dimanche 15 juillet 2018
Chroniques de Roger Huet
Roger Huet

Roger Huet

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...

Nous avons célébré la venue de Mme Lenia Boutari à Montréal. Elle est la 6e génération de la maison grecque du même nom, et était accompagnée du Directeur Export Achilleas Chairetis, et du Maître œnologue Dr Yannis Voyatzis, avec l’équipe de Kolonaki qui les représente au Canada: Steve Kriakis, Michel Rondeau et Carlos Barbosa.

roger boutari force grecqueMichel Rondeau, Steve Kriakis, Lenia Boutari, Achilleas Chairetis, Dr Yannis Voyatzis, et Carlos Barbosa

La Maison Boutari a été fondée en 1879 à Naoussa, en Macédoine de l’Ouest. C’est aujourd’hui une des plus prestigieuses productrices de vin en Grèce. Elle possède six établissements vinicoles qui sont situés à Naoussa, Santorin, Péloponnèse, Crète, Goumenissa et l’Attique. Sa gamme de vins compte plus de 40 étiquettes qu’elle exporte dans plus de 45 pays.

Les œnologues de Boutari donnent une grande importance à l'élaboration de vins de qualité avec un caractère distinct qui représente pleinement le potentiel des cépages grecs. Leurs vins ont reçu plus de 280 distinctions au cours des dernières années. «Boutari» est la seule marque de vin à avoir été honorée avec le titre de Superbrand, sur le marché du vin grec. En 2011, le magazine «Wine & Spirits» l’a consacrée «Chai International de l'Année».

Au restaurant Le Petros de Westmount, on nous avait concocté des mets typiquement grecs pour un mariage mets-vins.

roger boutari bouteilles

Nous avons dégusté tout d’abord deux blancs, le Lac Des Roches 2016 100% Roditis, très frais, suivi d’un Boutari Martinia 100% Moschofilero floral et très agréable,

Nous avons ensuite passé aux rouges en commençant par le Boutari Nemea 2016, 100% Agiorgitiko, avec un beau corps, pour continuer avec le Boutari Naoussa 2015, 100% Xinomavro, qui est un vin de gastronomie. Pour finir nous avons apprécié le magnifique Boutari Grand Reserve Naoussa 2012, 100% Xinomavro. Ils sont tous disponibles à la SAQ.

Mon coup de cœur, sans hésitation, a été le Boutari Grande Réserve Naoussa Xinomavro 2012, 100% Xinomavro, 13 degrés d’alcool. Un vin qui démontre la grande maîtrise du Maître de Chai.

roger grande reserve naoussa boutari

Robe rouge foncé avec des reflets violets. Un bouquet magnifique d’olive, de jus de tomate, de cannelle, de figue sèche, de fruits rouges, et un léger boisé de chêne.

En bouche c’est un vin complexe bien structuré, corsé, gras, avec des tanins puissants mais à la fois de grande qualité, équilibré avec une saveur intense et un long arrière-goût de cannelle et de noix.

C’est un vin qui appelle les viandes rouges, le bœuf, le gros gibier. Parfait avec les fromages forts. On doit le servir à 18 degrés C et il gagne à être passé en carafe.

Il peut être conservé en cave au-delà de 15 ans.

Le Boutari Grande Réserve Naoussa Xinomavro 2012 est disponible à la SAQ, code 00140111. Prix 20,80$

Liens :

BOUTARI

Représenté au Canada par Kolonaki Group

Steve Kriakis, responsable de marque au Québec 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

Roger Huet
Chroniqueur vins
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca 

vendredi, 23 février 2018 07:52

Le vin est une drogue!, de Jacques Benoît

Dans son dernier livre Le vin est une drogue!, Jacques Benoît ne se fait pas le chantre de la prohibition en fustigeant le vin; tout le contraire, il raconte sa fascination pour cette boisson, à laquelle il a consacré plus de 30 ans de sa vie et qui lui a donné bien du plaisir.

roger vin drogue

Comme le dit le sous-titre : Mémoires et d’un dégustateur passionné, cet ouvrage est surtout un livre d’histoire, car Jacques Benoît, chroniqueur vins au journal La Presse, a été un témoin de premier plan sur l’introduction du vin dans la vie des Québécois, et l’évolution du vin dans le monde.

Il a réalisé 60 voyages pour déguster le vin dans les principaux pays producteurs et a une feuille impressionnante de plusieurs milliers de vins dégustés – des plus grands aux plus modestes, des plus magnifiques aux piquettes – le chroniqueur ne peut pas savoir avant de les avoir mis en bouche!

Le jugement de Jacques Benoît est toujours juste et le chroniqueur s’en tire quand même avec une assez bonne santé, preuve qu’il a beaucoup craché.

Le livre est rempli d’anecdotes et de très bonnes réflexions sur le vin, mais surtout de petites biographies où l’auteur se plait à présenter les acteurs avec lesquels il a sympathisé. Il fait une belle part aux Québécois : chroniqueurs et producteurs de vins; un peu par chauvinisme sans doute, mais surtout parce qu’il a partagé avec eux des heures de découverte et de plaisir.

À la lecture de ce livre, on se rend compte combien le monde vinicole est éphémère. Le vin a évolué en trente ans d’une façon grandiose. Les personnages décrits dans ce livre ne sont plus de ce monde ou sont en fin de carrière. Ils seront remplacés par d’autres acteurs, qui tout en respectant les traditions, vont imprimer à leurs travaux, leur personnalité, ce qui va changer la nature des produits.

Il y aura toujours l’influence de la mode et les marchés qui évoluent. Pour cette raison ce livre est un trésor.

