lundi 24 janvier 2022
La récupération des cannettes a subi son pire revers avec la crise actuelle

La récupération des cannettes a subi son pire revers avec la crise actuelle

Des milliers de Québécois vivront un refus collectif, cette semaine. Après avoir bien fêté, l’heure est au grand ménage et au détour à l’épicerie, afin d’y déposer les cannettes vides et les bouteilles consignées. Au grand dam de plusieurs, la «gobeuse» refusera, sans qu’on sache trop pourquoi, de nombreux contenants.

Dans l’incompréhension et par dépit, on abdique et on se tourne vers la poubelle ou le bac de recyclage le plus proche. La cannette est pourtant frappée de la mention «Consigné Québec 5 cents». «Pourquoi la machine ne prend pas ma cannette?», se demande un consommateur de passage dans une épicerie de Gatineau.

RECYC-QUÉBEC évoque deux causes de rejet d’une cannette par une gobeuse. «Soit le contenant n’a pas été soumis à l’approbation de RECYC-QUÉBEC ou n’a pas été approuvé, soit la mise à jour des machines n’a pas été faite correctement par certains marchands», affirme sa directrice des communications, Brigitte Geoffroy.

De leur côté, les responsables de l’industrie pointent du doigt trois grands «coupables»: la multiplication incessante de nouveaux produits, la pénurie de main-d’oeuvre et un système de consigne dépassé, digne des années 1980.

Lire la suite: Le Quotidien du 30 décembre 2021