotto, situé à Montalcino.

J’ai beaucoup aimé leur DOC Bolgheri Superiore, Grattamaco cabernet sauvignon, merlot, sangiovese. 105$ importation privée - prix resto 91,32$, et leur DOCG Montecucco Sangiovese Riserva, Poggio Lombrone sangiovese. 55,75$ importation privée - prix resto 48,49$.

À la TABLE 7 : MAISON BARTON & GUESTIER 

roger littoral 8juin2018 4Line Blais, coordonnatrice des ventes Charton Hobbs Québec et Edouard Thouvenot, directeur Export 

La plus ancienne maison de négoce à Bordeaux, fondée en 1725 par un Irlandais, Thomas Barton. Son petit-fils s’est associé avec le Français Daniel Guestier et leur maison porte officiellement le nom de Barton & Guestier depuis 1802.

Cette maison propose des vins des principales régions de France et montre la richesse du terroir français.

J’ai bien aimé leur AOC Haut Médoc, Château Magnol merlot, cabernet sauvignon, cabernet franc. 29,95$ importation privée - prix resto 26,05$. J’ai aussi aimé leur AOC Médoc, Thomas Barton Réserve Privée cabernet sauvignon, merlot, petit verdot 54,25$ importation privée - prix resto 47,18$.

À la TABLE 8 : JEAN-CLAUDE BOISSET

roger littoral2018 13Laure Guilloteau, œnologue et responsable commerciale

Jean-Claude Boisset, le fondateur de la maison, était fils d’instituteurs. Au début des années 1960, il crée sa petite Maison de vin à côté de Gevrey-Chambertin. Avec beaucoup d’optimisme, de ténacité, un peu de chance et l’appui inconditionnel de sa femme, il connaît assez vite le succès. Ses vins sont exportés vers l’Angleterre d’abord, puis vers l’Europe, et plus tard en l’Amérique. Aujourd’hui Nathalie et Jean-Charles Boisset ont pris la relève.

J’ai beaucoup aimé leur Jean-Claude Boisset AOC Bourgogne, Auxey-Duresses Les Crais chardonnay. 45,75$ - prix resto 39,79$, et leur

Jean-Claude Boisset AOC Fixin pinot noir. 46,75$ - prix resto 40,66$.

À la TABLE 9, plusieurs grandes marques se partageaient l’espace : CLOUDY BAY, DOMAINE CHANDON, TERRAZAS DE LOS ANDES et NEWTON VINEYARD 

roger littoral2018 14Maryse Cimon, représentante Bars & Restauration Montréal

CLOUDY BAY, fondé en 1985, est un des cinq premiers établissements vinicoles établis dans la région de Marlborough, et demeure aujourd’hui la marque de qualité de vin de la Nouvelle-Zélande.

Son sauvignon blanc élaboré en 1986 a connu un succès immédiat en Australie et en Grande-Bretagne à cause de ses arômes exubérants, ses saveurs fruitées et son agréable acidité.

J’ai beaucoup aimé leur Claudy Bay Marlborough Sauvignon Blanc. 37,50$ importation privée - prix resto 32,62$, et leur Claudy Bay Marlborough Pinot Noir. 49,25$ importation privée - prix resto 42,84$

DOMAINE CHANDON, de 405 ha, fondé en 1973, en partenariat entre Robert-Jean de Vogüé, président de Moët & Chandon, et John Wright, pionnier californien de la vinification. Le Chandon est un mousseux élaboré par la méthode classique, à partir de pinot noir, pinot meunier et chardonnay en provenance des vallées de Napa et Sonoma, en Californie.

J’ai bien apprécié leur Chandon VDT Californie Rosé, pinot noir, chardonnay, pinot meunier. 32,35$ - prix resto 28,14$, et leur Chandon VDT Californie Brut, chardonnay, pinot noir, pinot meunier. 29,60$ - prix resto 25,74$.

