dimanche 29 janvier 2023
Le mythe de l’abondance de l’eau

Le mythe de l’abondance de l’eau

Le Canada possède 20 % des ressources d'eau douce de la planète. Pour plusieurs, l'eau ici est une ressource inépuisable. Cela explique sans doute pourquoi nous sommes les plus grands consommateurs de cette ressource au monde. Pourtant, au Canada, les défis de la gestion de l'eau existent déjà à plusieurs endroits.

Dans ce deuxième texte d'une série de trois, nous explorons comment le Québec, malgré une image d'abondance, fait face à des pénuries.

Été 2021, la sécheresse sévit partout au pays. Au Québec, à plusieurs endroits, les niveaux d'eau sont bas. C'est le cas de la rivière Nicolet, dans le centre de la province.

Cette rivière qui traverse de grandes zones agricoles est reconnue pour ses baisses d'eau importantes tard en saison estivale. C'est incroyable, on a vu des niveaux bas records. On n'avait jamais observé ça, précise le biologiste Rémi Gaudreau, qui est aussi directeur général chez Copernic, l'organisme de bassin versant de la rivière Nicolet. Cet organisme a pour mission de favoriser une saine gestion de l'eau.

«Est-ce que c'est la nouvelle réalité? Est-ce que ça peut s'empirer aussi? Est-ce que ça va revenir à la normale?», se questionne le biologiste.

Voilà donc une grande question : qu'est-ce que le débit naturel d'une rivière, comme celui de la Nicolet? La réponse peut étonner : officiellement, on ne le sait pas! Et c'est partout pareil au Québec. On connaît du point de vue purement théorique les principaux usagers de l'eau d'une rivière, affirme cette fois le professeur Alain Rousseau de l'Institut national de recherche scientifique (INRS).

«On connaît où sont installés la plupart des points de prélèvement pour les grandes industries, les municipalités. Mais c'est l'ensemble, l'addition de tous ces prélèvements qu'on ne connaît pas.»

Lire l'article complet: Radio-Canada du 2 avril 2022