Dans trente ans, il y aura un ou plusieurs chroniqueurs qui signeront leurs mémoires vinicoles. Leurs récits n’auront rien à voir avec le livre, ni le monde de Jacques Benoît, mais ce sera passionnant de les comparer.

Merci Jacques Benoît de ce témoignage sincère.

Le vin est une drogue! de Jacques Benoît, 208 pages, est publié par Les Éditions La Presse. Disponible en librairie. Prix 22,95$. 

Roger Huet
Chroniqueur vins
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca 

Weingut Burg Ravensburg est un des plus vieux domaines vinicoles allemands, dont les origines documentées remontent à l’année 1251. Les ruines du château dominent toujours les 110 hectares de vignes. C’est un des plus gros domaines bio d’Allemagne. Les sols de grès bigarré, calcaire coquillier et marnes irisées datent de 230 millions d’années. Les vignobles sont situés à une altitude moyenne de 750 mètres et jouissent d’un bon ensoleillement. Le Riesling représente 35% de la production. Ce domaine ne produit que des vins secs.

roger ravensburg paysage

J’ai dégusté le Riesling 2015 de Weingut Burg Ravensburg, 12,5o d’alcool, 8,9 g d’acidité au litre et 7,1 g/l de sucre résiduel.

Le raisin est cueilli à la main, à maturité. L’œnologue Claus Burmeister procède à une double sélection, au vignoble et à son arrivée au chai, dans le but de ne vinifier que les raisins les plus parfaits. Le raisin est alors refroidi et maintenu avec les peaux pendant 24 h pour faire ressortir les arômes avant la fermentation. Il est ensuite pressé doucement avec des presses pneumatiques et transporté par gravité naturelle dans le chai. Tout le processus de vinification du Riesling se fait en cuves inox.

roger ravensburg riesling

Magnifique robe topaze clair, brillante. Une grande finesse dans les parfums où se dégagent d’abord le citron et le pamplemousse blanc, ensuite la poire, la pêche, le tilleul et la mangue.

En bouche, c’est un vin élégant, fruité: pomme, citron, abricot, mais aussi minéral et son acidité apporte une douce fraîcheur. Une longue finale gourmande.

Délicieux à l’apéritif avec des canapés, avec des salades, avec les fruits de mer et les poissons à chair blanche. Très agréable avec un poulet rôti et avec une blanquette de veau. Je suggère de le servir à 8 oC.

Le Weingut Burg Ravensburg Riesling 2015 bio est un coup de cœur de l'équipe du Cellier, code SAQ 13453762. Prix 20,30$. 

Liens : 

Weingut Burg Ravensburg  

Représentés au Québec par Agence Benedictus

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., président
Tél.: 514 913-5405 ou 450 671-5572

Roger Huet
Chroniqueur vins
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca 

samedi, 20 janvier 2018 10:48

La petite reine du Nord

Les agents de vin la connaissent bien. Pour promouvoir leurs produits dans le Nord, de La Malbaie à Sept-Îles, c’est une référence, elle s’appelle SUSANA OCHOA VEGA. Elle est active dans tous les médias, télé, radio et journaux locaux. J’ai voulu vous la faire connaître. Je l’ai rencontrée à Montréal pendant le Salon des Vins d’Espagne.

RH – Vous êtes un exemple d’adaptation et de réussite au Québec, SUSANA OCHOA VEGA. Racontez-nous où vous êtes née et ce que vous avez fait avant d’immigrer dans la belle région de La Malbaie.

roger reine nord susana smile

SUSANA OCHOA VEGA – Je suis née au Mexique, où j'étais professeure d’espagnol. Je suis arrivée du Mexique directement à la Côte-Nord, et là j’ai commencé à apprendre le français et à connaitre la culture, à m’intégrer et à développer mon programme d’espagnol. Un jour, j’ai vu une affiche de l’école hôtelière de Charlevoix, je l’ai prise et l’ai gardée pendant quelques années.

RH – Qu’est-ce qui vous a poussée à immigrer au Québec, et surtout dans le Nord?

SUSANA OCHOA VEGA – «Qui prend mari, prend pays». Je me suis mariée avec un Québécois qui travaille dans le domaine de la santé sur la Côte-Nord.

RH – Lorsque vous arrivez, vous ne connaissez rien de votre pays d’adoption. Quelles ont été premières vos impressions, et vos premiers défis?

SUSANA OCHOA VEGA – Ma première impression a été de découvrir la simplicité chez les Québécois, ainsi que leur bénévolat. Mon premier défi c’était d’apprivoiser le froid, parce que je suis arrivée en janvier.

RH – Vous êtes arrivée munie d’un diplôme d’anglais et d’une longue expérience dans l’enseignement de l’espagnol aux étrangers, mais il vous restait à apprendre le français, que vous parlez aujourd’hui très bien.

SUSANA OCHOA VEGA – J’ai appris le français par moi-même en appliquant le même système que j’utilisais pour mes élèves d’espagnol. Quand j’ai été prête, j’ai demandé à une dame de m’aider à converser. Quelques années plus tard, j’ai reçu des cours de francisation.

RH – Qu’est-ce que vous faisiez pour vivre, au début?

SUSANA OCHOA VEGA – Au début, je me suis surtout occupée d’apprendre le français et de comprendre la culture, pour ainsi pouvoir m’intégrer. Le premier emploi que j’ai réussi à obtenir était femme de chambre. À la même période, j’ai commencé dans un restaurant et aussi aux croisières aux baleines. Tout cela a débuté à Tadoussac.

RH – Quelle était votre clientèle pour vos cours d’espagnol?

SUSANA OCHOA VEGA – Ma clientèle a été celle des débutants, que je considère comme la plus difficile, puisqu’un bon départ est gage de succès pour l’étudiant.

