mercredi 22 novembre 2017

Les vins charmeurs de Graffigna

J’ai rencontré Ignacio Lopez, Maître de Chai chez Bodega Graffigna d’Argentine. Il m’a accordé cette entrevue.

RH – Ignacio Lopez, vous êtes un œnologue de la région de Mendoza en Argentine, avec une grande expérience pour avoir travaillé avec les meilleurs œnologues d’Argentine. Racontez-nous votre parcours dans le monde du vin.

roger Ignacio Lopez en Montreal
IGNACIO LOPEZ – J’ai eu la chance de travailler avec des grands œnologues qui ont cru en moi et de qui j’ai beaucoup appris. Aujourd’hui j’exerce dans l’équipe de Victor Marcantoni dans les régions de Mendoza, Salta et San Juan. J’ai aussi fait des voyages techniques en Australie, Canada, États-Unis, Angleterre et dans plusieurs pays d’Amérique du Sud.

RH – On dit que l’histoire de Graffigna est gravée dans l’histoire de l’Argentine parce qu’elle commence au milieu du dix-neuvième siècle, lorsqu’un immigrant italien, Giovanni (Juan) Graffigna arrive avec le projet de trouver un terroir pour faire du vin. Ce qu’il voit dans la région de San Juan lui plaît beaucoup et fait venir son neveu Giacomo (Santiago), qui s’y connaît en vins et qui arrive avec quelques cépages dans ses bagages. Ensemble ils fondent la Bodega Graffigna, en 1870. Comment cela se passe par la suite?

IGNACIO LOPEZ – Santiago Graffigna était un visionnaire qui a joué un rôle clé dans l'histoire du vin en Argentine.

Voici comment sa petite-fille décrit sa passion et son sens du devoir: «Dans ces temps-là, comme aujourd'hui, l'eau était distribuée par un système de quotas parmi les différentes propriétés. Le jour de ses noces, coïncidait avec le jour d’arrosage de ses vignobles, et Santiago Graffigna n'a pas hésité à quitter la fête pour aller arroser ses vignes».

Au début Graffigna ne produisait que des vins tranquilles avec des cépages français, en blanc et en rouge, que l’on vendait en vrac. Ensuite on a commencé la production de vins mutés, et un des premiers a été le porto "Don Santiago". L’arrivée du chemin de fer a permis de décupler la production.

Le 20e siècle, a apporté bien des progrès dans les techniques de vinification. Grâce à eux, aux conditions exceptionnelles du sol, à ses ressources minérales et aux caractéristiques climatiques de la région, le rêve de Graffigna a pris une autre tournure. Bodega Graffigna absorbe la société David Luraschi en 1908.

En 1913, Juan, le fils de Santiago Graffigna, revient d'Italie avec le titre d’œnologue de l'École d'Alba et prend la direction de l’entreprise. Il apporte une nouvelle philosophie entrepreneuriale qui place la Maison familiale à l'avant-garde de la production de vins dans le pays. On commence la fabrication de Vermouth argentin et de Vino moscato generoso.

On agrandit les vignobles et en 1922 on inaugure une usine de vinification ultra-moderne à La Rinconada où l’on peut faire des de liqueurs et produire du vermouth, pour l'entreprise Cinzano. Cinq ans plus tard Graffigna inaugure son usine d’embouteillage.

Pour assurer la stabilité financière de la maison on développe des nouvelles lignes de brandy et on plante des oliviers dans plusieurs régions pour produire de l’huile d’Olive. On inaugure aussi une nouvelle distillerie.

RH – Un séisme de grande magnitude a presque brisé le rêve de Graffigna.

IGNACIO LOPEZ – Vous avez raison, en 1944 un tremblement de terre a provoqué des dommages importants au chai et aux vignes. La direction a pris des mesures de reconstruction et de modernisation qui ont amené l’entreprise à une forte croissance quelques années après. En1950, la société atteint une capacité de production 305.000 hectolitres de vin.

