samedi 24 juillet 2021
Il demeure difficile de prouver l’efficacité du couvre-feu au Québec

Il demeure difficile de prouver l’efficacité du couvre-feu au Québec

Plus de deux mois après son adoption au Québec, il est encore difficile de prouver l’efficacité du couvre-feu, tout comme il est difficile de juger de son inefficacité.

Depuis que le Canada a confirmé son premier cas de la Covid-19, le 20 février 2020, les différents paliers de gouvernement s’efforcent d’en contrôler la transmission.

Comme la santé au Canada est une compétence provinciale, chaque province a une stratégie différente en réponse à la transmission du virus. L’Ontario et le Québec ont choisi des approches différentes. Une des mesures qui marque une différence entre les deux approches est celle du couvre-feu.

Le 9 janvier 2021, le Québec a d’abord instauré un couvre-feu de 20h00 à 5h00 sur l’ensemble de son territoire. Le 3 mars, il a repoussé le couvre-feu à 21h30 dans les régions en zone orange, puis le 16 mars en zone rouge. Plusieurs experts se questionnent sur son efficacité. Plus de deux mois plus tard, la mesure est encore en place.

En tant que chercheuse indépendante et professeure adjointe à l’Université de Waterloo, je travaille sur des programmes en santé environnementale et santé publique depuis 2009, particulièrement sur les éléments clés du cadre conceptuel de gestion du risque en santé (analyse du risque, perception et contexte social, évaluation des mesures). Dans ce qui suit, j’ai comparé l’évolution récente du nombre de nouveaux cas au Québec et en Ontario.

Lire l'article complet: Le Soleil du 28 mars 2021