RH – Vous êtes une passionnée et avec le temps, vous allez bâtir une méthode que vous publiez en cinq volumes, qui est vraiment intéressante.

SUSANA OCHOA VEGA – C’est le résultat de mon expérience dans l’enseignement, qui commence avec un livre pour débutants, suivi d’un autre de niveau intermédiaire, puis d’un troisième de niveau avancé, ensuite vient l’espagnol pour voyager avec deux guides et finalement, l’espagnol médical.

RH – L’enseignement de l’espagnol sera toujours une de vos activités parallèles qui vous permettra d'en vivre, avec l’avantage qu’elle vous laisse le temps de faire autre chose. Cette autre chose va devenir le vin. Comment avez-vous découvert votre intérêt pour le vin?

SUSANA OCHOA VEGA – Mon mari est un amateur de vin et c’est lui qui m’en a transmis la passion. À la maison il y avait toutes sortes de livres qui se rapportaient au vin, le Guide Phaneuf, un livre de Chartier, encore un autre de Jacques Orhon. J’entendais si souvent parler de Nadia Fournier et de Véronique Rivest, que j’aurais pu penser qu’elles étaient mes voisines. À travers mes nombreuses observations culturelles, j’ai remarqué l’attrait des Québécois pour le vin. Dans la restauration, j’ai constaté que le vin faisait vraiment partie de la culture. Alors j’ai décidé de me former en restauration ainsi qu’en sommellerie, afin de donner un meilleur service à la clientèle, et puis j’ai sorti mon affiche pour m’inscrire à l’école hôtelière de Charlevoix.

RH – Quand avez-vous compris que vous pouviez promouvoir le vin et les spiritueux dans le Nord?

roger reine nord susana noel

SUSANA OCHOA VEGA – Quand j’ai vu l’intérêt des Québécois pour en savoir plus à propos de ce qu’ils buvaient, je me suis mise à faire des suggestions de vins et les gens se montraient enthousiastes. C’est ce qui m’a stimulée à commencer à écrire dans les journaux.

RH – Vous découvrez donc que le vin est un produit complexe et varié et qu’il y a un langage qu’il faut connaître pour pouvoir le raconter et le commenter. Comment l’avez-vous appris?

SUSANA OCHOA VEGA – De la même façon que j’ai appris le français. Je suis une spécialiste en apprentissage des langues, et le monde du vin est aussi un langage pour moi; il implique l’histoire, la géographie, le vocabulaire et la culture.

RH – Parlez-nous de vos cours en restauration et en sommellerie.

SUSANA OCHOA VEGA – J’ai fait l’ASP avant le DEP. J’ai eu le plaisir de commencer la sommellerie avec Mme Danielle Belley, qui malheureusement est décédée deux mois plus tard. Après j’ai eu d’autres professeurs dans le même programme. Parmi eux, Shawn St-Pierre et Daniel Galarneau m’ont accompagnée dans mon cheminement.

Le DEP en restauration m’a aidée à connaitre davantage la gastronomie que nous avons au Québec et je me suis amusée à faire de nombreux accords avec les vins.

RH – Vous commencez d’abord à écrire pour des journaux régionaux.

SUSANA OCHOA VEGA – Ce sont Les Éditions Nordiques (Charlevoix, Côte-Nord et Manicouagan) qui m’ont donné ma première chance en 2016. Ce que je cherchais, c’était de vulgariser, tout en demeurant professionnelle, afin que ce soit facile à comprendre pour le public, en utilisant le langage et des produits de la vraie vie, et surtout en restant moi-même.

Par rapport au vin, je combine la thématique aux besoins du client. Alors, en partant, je demande des échantillons aux agences, mais souvent c’est moi qui achète les produits.

RH – Après les journaux, vous commencez à collaborer à la radio.

roger reine nord susana radio

SUSANA OCHOA VEGA – J’ai débuté en 2017 à Essipit (Les premières nations) "CHME Rock ma vie" avec Anne-Sophie Paquet et ensuite à la radio de Charlevoix CIHO FM 96.3 avec Geneviève Charbonneau, qui a embarqué dans cette aventure. Les émissions portent sur la dégustation, les accords, et surtout sur la présentation de produits et les événements reliés au vin. Nous avons beaucoup de plaisir dans le studio, c’est super le fun, on s’amuse beaucoup en découvrant le monde du vin.

RH – Finalement c’est la consécration, vous passez à la télé.

roger reine nord susana cameras

SUSANA OCHOA VEGA – Au début, nous devions faire seulement des petites capsules sur le vin à la télévision communautaire de la Côte-Nord. Finalement, cela a donné une émission complète de 30 minutes qui s’appelle "Le bon vin" et qui est diffusée par deux télévisions communautaires sur la Côte-Nord, de Tadoussac jusqu’à Sept-Îles.

Dans Charlevoix il existe quatre émissions, deux d’espagnol pour voyager et deux sur le vin, qui s’appellent "Vino et Étiquette". Toutes sont diffusées par deux télévisions communautaires différentes, de Baie-Saint-Paul jusqu’à Baie-Sainte-Catherine.

Je crois à mon concept de mélanger ma culture, ma langue et le monde du vin dans une même émission. J’ai toute la liberté pour faire la décoration, la présentation, et pour choisir la thématique.

roger reine nord susana vins

RH – En dehors de la vie professionnelle, comment vit Susana Ochoa Vega à la Malbaie?