Dans les années 60 on commence la production de mousseux avec un système ingénieux de vinification et d’emballage à ciel ouvert.

RH – Est-ce que le coup d’état militaire et la crise économique qui s’en est suivie ont affecté l’industrie vinicole?

IGNACIO LOPEZ – Tout à fait, à partir des années 70, l’Argentine connait une crise économique qui affecte toute l’industrie vinicole, au point que la famille Graffigna se résigne à chercher un acheteur.

RH – En 2002, la propriété passe au groupe Domecq-Pernod-Ricard.

roger Charles Salvas Ignacio LopezCharles Salvas et Ignacio Lopez

IGNACIO LOPEZ – Pernod Ricard, a carrément sauvé Bodega Graffigna en lui permettant de se capitaliser et en lui ouvrant les marchés internationaux, tout en conservant ses racines locales.

RH – Où sont situés les vignobles de Graffigna et combien d’hectares couvrent-ils?

IGNACIO LOPEZ – Les vignobles Graffigna s’étendent sur 200 hectares dans la région de Cuyo qui comprend les provinces de La Rioja argentine, San Juan, San Luis, et Mendoza. Nous travaillons également sous contrat avec de nombreux producteurs.

RH – Parlez-nous des terroirs du point de vue des sols, de l’altitude, de l’hydrographie et du climat.

IGNACIO LOPEZ – Nos vignobles sont situés à des altitudes variant entre 700 et 1600 mètres, ce qui implique une diversité de climats. La grande majorité de nos sols sont alluviaux, car au pied des Andes. Ils sont généralement perméables, pauvres, mais riches en minerais.

RH – Combien de cépages cultivez-vous?

IGNACIO LOPEZ – Nous cultivons plus de 20 cépages avec une priorité pour le Malbec, suivi par ordre d'importance du Cabernet Sauvignon, du Pinot Gris, du Merlot, de la Syrah, du Chardonnay et du Viognier.

RH – Quel type d’agriculture pratiquez-vous et dans quelle mesure Graffigna est engagée envers l’environnement?

IGNACIO LOPEZ –Nous avons la certification ISO 14001 et travaillons pour réduire encore notre empreinte carbone, et parvenir à une meilleure gestion de l'eau et des déchets.

RH – Combien de types de vins et d’autres alcools produisez-vous?

IGNACIO LOPEZ – Notre portfolio contient 25 étiquettes.

RH – Comment est votre bodega en variété et en nombre de cuves et de fûts?

IGNACIO LOPEZ – Nous avons un peu plus de 5000 fûts de chêne de 225 litres et plus de 500 cuves inox, ainsi que d’anciennes cuves en béton vitrifié qu’on utilise encore aujourd’hui.

RH – Comment vinifiez-vous les blancs et des rouges?

IGNACIO LOPEZ – Notre philosophie œnologique est que nous devons produire des vins de la façon la moins intrusive possible. Notre objectif est que nos vins reflètent le plein potentiel des raisins. L’intervention humaine est certes essentielle, pour la transformation du raisin en vin, mais elle doit être respectueuse de la nature intrinsèque du raisin, de son goût et de ses arômes.

RH – Comment pourrait-on définir le «Style Graffigna»?

IGNACIO LOPEZ – Des vins francs, fruités et d'une complexité délicate fournie par les terroirs qui sont situés au pied des Andes.

RH – Votre production totale est estimée à combien de bouteilles?

IGNACIO LOPEZ – La production annuelle de la marque Graffigna dépasse les 3 millions de bouteilles.

RH – Quelle est la part que vous réservez au marché argentin et quelle est celle pour l’exportation?

IGNACIO LOPEZ – Environ 20% est destinée au marché interne et 80% à l’exportation.

RH – Quelle est la place du Canada et du Québec dans vos ventes?

IGNACIO LOPEZ – Le Canada est un de nos trois principaux marchés avec les États-Unis et le Royaume Uni. Nous avons une affinité particulière avec le Québec, qui est un marché raffiné au niveau gastronomique. C’est ici où nos vins se démarquent dans un repas.

