jeudi 23 novembre 2017
Le Suisse André Hoffmann a trouvé les arguments pour convaincre Gilles Jayer-Gilles (sur la photo) de lui vendre son domaine. Le Suisse André Hoffmann a trouvé les arguments pour convaincre Gilles Jayer-Gilles (sur la photo) de lui vendre son domaine.

L’industriel Suisse André Hoffmann s’offre le Domaine Jayer-Gilles en Côte de Nuits

La RVF sur son site internet nous apprend dans un article paru ce 10 aout qu’une nouvelle transaction d’un domaine phare de Bourgogne venait d’être conclue. Après un mois de juillet agité dans le Bordelais et plus particulièrement à Saint Emilion, les transactions dans le vignoble français continuent en cette période estivale.

André Hoffmann, héritier et vice-président des laboratoires pharmaceutiques Hoffmann-Laroche se présente comme un amoureux de la Bourgogne et de ses vins. 

« C’était un rêve de gosse » a-t-il indiqué dans son communiqué de presse. « C’est un domaine synonyme d’une vinification rigoureuse, de vins de grande tenue » a-t-il ajouté. 

La RVF rappelle dans son article que ce domaine d’une dizaine d’hectares situé à Magny-lès-Villers, à un kilomètre au nord de Ladoix-Serrigny et d’Aloxe-Corton, « a connu une certaine notoriété dans les années 1990 en signant des vins en rupture avec la tradition bourguignonne de l’époque. » 

Le domaine Jayer-Gilles exploite entre autre les crus Nuits-Saint-Georges Les Hauts Poirêts, Nuits-Saint-Georges 1er Cru les Damodes et du grand cru Echezeaux du Dessus. 

Le vigneron Gilles Jayer-Gilles, aux commandes du domaine depuis 1982, restera quelques temps encore le à la tête de la propriété, avant de céder la place à deux jeunes vignerons, Julien Gros (domaine Christian Gros – situé dans la Cote de Nuits), qui a œuvré précédemment aux châteaux de Beaucastel (Rhône) et Miraval (Provence) et Alexandre Vernet qui a aussi travaillé dans diverses propriétés Bourguignonnes et autres. 

André Hoffmann dont le groupe pharmaceutique pèserait plus de 26 milliards de Francs Suisse, entend poursuivre en Bourgogne ses efforts de conservation de la nature. Passionné par l’écologie et spécialiste des oiseaux sauvages de Camargue, il est aussi le vice-président du World Wide Fund for Nature (WWF). La Bourgogne qui tente aujourd’hui de se donner une image plus verte pour ses vins, va sans doute trouver là un allié de poids. Néanmoins, la WWF n’est pas réputé pour sa souplesse et il sera intéressant de voir si son vice-président sera aussi intransigeant sur sa façon de mener son domaine qu’il peut l’être sur les sujets agro-environnementaux.

Aucune des parties n’a souhaité communiquer  le montant de la transaction.

Source: La Revue du vin de France 

À propos de l' auteur

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...