jeudi 23 novembre 2017
L'ambassadeur de marque n’est plus

L'ambassadeur de marque n’est plus

L'American Craft Spirits Association (ACSA) fera la promotion d’un séminaire, la semaine prochaine, intitulé «Build a Better Brand Ambassador» (Créer un meilleur ambassadeur), dirigé par Robin Robinson.

Le séminaire est décrit comme suit: «CRÉER UN MEILLEUR AMBASSADEUR DE MARQUE est axé sur la création de la nouvelle génération d'ambassadeurs de marque: un individu axé sur les ventes, responsable de ses comptes. En parfaite connaissance de sa marque et de sa catégorie, loquace et articulé, cet individu délivre le ton de la marque avec l’aplomb et la confiance de l’initié. Mais aussi fortement axé sur la situation de la marque en tout temps et déterminé à favoriser l'adoption de cette dernière et ainsi générer du volume» (soulignement ajouté).

Le terme «ambassadeur de la marque» est utilisé dans de nombreuses industries, pas seulement celle des spiritueux distillés. À l'origine, il était utilisé pour décrire les endosseurs de célébrités, de sorte que le terme a toujours été flexible. Mais lorsque les spiritueux distillés ont commencé à l'utiliser, il y a 15 à 20 ans, l'idée était d'avoir quelqu'un sur le terrain qui était entièrement concentré sur la connaissance des produits et l'éducation de la marque, sans caisses à déplacer et objectifs de vente à atteindre.

L'idée était que les vendeurs soient généralement responsables de plusieurs marques, dans plusieurs catégories. Il est difficile d'avoir une connaissance approfondie de tous les produits. Cela reflète sur la crédibilité, au même titre que les vendeurs ont la réputation de prendre les grands moyens pour réaliser une vente. Et ce n’est nullement une critique. Si vous travaillez dans la vente, cette dernière doit être votre priorité numéro un. C'est pourquoi une partie de la définition de l'ambassadeur de la marque a toujours été «n’est pas un vendeur».

Dans ce contexte, ce séminaire ne dit pas aux producteurs comment «créer un meilleur ambassadeur de marque». Il nous dit plutôt que l'ère de l'ambassadeur de marque est révolue. Un ambassadeur de marque ne peut vendre les produits qu’il représente. Cette personne s'appelle un vendeur. Les nommer ambassadeurs de la marque est, au mieux, hypocrite, et au pire, malhonnête.

L'ACSA est une organisation formidable et Robin Robinson est un excellent présentateur qui comprend mieux le marketing et la promotion des produits à base de spiritueux distillés que tous les gens que je connaisse. Encore une fois, ce n'est pas une critique de toute personne concernée, seulement de leur discours. Cela ne concerne pas non plus les vendeurs. Comme les vendeurs se plaisent à dire, rien ne se passe tant que quelqu'un ne vende quelque chose.

On dit que les producteurs artisanaux, en tant que petites entreprises, ne peuvent se permettre d'aborder les deux types de représentants. Très bien, c'est logique, créez alors un meilleur vendeur. Ne prétendez pas qu'ils sont des ambassadeurs de marque.

La «redéfinition» (c'est-à-dire la mort) du rôle d'ambassadeur de marque ne se limite pas aux producteurs artisanaux. L'année dernière, «la plus grande entreprise de boissons au monde», Diageo, a mis fin à son programme «Masters of Whisky» et 40 personnes ont perdu leur emploi. Certains ont été réembauchés à titre d’ambassadeurs de marque «redéfinis», c'est-à-dire de vendeurs.

Un autre rôle dans tout ce mélange est «gestionnaire des promotions sur le terrain». Certains d'entre eux sont maintenant appelés «ambassadeurs de marque». Est-ce parce que le titre «ambassadeur de marque» est trop recherché pour être gaspillé sur les véritables ambassadeurs de marque?

Si «la prochaine génération d'ambassadeurs de marque» est vraiment la prochaine génération de vendeurs connaissant bien leur marque, il n'y a rien de mal à cela. Ne prétendez pas qu’il s’agisse d’autre chose.

Source: Sam Dalcourt via Facebook du 7 aout 2017 

SAM DALCOURT
Trainer, à Mixxit Canada
Ambassador, à Invasion Cocktail
Red fox, à École du Bar de Montréal
Former Reserve Brands Ambassador, à Breakthru Beverage: Canada
Former Bartender, à W Hotels Worldwide
Auparavant President à C.A Ligue des Coqueteliens du Québec.
Auparavant Executive Mixologist à MWL Exclusive
Auparavant Lead Mixologist à Stambac intl
Auparavant Co-Founder/Owner à Bar Le LAB - Plateau
Auparavant Flair Bartender/ trainer à Sam And Dave Kyoto

Texte original: The Death of the Brand Ambassador

 

Texte traduit par Annie Tremblay
Correction | Traduction | Gestion de contenu Web
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
+1450-775-5726