RH – Merci de m’avoir accordé cette entrevue Ignacio López.

Ignacio Lopez m’a laissé six vins pour déguster. Ils représentent la typicité de Graffigna, les voici:

Le premier c’est Santiago Graffigna 2011, 40% Malbec, 30% Syrah et 30% Cabernet Sauvignon, 14,5 degrés d’alcool. Chaque bouteille est numérotée. Ce vin porte le nom de Santiago, en honneur du fondateur. Il est la plus parfaite expression du terroir et du savoir-faire des vignerons et des œnologues de la maison qui a 140 ans d’expérience. Pour le produire on a sélectionné les meilleures grappes du terroir de Pedernal de la région de San Juan. Vinification par cépages en cuves inox et vieillissement de 18 mois après assemblage, en fûts de chêne français et américain. Santiago Graffigna est le reflet de la philosophie du fondateur dans sa recherche de l’excellence et de l’élégance.

roger Santiago Graffigna
Robe rouge intense, aux reflets violets. Bouquet de fruits mûrs de cassis et de myrtille, d’épices fraîches, de vanille et un peu de violette.

Ample en bouche, très structuré, moelleux, riche en tanins mais soyeux, ronds, et d’une grande élégance; un éventail aromatique de fruits et d’épices remarquablement gourmand. Une finale charmeuse et pleine de fraicheur.

Santiago Graffigna est un vin de gastronomie, qui va accompagner avec bonheur, autant les viandes rouges que les blanches. Excellent avec le bœuf, avec le grand et le petit gibier surtout assorti de champignons. Excellent avec les cuisines épicées et incomparable avec un plateau de fromages. On doit le servir à 18 oC. Il est avantageux de le laisser reposer en carafe pendant une heure.

Santiago Graffigna est disponible en importation privée auprès de l’Agence Corby. Prix: 50$.

Le deuxième vin c’est Grand Reserve Malbec 2013, 100% Malbec, 14,5 degrés d’alcool.

Le raisin est soigneusement choisi pour produire ce vin dans les terroirs d’altitude de la vallée de Pedernal à San Juan.

Vinification en cuves inox, élevage en fûts de chêne français et américain pendant 12 mois.

rogerGraffigna Grand Reserve Malbec

Robe pourpre intense avec des reflets presque noirs. Bouquet de fleurs d’acacia et de fruits noirs: Mûre, prune et cerise.

On perçoit aussi des parfums de moka, de chocolat noir, de la cannelle, de la cardamone, et un peu de minéralité et des notes de fumé.

La bouche est ample, généreuse, bien structurée et harmonieuse avec des tanins soyeux, une bonne dose d’acidité et une masse fruitée et épicée très agréable. Une finale longue et caressante.

Ce vin est exceptionnel avec les viandes rouges, mais aussi avec la volaille noble: faisan, pintade, cailles. Il est particulièrement bon avec les champignons sauvages. On doit le servir à 18 oC. Il gagne à être mis en carafe au moins 30 minutes.

Grand Reserve Malbec 2013 est disponible en importation privée auprès de l’Agence Corby. Prix 20,50$.

Le troisième vin c’est Grand Reserve Cabernet Sauvignon 2013, 14o d’alcool.

Le raisin est cultivé dans la Vallée de Pedernal de San Juan à 1500 mètres d’altitude. Le vin est vinifié en inox et élevé en fûts de chêne français pendant 12 mois.

roger Graffigna Grand Reserve Cabernet Sauvignon
Robe rubis avec des reflets violine profond. Bouquet intense de fruits mûrs, de poivre, de chocolat, de vanille et des petites notes fumées.

Vif en bouche, avec des tanins assez ronds, une bonne masse fruitée et épicée, une grande harmonie entre l’alcool, l’acidité et les tanins. Une finale longue et agréable.

Un vin à marier avec le bœuf rôti, le cerf, le sanglier, et des petits pâtés à la viande, qu’on appelle en Argentine empanadas. On doit le servir à 18 oC. C’est un vin qui gagne à être passé en carafe.