TERRAZAS DE LOS ANDES: À la fin des années 1950, Moët & Chandon envoya son vinificateur en chef, Renaud Poirer, en Amérique latine pour étudier le potentiel de la région afin de produire des vins de classe mondiale. Impressionnés par les conditions locales de vinification et la présence de vignobles en altitude, Poirer et Moët & Chandon fondent Bodegas Chandon en 1959. Après plusieurs décennies de succès dans le vin mousseux, Moët Hennessy Wine Estates et Bodegas Chandon Argentina ont inauguré en 1999 la cave Terrazas de Los Andes pour produire des vins tranquilles basés sur la culture de cépages en altitude, dans la région de Mendoza.

J’ai aimé leur Terrazas de Los Andes Mendoza Chardonnay. 20$ - prix resto 17,40$, et leur

Terrazas de Los Andes Cabernet Sauvignon. 21,35$ - prix resto 18,57$.

NEWTON VINEYARD est un domaine vinicole de 259 ha fondé en 1977 sur les pentes abruptes de Spring Mountain, en Californie. Tout a été conçu dans ce domaine pour réduire au maximum la manipulation humaine et cultiver le raisin dans le plus grand respect de la nature, en faisant ressortir le terroir dans le vin.

J’ai bien aimé leur Newton Vineyard Napa Valley, Chardonnay.73,25$ importation privée - prix resto 63,71$.

À la TABLE 10 : OSOYOOS LAROSE

roger littoral 8juin2018 2Caroline Schaller, œnologue responsable

Le Groupe Taillan, de France, a créé en 1998 le vignoble d’Osoyoos Larose de 32 hectares, d’un seul tenant. Il surplombe le lac d’Osoyoos, au sud de la vallée de l’Okanagan, en Colombie-Britannique. Ils élaborent deux vins exceptionnels: Le Grand Vin et Pétales d’Osoyoos.

Ils sont délicieux tous les deux: Okanagan Valley, Le Grand Vin, merlot, cabernet sauvignon, cabernet franc, petit verdot. 44,35$ - prix resto 39,79$, et Okanagan Valley, Pétale d’Osoyoos merlot, cabernet sauvignon, cabernet franc, petit verdot. 28,10 $ - prix resto 25,66$.

À la TABLE 11 : PÉREZ CRUZ 

roger littoral 8juin2018 9Germain Lyon, œnologue

Le vignoble familial Perez Cruz représente le caractère et la typicité de la Vallée Maipo Alto, au Chili. Situé au pied des Andes, ses terres sont rocailleuses et pauvres en nutriment. Le climat méditerranéen connait des étés secs et très ensoleillés, ainsi qu’une différence marquée entre les températures de jour et de nuit. Ils ont deux cuves centrales avec une capacité de 3 millions de litres. Ces cuves en forme de navire sont un concept écoresponsable qui incorpore un procédé par gravité. La température et l’humidité sont contrôlées naturellement dans la cuve principale, qui a une capacité de 5000 barils.

J’ai bien aimé leur Perez Cruz DO Valle del Maipo, Pircas de Liguai cabernet sauvignon. 34$ - prix resto 29,57$, et leur Perez Cruz DO Valle del Maipo, Limited Edition Syrah, grenache, mourvèdre. 23,85$ importation privée - prix resto 21,96$.

À la TABLE 12 se partageaient l’espace: LES BIENHEUREUX, LUXARDO, STOCK, DIPLOMÁTICO et ALIZÉ

roger littoral 8juin2018 1Caroline Matte, coordonnatrice Marketing Charton Hobbs Québec et Marion Tricoire, directrice de portefeuille Charton Hobbs Québec

LES BIENHEUREUX est né de la rencontre à Cuba d’Alex Sirech qui travaillait pour Pernod Ricard, et de Jean Moueix. Ils décident de mettre sur pied une société pour élaborer des whiskys et des rhums, pour lesquels la qualité serait leur arme marketing. Ils commencent par élaborer un whisky français en choisissant trois maisons qui leur fournissent le whisky de base, pour se concentrer, eux, sur l’assemblage et le vieillissement. Les rhums, ils les sélectionnent parmi les meilleures maisons des Caraïbes et du Guatemala, et les assemblent et les font vieillir dans leurs installations en Charentes.