SUSANA OCHOA VEGA – J’ai une grande “petite” famille où le seul Québécois “pure-laine” c’est mon mari. Tout le monde demeure dans Charlevoix. Nos amis sont des Québécois et des Latinos. Chaque fois qu’on en a la chance, on fait “La Fiesta” toujours à la façon mexicaine, c’est-à-dire avec beaucoup de nourriture, beaucoup de téquila et de la musique très forte. À la maison, j’aime écouter des documentaires à la télévision, j’aime la danse et la création artistique. Je m’implique également avec la MRC de Charlevoix pour aider à l’intégration des immigrants en faisant des activités culturelles. Je suis membre du Lions Clubs, ce qui me permet de m’impliquer dans la communauté de Charlevoix.

RH – Quelles sont vos projets pour 2018?

SUSANA OCHOA VEGA – Continuer mon aventure dans le monde du vin.

RH – Susana Ochoa Vega, vous êtes un bel exemple pour les immigrants qui veulent faire leur vie au Québec, car vous avez su vous rendre utile et intéressante pour les gens qui vous accueillent.

Je vais mettre vos liens pour que les agents et les vignerons puissent vous contacter. Merci de m`avoir accordé cette entrevue.

SUSANA OCHOA VEGA – C’est moi qui vous remercie et «Salud».

Note: Susana a recommandé le vin à l’émission du 14 janvier 2018 de Tout le Monde en Parle, et elle était présente dans la salle.

 

Liens :

Susana Ochoa Vega
355, boulevard Kane
La Malbaie (Québec) G5A 1K8
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Roger Huet
Chroniqueur vins
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca 

mardi, 16 janvier 2018 07:30

Le Kim Crawford Rise & Shine Pinot Noir

Kim Crawford, dans l’histoire de la Nouvelle-Zélande, est le plus osé et génial des producteurs de vin. Beaucoup pensent que c’est une femme, mais c’est un homme. Par contre, comme derrière chaque grand homme il y a toujours une grande femme, ici c’est Erica, son épouse, un génie du marketing. Leur histoire est curieuse. Un jour de 1996, Kim se réveille et dit à sa femme « Je vais devenir vigneron et on va se faire riches ». Ils n’ont pas d’argent, ni d’expérience dans le vin, aucun des deux n’a de diplôme d’œnologie, portant Kim fonde sa marque de vin à son propre nom, à Auckland. Il n’a ni vignoble, ni terre, ni cave. Il achète son raisin à des producteurs, loue un chai et produit en petites quantités des vins remarquablement parfumés et conviviaux. Erica a le marketing dans le sang et à tous les deux ils vont créer de toutes pièces une marque de vins superbes et de prestige. 

Ils s’introduisent sur le marché américain et connaissent un succès fulgurant. Ils accumulent les prix, les médailles et les hautes notations internationales et alors que tout va très bien, ils risquent la catastrophe: on les accuse d’utiliser plus de cépages d’appoint qu’il n’en est permis. 

Kim et Erica n’ont que leur marque, ils risquent de tout perdre, et décident de se battre. Ils s’excusent, promettent d’être plus rigoureux dans leurs normes de production et leur situation se stabilise. 

Ils savent maintenant que leur situation est vulnérable et qu’ils ne pourront pas surmonter un autre incident de ce genre. Erica a alors une idée de génie, ils contactent le géant canadien des alcools et spiritueux Vincor, aujourd’hui Constellation, et lui proposent de lui vendre la marque Kim Crawford. Vincor évalue l’offre et considère que la marque a un réel engouement auprès du public aux États-Unis, et l’achète pour 8,6 millions de dollars canadiens en 2003. En 2005, Costellation embauche un œnologue expérimenté, Anthony Walkenhorst, qui se décrit comme le «gardien de la saveur» et se donne comme objectifs de produire des vins audacieux, uniques et dynamiques qui consolident le style Kim Crawford. 

J’ai dégusté le Rise & Shine Pinot Noir, de la collection Small Parcels, de Kim Crawford, 13,5o d’alcool. 

roger kim crawford

Voici ce que nous dit l’œnologue: « Pour chaque millésime, nous sélectionnons des petites quantités de raisins exceptionnels qui définissent notre gamme Small Parcels. Le nom Rise & Shine s’inspire d’une célèbre mine d’or située dans le district de Central Otago, où sont produits ces raisins.

Un vin savoureux et corsé avec de riches saveurs de prune, de mûre et d’épices. Élevé en barriques de chêne français. Les notes fruitées sont soutenues par des tanins soyeux, donnant ainsi au vin une texture souple et une finale toute en longueur.»

Ce vin de gastronomie se mariera à merveille avec une côte de bœuf vigneron, avec un pavé de rumsteak aux champignons, avec un cochon de lait au four, ou simplement avec une pintade rôtie ou un plateau de fromages. Je suggère de le servir à 17 oC.

Le Kim Crawford Rise & Shine Pinot Noir 2014 est disponible à la SAQ, code 13425868. Prix 30$.

Liens : 

Les produits Kim Crawford sont représentés au Québec par Vins Arterra Canada

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directeur du développement et événements spéciaux  
Tél.: 1 800 561-8634, poste 5376

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél.: 514 861-2404, poste 5212

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directrice des relations publiques

Roger Huet
Chroniqueur vins
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca 

Une intéressante exposition intitulée CARTES POSTALES : LA CULTURE DU VIN, présentée par Les Vins d’Allemagne, s’est tenue à l’Hôtel Gault de Montréal, du 6 octobre au 2 novembre 2017. Cette exposition, organisée à l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération et du 375e anniversaire de Montréal, consistait en 13 images surdimensionnées des régions vinicoles d’Allemagne. Les Montréalais avaient la possibilité de compléter leur visite avec la découverte des vins allemands.

Au vernissage j’ai rencontré madame Ulrike Lenhardt, Directrice marketing de l’Institut du Vin Allemand, qui m’a accordé cette entrevue : 

RH – Quand apparaissent les premiers cépages en territoire allemand? 

