lundi 20 novembre 2017
La SAQ ouvre une succursale laboratoire

La SAQ ouvre une succursale laboratoire

La SAQ ouvre aujourd'hui un magasin laboratoire qui lui permettra de tester diverses approches et technologies avant de les implanter dans son réseau. Aux allures de loft urbain branché, la succursale abrite un bar à dégustations, des écrans tactiles et... aucune allée. La Presse a pu la visiter en primeur.

UN « LIEU D'ÉMOTIONS »

Située dans le Carrefour Laval, cette succursale unique n'est pas un nouveau concept qui sera déployé aux quatre coins du Québec au cours des prochaines années, prévient Sandrine Bourlet, directrice du marketing expérientiel de la SAQ. C'est un laboratoire pour mesurer la réaction des clients à de nouvelles approches et « un lieu d'émotion, de partage » qui misera sur « les découvertes et les dégustations ». On remarque immédiatement l'absence d'allées, ce qui allège énormément l'espace. Les petits îlots sur roulettes (ce qui permet de modifier l'aménagement) présentent des produits par thème : bulles, Québec, bio, en solde, nouveaux arrivages, etc.

DÉGUSTATIONS GRATUITES

L'idée des stations de dégustation n'est pas nouvelle. Les premières (payantes - au moyen d'une carte à puce - et en libre-service) ont fait leur apparition dans les SAQ Sélection en 2007. Et on en trouve aujourd'hui dans 62 succursales Sélection sur 91. Mais à Laval, ce sera la première fois qu'une station de dégustation sera installée dans une SAQ ordinaire (anciennement Classique) et que le service sera gratuit. Selon Sandrine Bourlet, la gratuité a été privilégiée pour « favoriser la découverte », car « c'est au coeur de notre promesse ». Parmi les vins proposés, certains ont été mis en carafe. 

SERVICE PERSONNALISÉ

Pour accroître le nombre de dégustations possibles, la SAQ testera l'utilisation d'un appareil appelé Coravin. Fabriqué par une entreprise américaine, il permet de retirer du vin d'une bouteille, à l'aide d'une aiguille qui perce le liège, sans en affecter le vieillissement futur (un gaz remplace le vin retiré). En théorie, toutes les bouteilles pourront être goûtées, ce qui « augmentera la personnalisation du service ». Une bouteille « percée » ne sera pas mise en vente, mais ne risquera pas d'être perdue pour une seule dégustation. Les conseillers pourront par ailleurs utiliser des cartes vinicoles lors de leurs échanges avec les clients.

LA TECHNOLOGIE... AVEC MODÉRATION

Le labo de la SAQ fait une certaine place à la technologie, mais de façon modérée. Un îlot avec deux écrans tactiles permet de faire des achats ou de naviguer sur le site de la SAQ. Les conseillers seront munis d'iPad pour lire les cartes Inspire (ailleurs, ils utilisent un lecteur RF) et quelques écrans diffusent de l'information. « On ne veut pas d'un magasin numérique, dit Sandrine Bourlet. Ce n'est pas ce que le client veut. On outille nos conseillers pour qu'ils soient connectés. » En février, la SAQ commencera à évaluer les résultats de ses tests. Outre les statistiques de ventes, le niveau de satisfaction de la clientèle sera mesuré avec des sondages.

LOOK MODERNE ET ÉPURÉ

Plus les décennies passent, moins les SAQ sont sombres. Depuis 10 ans, les étagères de bois foncé sont tranquillement remplacées par des meubles de couleur anthracite. Pour le magasin laboratoire, l'équipe de designers internes, aidée de Sid Lee, a préféré le blanc, tant pour les étagères qui entourent l'espace que pour les murs et le plafond. Le plancher de béton et quelques insertions de bois pâle rendent l'espace plus chaleureux. Les meubles sont en contreplaqué russe. Et l'entrée est faite d'un carré de bois qui rappelle le logo de la SAQ. Notez qu'aucune caisse n'encombre le plancher ! Il n'a pas été possible de connaître le coût du projet.

MOINS DE PRODUITS SUR LE PLANCHER

L'épuration, aussi agréable et reposante pour les yeux soit-elle, suppose de faire des choix. La SAQ n'y échappe pas. Son magasin laboratoire compte moins de 600 produits, plutôt que 800 auparavant (dans le même local). N'est-ce pas incohérent dans le contexte où on veut miser sur le plaisir de la découverte comme nulle part ailleurs ? Non, répond Sandrine Bourlet, qui y voit plutôt une personnalisation accrue de l'offre. Grâce aux données obtenues par la carte Inspire, la SAQ a pu choisir les alcools les plus populaires auprès de la clientèle du Carrefour Laval. Tout le reste peut être commandé en ligne et livré gratuitement en magasin, rappelle-t-elle.

Source: Lou White, via La Presse du 6 septembre 2017