mardi 21 novembre 2017

Rencontre réconfortante avec les Vignobles André Lurton

Il faut bien admettre que cette marque est bien connue depuis longtemps au Québec, et pourrait, de ce fait, ramasser un peu la poussière.

Ça faisait 2 ans que je n'avais pas fait visiter mon palais à ces vins, donc l'invitation de Sylvain Brizard, de l'agence Diamond Estates, est arrivée à point pour corriger cette situation. Ce que j'ai bien aimé de cette rencontre, c'est de voir que l'entreprise ne s'assoit pas sur ses lauriers, et qu'elle ait consciente de son impact sur l'environnement. A travers projets-pilotes, et écoute de ses marchés, elle essaie de se maintenir dans le peloton de tête. Ce ne doit pas toujours être évident quand on doit gérer, 600 hectares sur 10 châteaux, mais ça donne beaucoup de pigments pour créer de jolies toiles.

chateaubonnet

En blanc, je dois encore saluer le plaisir que procure le Château Bonnet 2013, de l'appellation Entre-Deux-Mers. Malgré sa longue histoire avec les tablettes de la SAQ, et son importante production, c'est un blanc assez aromatique, aussi floral que fruité. Sec et frais, mais assez rond, j'aime sa petite amertume finale sur le zest d'agrumes. Surprenant d'apprendre que la vendange est manuelle. A $17.70, ca demeure un très beau choix.

Le Château de Rochemorin blanc 2010, en Pessac-Léognan, est plutôt sur la finesse et la légèreté, à prime abord. Il ressemble davantage à une aquarelle. Puis, à l'aération, il s'affirme davantage et acoquine à ses notes fruitées, de légers parfums de rôties matinales. Peut-être lui ferais-je faire une sieste de 2 ou 3 ans dans le cellier pour intensifier sa personnalité. On le retrouvera autour de $28.00, au printemps prochain.

Bien assis sur son trône, règne sereinement ce grand vin de Graves, qu'est le Château La Louvière. Cette version 2010 offre un bien joli nez minéral et floral, et propose une bouche veloutée et souple. Avec de franches notes de citron et de plantes aromatiques toute pimpantes, ainsi que des pointes boisées mais bien intégrées, il offre de passer de forts bons moments en sa compagnie. Vendu autour de $55.00, pour le moment, il attend qu'on le réclame dans les succursales.

On passe aux rouges? J'ai eu la chance de goûter deux fois en deux jours au Chateau de Cruzeau 2011,donc ca m'a permis de me faire une bonne idée. Cet assemblage de 55% cabernet sauvignon et 45% merlot n'est surtout pas unidimensionnel. Il provient d'un domaine situé sur la même nappe de graves qu'Haut-Brion. Un peu fermé au nez, le premier jour, il suggérait des notes de kirsch, de cacao et de roches après une ondée. Le lendemain, c'était des notes de fruits dans le chocolat et d'épices. Dans les deux cas, la bouche est certes tannique, mais si vous le carafez un peu, wow, la texture se pare de satin. Il a été un coup de coeur de mes étudiants.Beau vin pour $25.20

Vous aimez votre rouge très viril? Divinus de Chateau Bonnet, est issu de sélections parcellaires, et il passe environ 18 mois en barriques neuves. Ca lui donne un nez assez intense et masculin de bois et de boîte à cigares, avec des notes empyreumatiques. La bouche est ample,avec ses flaveurs de réglisse noire, et de confiture de cassis.Pas mal tannique à l'attaque, je l'oublierais volontiers quelques années en cave. Il a le coffre pour durer une belle décennie. $33.50

Envie d'un rouge original et surprenant? Le Château Couhins-Lurton est un rare Pessac-Leognan rouge, (de la rive gauche,donc) à forte majorité de merlot. Il offre un nez de fruits compotés et d'un peu de cuir, et une bouche friande et ferme à la fois. Il est long et frais, avec une amertume finale très intéressante. Il offre un beau potentiel de garde d'une quinzaine d'années. $60.25


Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

À propos de l' auteur

Diplômé sommelier-conseil de l’Université du vin de Suze-La Rousse, en France, j’ai commencé mon apprentissage du monde vinicole en suivant les cours Les Connaisseurs de la SAQ. Aujourd’hui, j’en suis devenu un animateur! Chroniqueur vins et alcools dans diverses publications, dont le magazine Fugues, je parcoure la planète pour mettre images et visages sur ces produits qui me font vivre tant d’émotions.