ULRIKE LENHARDT – La viticulture en Allemagne a commencé il y a plus de 2000 ans avec l’Invasion romaine. Chaque légionnaire avait droit à une ration de vin par jour, mais le transport de la Méditerranée était trop difficile et coûteux, donc les Romains commencèrent à planter des vignes sur les côtes de la Moselle et du Rhin. Après la période sombre de la migration des peuples, ce sont des moines, notamment bourguignons, qui ont introduit une deuxième vague de plantations de vignes il y a plus de 1200 ans. 

RH – Le vignoble allemand est le plus continental d’Europe et couvre actuellement 102 000 hectares. Quelle est la production de vin de l’Allemagne et quelle position occupe-t-elle dans le monde? 

ULRIKE LENHARDT – L’Allemagne, qui produit en moyenne autour de 9 millions d’hectolitres de vin, est le 10e plus important pays producteur, tout juste derrière l’Argentine et devant le Portugal.

roger allemagne vinicole carte vignoble allemand

RH – L’Allemagne a 13 régions vinicoles reconnues, dont 6 couvrent le 90% de la production actuelle. Voulez-vous les évoquer? 

ULRIKE LENHARDT – Les six plus grandes régions vinicoles sont : Hesse rhénane (26 500 ha), Palatinat (23 500 ha), Pays de Bade (15 800 ha), Wuerttemberg (11 500 ha), Moselle (8 900 ha) et Franconie (6 100 ha). 

RH – Combien de producteurs de vins il y a actuellement en Allemagne, incluant les coopératives? 

ULRIKE LENHARDT – Nous avons en Allemagne autour de 17 000 vignerons qui font leur propre vin, mais seulement 3000 d’entre eux exploitent plus que 10 ha. La plupart des petits producteurs sont membres de coopératives, lesquelles fournissent environ 30 pour cent de la production nationale. Au total, on compte en Allemagne autour de 48 000 viticulteurs.

roger allemagne vinicole winery

RH – Quelle est la taille moyenne d’une propriété vinicole allemande? 

ULRIKE LENHARDT – Environ 6 hectares – soit plus ou moins 15 acres. 

RH – Parlons des cépages. L’Allemagne s’est montrée très créative pour adapter et même inventer des cépages qui puissent performer sous son climat continental. Tout d’abord les cépages blancs, où le Riesling règne en maître. 

ULRIKE LENHARDT – Plusieurs cépages réussissent bien dans le climat continental allemand. Voici un portrait de nos cépages blancs les plus populaires: Riesling (23 700 Ha), Müller-Thurgau (12 623 Ha), Grauburgunder (Pinot Gris) (6 179 Ha), Weißburgunder (Pinot Blanc) (5 161 Ha), Silvaner (4 926 Ha), Kerner (2 702 Ha), Chardonnay (1 884 Ha), Bacchus (1 715 Ha), Scheurebe (1 407 Ha), Gutedel (1 138 Ha), Gewürztraminer (965 Ha), Sauvignon Blanc (956 Ha). Un total de 67 518 Ha en blanc. 

RH – Dans les cépages rouges se démarque le Spatburgünder ou Pinot Noir. Il est accompagné d’autres excellents cépages. Quels sont les principaux? 

ULRIKE LENHARDT – En rouge, les principaux cépages sont le Pinot Noir, le Dornfelder et le Portugieser. Le Blaufränkisch / Lemberger et le Régent sont en progression; ce dernier résiste bien aux maladies fongiques.

Voici un portrait de nos cépages rouges les plus cultivés: Spätburgunder (11 787 ha), Dornfelder (7 741 ha), Portugieser (3 064 ha), Trollinger (2 230 ha), Schwarzriesling (1 995 ha), Lemberger (1 859 ha), Regent 1 847 ha), pour un total de 34 975 ha en rouge.

RH – À partir de 1971, l’Allemagne a créé un système de classification des vins. Quels sont les équivalents des AOC, AOP, DOP, VINS DE PAYS? 

ULRIKE LENHARDT – Ces classifications perdent de plus en plus d’importance. Si on regarde des vins modernes allemands, presque tous les vins sont qualifiés comme Qualitätswein tout simplement.

C’est seulement quand il s’agit de vins avec du sucre résiduel que les prédicats (Prädikate) tels que Kabinett, Spätlese ou Eiswein sont encore utilisés. 

RH – Je voudrais que nous nous attardions sur le Riesling allemand, qui donne des vins tellement variés. 

ULRIKE LENHARDT – Le Riesling est sans l’ombre d’un doute le cépage allemand le plus connu et le plus réputé. Il occupe 22 pour cent de la superficie totale plantée en vignes, et on le cultive dans chacune des 13 régions viticoles. Ce cépage se plaît dans une grande variété de sols – selon le terroir spécifique (sol et microclimat), il donne des fruits dotés de profils aromatiques très divers, qui permettent de produire une incroyable gamme de vins. 

RH – Les vins allemands semi-doux, doux, les vendanges tardives, dont un hasard a fait de vous les inventeurs en 1775 et les vins de glace sont des vins fascinants.

roger allemagne vinicole dame

ULRIKE LENHARDT – Quatre catégories bien précises font référence à la sucrosité des vins allemands : 

Trocken : vins secs – peuvent contenir 4 grammes de sucre au litre («très sec»), jusqu’à 9 g/l. Dans ce cas la quantité de sucre résiduel est liée à l’acidité totale (la formule est g/l d’acidité + 2 jusqu’à concurrence de 9 g/l de sucre résiduel). 

