mercredi 22 novembre 2017

Rencontre avec Pascal Jolivet

L’intérêt des vins de cette maison est sans contredit dans l’expression la plus naturelle possible du cépage et du terroir. Pas de maquillage d’élevage ni de levures étrangères.

L’agence LBV International nous a invités à rencontrer ce vigneron à l’image de ces vins : généreux, franc, conscient de sa qualité sans se prendre la tête.

bouteilles jolivet 2014

En Pouilly Fumé, j’ai dégusté le 2013, savoureux et minéral à souhait, très droit et bien frais en finale. Il devrait arriver sur les tablettes en juin. Ma révélation, par contre, à été  Les Terres Blanches 2012 (importation privée), 3 hectares de parcelles de vieilles vignes qui donnent dans ce millésime parfait en Loire, un vin superbe. C’est floral et riche à la fois, avec des notes de caramel blond. Avec sa douce fraîcheur finale et sa longueur, tout m’a semblé en harmonie. Délicieux.

En AOP Sancerre, Pascal nous a fait la surprise de nous présenter les trois couleurs. Pour le moment, on retrouve son blanc 2013. Énigmatique à prime abord, il semble délicat, fin et soyeux, mais rapidement, en bouche, il s’amplifie et se couvre de velours. Ce côté velouté perdure un bon moment. Non disponibles ici, Les Caillotes 2013 (un nez impressionnant de craie mouillée et de fougère avec une bouche de pamplemousse blanc), et l’Exception 2012 ( nez très minéral et agréables notes de caramel roux et d’érable, longue bouche fruitée et satinée) sont des vins à rechercher lors de votre prochain voyage en Loire.

On a aussi découvert son rouge bio, Sauvage 2011, qui passe 15 mois en tonneau, et qui est non filtré. Son nez surprend avec ses notes d’aneth, de cuir et de bonbon poisson rouge! Sa bouche est bien charmante sur le fruit frais mais bien mûr, et s’amplifie à chaque gorgée. Ma première réaction : ça me fait penser à un marquette parfaitement à point. Surprenant.

On a fini avec un autre de mes coups de cœur, son Sancerre rosé 2013. A base de ses meilleurs raisins de pinot noir, il est paré d’une fort jolie robe assez intense, mais c’est tant au nez qu’en bouche que le charme s’opère totalement. Des notes de fraises des champs écrasées dans la main, un peu d’amertume et de fraîcheur bien en équilibre, une ampleur et une longueur, tout ca en fait un très très beau rosé. Si Bacchus sourit, on devrait le voir à la SAQ cette année. On serait vraiment gâté.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

À propos de l' auteur

Diplômé sommelier-conseil de l’Université du vin de Suze-La Rousse, en France, j’ai commencé mon apprentissage du monde vinicole en suivant les cours Les Connaisseurs de la SAQ. Aujourd’hui, j’en suis devenu un animateur! Chroniqueur vins et alcools dans diverses publications, dont le magazine Fugues, je parcoure la planète pour mettre images et visages sur ces produits qui me font vivre tant d’émotions.