J’ai beaucoup aimé leur Rhum Embargo. 59,75$ - prix resto 51,97$, leur Rhum El Pasador de Oro X.O. 69$ prix resto 60,01$ et leur Whisky Bellevoye Triple Malt. 69$ - prix resto 60,01$.

LUXARDO est une maison familiale fondée à Zara, une ville portuaire de Croatie. Girolamo Luxardo, un homme d’affaires de Gênes, et sa femme, Maria Canevari, déménagent à Zara en 1817. Maria perfectionne le “rosolio maraschino”, une liqueur produite dans les couvents dalmatiens depuis le Moyen Âge. La liqueur de Canevaria s’avère d’une si grande qualité qu’elle attire l’attention des connaisseurs. Son mari fonde la distillerie Luxardo en 1821. La distillerie est détruite pendant la Première Guerre mondiale, et est reconstruite en Vénétie, par après. Aujourd’hui, Franco Luxardo, qui est la 5e génération, produit le Limoncello de Luxardo le plus vendu au Québec.

Luxardo Limoncello. 22,60$ - prix resto 19,66$.

STOCK produit le vermouth Lionello, dont la recette originale est basée sur une combinaison de vin italien fortifié avec une sélection délicate d’herbes infusées, d’épices, de racines et de graines. Ils produisent aussi un brandy connu comme Stock 84. Trois ans de vieillissement minimum dans des fûts de chêne qui donnent naissance à ce brandy complexe et harmonieux.

Brandy, Stock 84. 33,25$ 1.14L - prix resto 28,92$.

DIPLOMÁTICO est une marque de rhum inspirée de Don Juancho Nieto Melendez, qui était un modèle de dévouement, de savoir-faire et de courtoisie. Son portrait illustre les étiquettes des rhums de la maison. J’ai beaucoup aimé le Rhum, Mantuano. 42,75$ - prix resto 37,18$, et le Rhum Reserva Exclusiva. 56$ - prix resto 48,71$.

ALIZÉ GOLD PASSION est une vodka française de qualité qui est mélangée avec du jus de la passion et des arômes naturels qu’on retrouve dans les régions les plus exotiques du monde. C’est une liqueur corsée, soyeuse et douce. Elle peut être dégustée sur glace ou dans des cocktails uniques, stylisés et colorés. Alizé Gold Passion. 24,35$ - prix resto 21,18$.

À la TABLE 13 : SAZERAC

roger littoral 8juin2018 3Christopher Kienzel, Bars et Restauration Montréal

Antoine Peychaud, un immigré créole, exploitait en 1838 une pharmacie sur Royal Street, dans le Quartier français de la Nouvelle-Orléans, qui sera connu plus tard sous le nom de Sazerac. Il a créé le premier cocktail américain pour ses amis en mélangeant du cognac, de l’absinthe, avec un soupçon de son amer secret.

Le cocktail de Peychaud s’est rapidement répandu dans les meilleurs Coffee House de la ville, terme utilisé pour désigner les débits de boisson au milieu des années 1800.

En 1869, un certain Thomas H. Handy devient propriétaire du Sazerac Coffee House et commence à commercialiser des marques d’alcool. Quatre ans plus tard, il rachète les droits sur les Amers de Peychaud. Dans les années 1890, sa société commence à embouteiller et à commercialiser le cocktail Sazerac, désormais produit à partir de whisky de seigle au lieu de cognac. Aujourd’hui, la maison Sazerac commercialise plusieurs marques de whiskey.