Le Grand Reserve Cabernet Sauvignon est disponible en Importation Privée auprès de Corby. Prix 20,50$.

Le quatrième vin est: Centenario Malbec Réserve 2015, 100% Malbec, 14o d’alcool.

Le raisin provient de la région de San Juan et les vignobles se trouvent entre 700 et 1400 m d’altitude. C’est une région qui a 300 jours d’ensoleillement, qui permet d’obtenir une grande concentration d’arômes.

Macération avec les peaux pendant 15 jours. Fermentation complète: alcoolique et malolactique. Élevage pendant 12 mois en fûts de chêne, 85% français et 15% américain.

roger Centenario Malbec
Robe pourpre foncé avec des reflets violets. Bouquet de fruits rouges et noirs: fraise, framboise, cassis, groseille; des notes épicées de cannelle, de cardamone, de poivre noir et aussi d’amandes toastées.

Ample en bouche, avec une bonne structure, des tanins ronds, une masse fruitée et épicée très agréable, une acidité bien intégrée avec l’alcool et les tanins. Une finale délicieuse, avec un léger fumé.

Un vin sec qui se marie avec le bœuf grillé et avec l’agneau, il accompagne agréablement les pâtes et les fromages. On doit le servir à 16 oC.

Le Centenario Malbec Reserva de Graffigna est disponible à la SAQ, code 11557453. Prix 14,55$.

Le cinquième vin c’est Centenario Shiraz Réserve 2014, 100% Syrah, 14o d’alcool.

Le raisin est toujours cultivé dans la vallée de San Juan. Le vin est fermenté en cuves inox et vieilli en barriques de chêne français et américain.

roger Centenario Shiraz

Robe rouge foncé, aux reflets violets. Bouquet riche en fruits rouges, avec des épices douces: cardamone et cannelle, quelques notes de noix de coco et de vanille. Un soupçon de fumé.

Ample en bouche, avec une bonne acidité et des arômes de fruits; des tanins assez ronds, une bonne structure, et beaucoup d’équilibre. Une fin de bouche toute en fraîcheur.

Idéal avec l’agneau, avec le porc à la braise, et avec les pâtes. On doit le servir à 17 oC.

Le Centenario Shiraz Réserve de Graffigna est disponible à la SAQ, code 11675505 Prix 13,45$

Le sixième et dernier vin est Centenario Pinot Grigio 2015, 100% Pinot Gris, 13,5o d’alcool.

Le raisin provient de différents vignobles de la Région de San Juan.

Fermentation alcoolique sans macération avec les peaux. Élevage en inox pendant une période de six mois.

roger Centenario Pinot Grigio
Robe jaune paille avec des reflets verts. Parfums d’agrumes avec des notes de pêche blanche et d’abricot, des effluves de chèvrefeuille et de jasmin.

Beaucoup de fraicheur en bouche, avec des arômes citronnés qui se prolongent dans une finale très gourmande.

Ce vin est le compagnon idéal des fruits de mer et des poissons, mais également de la salade russe. Délicieux avec les viandes blanches, rafraichissant avec des mets épicés. On doit le servir frais, autour de 8 oC. Il est prêt à boire.

Le Centenario Pinot Grigio 2015 de Graffigna est disponible à la SAQ, code 11557445. Prix 13,60$.

Contrairement à l’idée que l’on se fait des vins d’Argentine, les vins de Graffigna ne sont ni alcooleux ni lourds, mais tout le contraire, des vins de plaisir, faciles à boire, fruités et avec des tanins veloutés. Leur rapport qualité/prix est un atout!

Liens:

Bodega Graffigna

Ignacio López, maître de Chai

Représentés au Québec par Corby Vins et Spiritueux, une filiale de Pernod Ricard

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., ambassadeur de Marques  
Tél.: 514 856-4327

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., directeur des ventes pour le Québec  
Tél.: 514 856-4325

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com 
LaMetropole.com

À propos de l' auteur

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...