samedi 18 novembre 2017
L'éternelle histoire d'un premier amour...

L'éternelle histoire d'un premier amour...

Mardi 17 octobre : "L’Espagne dans votre Verre"…

Je serai présent, sans hésitation…

L’Espagne, "la Vida, el Vino, las Tapas, la Fiesta"… Nostalgie, quand tu nous tiens…

Plusieurs périodes de ma vie sont profondément marquées par cette Espagne qui enivre n’importe qui  dès qu’on s’abandonne un peu dans ses bras.Tout change avec les années et j’ai vu l’Espagne changer elle aussi. C’est le retour après une longue absence qui nous le rappelle et nous désoriente presque toujours. Les vieux repaires qui rassurent sont souvent difficiles à retrouver, mais en cherchant un peu, l’Espagne éternelle n’est jamais très loin…

J’aime l’Espagne. J’y suis allé pour la première fois en 1958 avec mes parents. J’avais 8 ans. Nous étions à Valencia pour les Férias et mis à part l’aspect festif, je me souviens d’un bel après-midi ensoleilléeoù nous nous étions arrêtés dans un café prendre un rafraichissement et au moment de payer l’addition, rien à faire, c’était déjà fait. Quelqu’un avait payé sans même s’identifier. Ce fut ma première expérience avec ce coté "Grand Seigneurs" des Espagnols, ce coté "Caballero" qui n’a toujours pas perdu son sens.

philippe espagne drapeau

La fierté sous tous ses aspects est un trait de caractère de ce peuple. L’hospitalité et la générosité sont encore présentes partout où l’Espagne a gardé son authenticité… Mais revenons sur le sujet de cette chronique : "L’Espagne dans votre Verre"… Mes premières amours avec le vin, je les dois à l’Espagne et ce fut une vraie passion…

Je suis un ex-restaurateur. À l’âge de 19 ans, au tout début du développement touristique, je me suis installé à Benidorm, en Espagne, et à 20 ans j’ouvrais mon premier restaurant.

Le comble, c’est que je ne pouvais pas avaler un verre de vin… Je n’aimais le vin !! Un soir, durant le repas, face à mon assiette, je pris conscience qu’être restaurateur et ne pas aimer le vin, ne pas pouvoir donner de conseils à mes clients, était tout simplement une aberration.

Je décidai donc de remédier à cette situation et d’essayer de découvrir la raison pour laquelle tant de gens aimaient le vin et pas moi. Je venais de commencer à comprendre que je me privais probablement d’un plaisir qui m’était inconnu…

philippe vin espagne tapas

Étant d’une nature épicurienne innée, je devais remédier à cette situation en essayant les vins disponibles avec différents mets. Je dis bien essayer, car pour déguster, il faut commencer par aimer, ce qui n’était pas mon cas et à l’époque, on ne trouvait pratiquement que des vins d’Espagne sur le marché.

Progressivement, durant ce "dur labeur", avec au début beaucoup de bonne volonté et l’apport magique des différentes saveurs des plats que je dégustais, ma perception du vin commença à changer. Des sensations gustatives nouvelles envahissaient mon palais. Et ce qui devait arriver arriva. Après un certain temps, à force de chercher, de méditer, d’écouter le vin : "La Lumière Fut" !!

Une douce symphonie m’envahissait de plus en plus durant mes dégustations et c’est à partir de ce moment que je compris le vrai sens du mot "Gastronomie", un sens qui est profondément enraciné dans la culture Espagnole… Ma première rencontre avec le vin se déroula donc en Espagne et ce fut à terme un vrai coup de foudre qui me permit de découvrir une des Sources du mode de vie "Made in Spain". Les vins d’Espagne sont divers et généreux, à l’image de son peuple.

philippe vin espagne homme

Ils sont issus de raisins gavés d’un soleil et de terroirs uniques. Ces vins déclenchent la convivialité, une joie de vivre contagieuse, une science inégalée de la "Fiesta" avec ses particularités régionales. Ils impriment dans le subconscient des souvenirs vivants comme le font parfois certains parfums. De temps en temps, dans une SAQ, il m’arrive de tomber sur certaines bouteilles de vin d’Espagne qui activent immédiatement chez moi un mélange de joie et de nostalgie.

Alors oui, je serai présent le 17 octobre. Retrouver certains vins qui m’ont tant apporté, et même en découvrir de nouveaux, sera très certainement une vraie partie de plaisir…

En conclusion : L’Espagne sans ses vins ne serait pas la même, et le monde du Vin sans l’Espagne serait orphelin, amputé d’un de ses meilleurs atouts…

Philippe Macia
Ex-Restaurateur et
Correspondant de SamyRabbat.com

À propos de l' auteur