Halbtrocken : vins demi-secs, à partir de 12 g/l de sucre, jusqu’à 18 g/l; dans ce cas la quantité de sucre résiduel est liée à l’acidité totale (formule : g/l d’acidité + 10 jusqu’à concurrence de 18 g/l de sucre résiduel). 

Lieblich : vins moelleux – doivent contenir plus de 18 g/l et un maximum de 45 g/l de sucre résiduel. 

Süss : vins liquoreux – qui contiennent au moins 45 g/l de sucre résiduel. 

RH – Les vins pétillants sont très populaires en Allemagne, dont vous avez toute une gamme. Qu’est-ce que nous devrions savoir sur les pétillants allemands? 

ULRIKE LENHARDT – Les Allemands raffolent des bulles! Nous sommes même les champions mondiaux en matière de production et de consommation. Ces dernières années, les mousseux haut de gamme, élaborés au moyen de la «méthode classique», ont connu une progression spectaculaire! De plus en plus de vignerons se consacrent à la production de vins mousseux, souvent à partir des cépages classiques de type Pinot.

Malheureusement, en Allemagne nous n’avons pas encore un système de classification pour nos mousseux. Le mot allemand «Sekt» est l’équivalent de «Spumante» en italien, sans qu’on sache si le mousseux est produit à base de vins allemands ou étrangers. Seulement le mot Winzersekt (mousseux de vigneron) signifie qu’il s’agit d’un mousseux vraiment allemand. 

RH – Comment devons-nous lire et comprendre les étiquettes et les contre-étiquettes allemandes? 

ULRIKE LENHARDT – Je vais vous répondre en conformité au Manuel du vin allemand: «L’étiquette est la carte de visite du vin. Bien conçue et attrayante, elle aide le consommateur à faire un achat plus avisé».

Depuis le 1er août 2003, la réglementation entourant l’étiquetage a été libéralisée. Jusqu’à cette date, l’emploi de termes et descriptions non expressément autorisés était interdit; depuis, seuls les termes et descriptions mensongers ou trompeurs sont interdits.

Ces termes et descriptions qu’on retrouve sur les étiquettes sont :

  • Des déclarations obligatoires.
  • Des déclarations facultatives précisément définies.
  • Autres déclarations facultatives vérifiables.

Les Déclarations obligatoires concernant les vins allemands de qualité sont: 

  • Le pays d’origine : «Deutscher Qualitätswein» ou «Qualitätswein aus Deutschland».
  • La région d’origine : l’une des régions viticoles allemandes.
  • La catégorie de qualité (incluant Prädikat, le cas échéant)
  • Le producteur ou embouteilleur
  • Le taux d’alcool exprimé en pourcentage par volume
  • Le contenu de la bouteille
  • Le numéro d’agrément A.P.Nr.
  • La mention « Contient des sulfites » 

Depuis le 1er juillet 2012, on retrouve aussi la mention d’éventuels allergènes dérivés d’œufs ou de produits laitiers (ex.: l’albumine et la caséine utilisées comme agent de filtration ou le lysozyme comme stabilisant). 

Le type de vin si autre que blanc ou rouge, exemple: Weissherbst, Rotling.

roger allemagne vinicole raisin

RH – Le Deutsches Weininstitut (Institut du Vin Allemand) a été créé en 1949. Quelle est sa mission? 

ULRIKE LENHARDT – Nous faisons la promotion générique des vins allemands en Allemagne même, ainsi que dans nos 10 principaux marchés d’exportation. 

RH –  De quel ordre sont les exportations de vins allemands? 

ULRIKE LENHARDT – Nous exportons environ 20% de notre production. 

RH – Quelle est la place du Canada et du Québec dans vos ventes? 

ULRIKE LENHARDT – Le Canada pointe au 5e rang, essentiellement grâce à nos ventes au Québec et en Ontario. 

RH – Il y a un événement annuel très charmant en Allemagne, qui est le couronnement de la Reine du vin allemand. 

ULRIKE LENHARDT – Chaque automne depuis 1949, treize jeunes femmes provenant des 13 régions viticoles allemandes rivalisent pour devenir la Reine du vin allemand. Elle devient l’ambassadrice à travers le monde de la production nationale.

Les candidates passent devant un jury de 70 personnes composé de professionnels de la filière viticole, de représentants gouvernementaux et de membres des médias.

Parmi les critères de sélection, il y a la compréhension et la maîtrise d’enjeux complexes liés au vin, de même que l’assurance, la confiance et la prestance des candidates.

roger allemagne vinicole katharina staab

La reine récemment élue pour 2017/2018 est Katharina Staab, de la région de Nahe. À titre de 69e Reine du vin allemand et Ambassadrice du vin allemand, elle voyage partout à travers le monde pour toutes sortes d’événements. Le Canada a été sa première destination outre-mer, durant le mois de novembre, dans le cadre de la Gourmet Food & Wine Expo, qui se tient à Toronto annuellement.

RH – La production allemande couvre moins de la moitié des vins consommés en Allemagne, ce qui fait d’elle aussi un pays importateur. Par contre, l’industrie vinicole de votre pays a un énorme potentiel de production. Elle pourrait occuper une place très importante dans le monde, surtout en raison de la qualité et de la diversité des vins que vous produisez. Comment voyez-vous l’avenir?

ULRIKE LENHARDT – L’Allemagne ne produit que 9 millions d’hectolitres de vin par an, mais nous, les Allemands, en consommons 20 millions, avec une tendance à la hausse. Cependant, les zones viticoles en Allemagne sont limitées par l’UE, nous devrons donc importer beaucoup de vin dans le futur afin de satisfaire la soif de vin des Allemands.