J’ai dégusté le Blanton’s Special Reserve 65$ - prix resto 56,53$, le Whiskey, Sazerac 6 ans Straight Rye 55$ - prix resto 47,84$, et le Whisky Caribou Crossing Single Barrel. 94,75$ - prix resto 82,41$

À la TABLE 14 : SOGRAPE et SANDEMAN 

roger littoral 8juin2018 15Bernardo Carvalho, directeur Territoires et Miguel Pinto, directeur exportation & Marketing Sogrape

Sogrape Vinhos est le plus grand groupe vinicole du Portugal, né en 1942, en pleine Deuxième Guerre mondiale, de la volonté de promouvoir les vins portugais à l’échelle mondiale pour sortir le pays du marasme économique d’où il se trouvait. Deux marques ont été les moteurs de cette entreprise, Mateus Rosé et Sandeman, suivies de Porto Ferreira et d’Offley. Ensuite se sont ajoutés Barca Velha fierté de Casa Ferreirinha (Douro), Quinta dos Carvalhais (Dão), Herdade do Peso (Alentejo), des vins frais Vinhos Verdes de Quinta de Azevedo et Gazela, et du polyvalent Grão Vasco (Dão).

J’ai aimé leur DOC Alentejo, Herdade do Peso Trinca Bolotas alicante, bouschet, touriga nacional, aragonez 21,10$ importation privée - prix resto 18,35.

SANDEMAN est une structure à part. En 1790, l’Écossais George Sandeman, âgé de 25 ans, rêve de faire fortune dans le commerce du vin. Sept ans plus tard, il crée une des marques les plus réputées de l’industrie des boissons alcoolisées. Dans les années suivantes, Sandeman résistait à la guerre et au siège de la ville et devient le plus grand expéditeur de porto.

Quinta do Seixo Estate de Sandeman est située dans la vallée du Douro, lieu de naissance et première région viticole délimitée dans le monde du vin de Porto.

J’ai aimé le Sandeman DOC Porto, Tawny 10 ans touriga franca, tinta roriz, tinta amarela, tinta barroca, tinto cao. 44,50$ imporation privée - prix resto 38,70$, le Sandeman DOC Porto, Tawny 20 ans touriga amarela, tinta barroxa, tinta roriz, tinta franca. 59,75 $ - prix resto 51,97$, et surtout le Sandeman DOC Porto, Tawny 30 ans touriga amarela, tinta barroca, tinta roriz, touriga franca. 99,75$ - prix resto 86,75$.

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca

lundi, 04 juin 2018 07:30

Renaissance de La Métropole

Le 1er juin a été lancée la nouvelle plateforme de LA MÉTROPOLE.

roger equipe metropoleStéphane Maestro, Paul Laflamme, Alain Clavet, Martine Ousset et Raymond Carpentier

Au commencement c’était le journal du quartier du Vieux-Montréal, racheté il y a une dizaine d’années par Stéphane Maestro, qui a créé un magazine Web montréalais d’actualité tout en maintenant le journal papier pendant quelques années. 

Les positions osées et courageuses de la direction et des chroniqueurs et journalistes de La Métropole lui ont apporté une grande visibilité et des centaines de milliers de lecteurs. Ses articles, souvent non «politically correct», ont heurté aussi plusieurs maires de Montréal, mais l’avenir a toujours donné raison au magazine.

Pour des raisons financières, Stéphane Maestro s’est finalement départi de sa version papier pour se concentrer sur son magazine Web.

Un magazine Web a de nombreux avantages, mais il est aussi susceptible de subir les attaques des hackers. Pendant des années La Métropole s’est bien défendue, mais a fini par être affaiblie dans ses structures lorsque des hackers d’Extrême-Orient ont commencé à l’attaquer systématiquement. Stéphane Maestro s’est vu dans le dilemme, soit de se doter d’une nouvelle plateforme, ou de vendre. Il a fini par céder ses parts à un groupe d’investisseurs à la tête desquels se trouve son ancien rédacteur en chef, Alain Clavet.

Le nouveau magazine La Métropole s’est doté d’une nouvelle structure Web, très moderne, très performante, et comme Alain Clavet connaît la musique, il a rajeuni l’image et les sections. Nous attendons avec impatience de connaître sa nouvelle politique éditoriale, qui va marquer l’avenir de ce média si particulier et nécessaire à la vie culturelle et politique de Montréal.

Tous nos vœux de succès à la nouvelle LA MÉTROPOLE!

LIENS :

LaMetropole.com

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca

Page 1 sur 79