L’avenir de notre viticulture ne sera donc pas de produire plus de vin, mais plutôt de meilleure qualité à des prix plus élevés. En particulier, nos jeunes vignerons de la «Génération Riesling» sont extrêmement ambitieux et veulent produire des vins de classe mondiale, ni plus ni moins.

Le changement climatique des 25 dernières années ainsi que l’excellente formation de nos jeunes vignerons ont créé les conditions préalables pour que cet objectif soit tout sauf utopique.

Les vins allemands sont loin d’avoir exprimé tout leur potentiel. L’avenir s’annonce radieux, et cela nous remplit d’espoir.

RH –  Merci de m’avoir accordé cette entrevue, Madame Lenhardt. 

ULRIKE LENHARDT – Merci à vous. 

RH – Madame Lenhardt m’a fait parvenir 6 bouteilles de vins que j’aurai le plaisir de déguster et de décrire pour vous. Commençons par les blancs : 

Le Leitz Rheingau Riesling Troken 2015 Ens Zwei Dry (qui veut dire un, deux, sec!). Riesling 100%, 12o d’alcool, sucre résiduel 10 gr/l.

roger allemagne vinicole leitz

Robe brillante, jaune pâle avec des reflets verts. Parfums de pomme et de citron, des notes d’abricot. En bouche c’est un vin ample, demi-sec, très frais, acidulé, avec des arômes d’ardoise. Il est très élégant et se termine tout en fraîcheur.

C’est un vin qui va accompagner merveilleusement une Coquille Saint-Jacques, un poulet rôti ou sauté à l’asiatique, des cailles en papillote, ou un bon fromage de chèvre frais. Je suggère de le servir à 8 degrés Celsius. C’est un vin de longue garde. Il est disponible à la SAQ.

Le deuxième vin est le Vater & Sohn 2016 Müller-Thurgau Troken Cépage 100% Müller Thurgau, 12o d’alcool, 1,2 g/l. Vin bio. 

roger allemagne vinicole vaterson 

Jolie robe dorée pâle. Bouquet de fleurs d’oranger, de lime, de muscade et de miel.

Ample en bouche, fruité, pas très acide. Une finale gourmande. Un vin facile à boire qui est assez polyvalent. Il se mariera très bien avec les fruits de mer, le poisson, ou avec une bonne choucroute. Je suggère de le servir à 9 oC. Il est disponible à la SAQ.

Le troisième vin est le Staffelter Hof Riesling Magnus Trocken, Un vin bio, de la Moselle, 100% Riesling, 11,5o d’alcool, sucre résiduel 7,8 gr/l.

Il provient d’un domaine historique très ancien.

roger allemagne vinicole staffelterhof

Robe jaune pâle avec des reflets verts. Parfums de citronnelle, de pêche, de tilleul, de réglisse, de graine de fenouil.

En bouche c’est un vin ample où l’on retrouve la citronnelle perçue par le nez, une belle douceur fruitée, une acidité assez vive et rafraîchissante, un peu de minéralité et une longue finale.

À boire avec des fruits de mer, bon également avec une blanquette de veau, de la volaille et le fromage de chèvre. Je conseille de le servir à 9 oC.

Le quatrième vin est le Gunderloch Fritz’s Riesling 2015 Fritz Hasselbach, Il provient de la Région de Hesse Rhénane, 100% Riesling, 11,5o d’alcool, sucre résiduel 22,3 g/l.

roger allemagne vinicole fritz riesling 

Robe dorée avec des reflets verts. Bouquet de fleurs blanches, de pêche et de miel.

En bouche c’est un vin riche, moelleux, très au goût des consommateurs allemands. Il est bon à consommer en apéritif avec des fruits secs, avec des fromages doux de brebis ou de chèvre et avec des desserts. Je suggère de le servir à 15 oC.

Maintenant passons aux vins rouges, en commençant par le Villa Wolf Pinot Noir 2015 Pfalz, Région Pfalz Désignation Réglementée Q.b.A. 100% Pinot Noir, 13o d’alcool, sucre résiduel 6,6g/l.

roger allemagne vinicole villawolf

Robe rouge pâle. Bouquet de cerise et de prune; il dégage aussi des notes épicées. En bouche il a des tanins ronds et une belle fraîcheur. Une finale fruitée.

Il se montrera bon compagnon pour les hamburgers et des grillades. On doit le servir à 15 °C. Il est disponible à la SAQ.

Le dernier vin est le J. Bäumer Rhein Pinot Noir 2015, 100% Pinot Noir, 13,5o d’alcool.

Joachim Bäumer (J. Bäumer) est une marque de vin créée dans la région de Rheingau dans les années 1950. Elle a été acquise en 1957 par Balthasar Ress.

Le Pinot Noir de climat froid donne à ce vin un équilibre et une légèreté, au goût du Rhin.

Robe rouge pâle. Bouquet de violette, de fraise, de framboise et de cerise noire. Une bouche ample, agréable, ronde, bien équilibrée; une finale gourmande.

C'est un vin polyvalent, qui se marie aussi bien avec la cuisine allemande qu’avec la cuisine italienne des pizzas et des pâtes. À servir frais, à 16 degrés. Un vin charmant pour tous les jours.

roger allemagne vinicole baumer

Le J. Bäumer Pinot Noir 2015 est disponible à la SAQ.

Liens:

Deutsches Weininstitut  

Vin Allemand Canada  

Œnotourisme en Allemagne 

Roger Huet
Chroniqueur vins
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca 

Le G.H. MUMM Cordon Rouge est le Champagne brut le plus parfait pour accueillir le nouvel An.

Mumm pour célébrer 2018

Son assemblage de Pinot Noir, de Chardonnay et de Meunier, lui donnent de la puissance, de la finesse, du fruit et de la fraîcheur.

Ses bulles sont petites, persistantes et joyeuses. Sa robe c’est de l’or liquide. Ses arômes de pêche, de pomme verte, de pamplemousse, de citron et de vanille sont très élégants.

En bouche, c’est un vin caressant et plein de fraîcheur, tout en délicatesse, et doté d’une remarquable longueur. 

Le 31 à minuit juste, nous serons des millions avec une flûte remplie de Champagne G.H. Mumm  Cordon Rouge, pour accueillir pleins d’espoir l’ANNÉE 2018!

Charles Salvas, Regional Trade Marketing Manager chez Corby Pernod Ricard, se joint à moi pour souhaiter à tous les Québécois et à toutes les Québécoises :

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2018!

Le champagne G.H. Mumm et Cie Cordon Rouge Brut est disponible à la SAQ, code 00308056. Prix 59,75$ la bouteille de 750 ml.

Roger Huet
Chroniqueur vins
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca 

mercredi, 27 décembre 2017 09:24

Du nouveau chez Corby, Pernod-Ricard

Charles Salvas, le Regional Trade Marketing Manager de Corby, Pernod-Ricard, nous a présenté les recrues de sa nouvelle équipe:

Marie-Claude Landry, Directrice de ventes, Anne-Marie Romanin, Superviseure de Ventes, et Emma Chaleil, qui va assumer en mars prochain le poste d’Ambassadrice du Vin, notamment pour les marques Campo Viejo, Stoneleigh et Jacob’s Creek. 

roger corby emma charlesEmma Chaleil et Charles Salvas 

Emma Chaleil a obtenu un master à Sciences Po et en Entrepreneuriat à l’Université de Durham et s’est spécialisée en Diplomatie. Elle a une expérience en journalisme et communication. Le monde du vin l’a toujours intéressée. Elle a assisté à des cours d’œnologie et voyagé dans différentes régions viticoles. Elle suit actuellement une formation intensive au sein du groupe Pernod Ricard Winemakers. Cette formation couvre la viticulture, la vinification, les ventes et le marketing en Espagne, en Californie, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Elle passera également le WSET 2, en janvier, à Sydney. Sa langue maternelle est le français, mais elle parle aussi couramment, l'anglais et l’espagnol.

roger corby groupe

Un groupe de chroniqueurs amis était présent pour présenter leurs vœux de Joyeuses Fêtes et de Bonne Année 2018 à la nouvelle équipe.

Liens :

Corby Spiritueux et Vins

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Regional Trade Marketing Manager 

Roger Huet
Chroniqueur vins
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca 

vendredi, 22 décembre 2017 07:00

Mes vœux de Noël et de Bonne Année

À tous mes amis gourmets :

Je vous souhaite de JOYEUSES FÊTES et
une Année 2018, Bonne, Heureuse et Prospère!

Roger Huet

roger voeux noel tableauliege

Ce magnifique tableau de bouchons est une composition de Brian Powell, un grand connaisseur de vins américain, et un amoureux du Québec.

jeudi, 21 décembre 2017 07:15

Un superbe vin de Gérard Bertrand

Le Domaine de Villemajou, de Gérard Bertrand, est situé sur le terroir de Boutenac, dans les Corbières, et a été acheté par son père, Georges Bertrand, en 1970. C’est le fer de lance de l’appellation Boutenac, Premier Cru hiérarchisé des Corbières reconnu par l'INAO. Le domaine se distingue par ses très vieilles vignes de Carignan. Le sol exceptionnel permet un enracinement profond protégeant le vignoble des excès climatiques méditerranéens: le stress hydrique et les orages violents. Les raisins sont issus de l’agriculture raisonnée, dans la démarche Terra Vitis, qui garantit une traçabilité des pratiques culturales.

 ROGER domaine villemajou

Le DOMAINE DE VILLEMAJOU Corbières, Boutenac, est un vin d’assemblage de Carignan, Syrah, Mourvèdre et Grenache, 14,5o d’alcool.

Le raisin est vendangé manuellement et soumis à un double système de tri, à la vigne et à la cave.

La vinification est adaptée à chaque cépage. Le Carignan et la Syrah sont vinifiés en raisins entiers selon le principe de la macération carbonique pendant 10 à 18 jours. Le Grenache et le Mourvèdre sont vinifiés en macération traditionnelle après éraflage entre 15 et 20 jours.

Le vin est ensuite mis en barrique pour une durée de 10 à 12 mois selon les millésimes, dans le chai de Gasparet.

roger domaine villemajou vinbleu

Robe grenat profond à reflets bleutés. Bouquet riche de violette, de mûre, de cassis, de fruits compotés, de pruneau, d’épices douces, de cuir, d’amande grillée, de tabac, de moka, de garrigue.

La bouche est ample et ronde, onctueuse, avec des tanins enrobés et une bonne dose d’acidité. Elle se prolonge dans une finale longue et suave, très agréable.

Ce vin va accompagner délicieusement les rôtis ou un carré d’agneau, très bon aussi avec les viandes blanches mijotées, avec les champignons, avec les pâtes, avec le risotto. Il est parfait avec un plateau de fromages. Je suggère de le laisser reposer en carafe une trentaine de minutes et le servir à 17 oC. Il a un bon potentiel de garde.

Ce vin est disponible en Importation Privée auprès de l’agent. Prix: 29,60$.

Liens :

Les vins Gérard-Bertrand 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directeur de marques Canada-États-Unis
514 882-7848 

Représentés au Québec par l’Agence Glazers Canada 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directeur provincial 

Kim Truong, représentante
514 998-2626

Roger Huet
Chroniqueur vins
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com
LaMetropole.com
Touristica.ca