vendredi 14 août 2020
Certains commerçants mécontents du réaménagement de la rue Notre-Dame Ouest

Certains commerçants mécontents du réaménagement de la rue Notre-Dame Ouest

NOTE DE L'ÉDITEUR

L'art de se faire hara-kiri. Montréal est agréable lorsque l'on se déplace en métro et en autobus... De fermer la rue Notre-Dame est un geste complètement aberrant pour les commerces.

 

Pendant que Montréal se félicite du « succès » de ses rues piétonnes déployées dans l’urgence de la pandémie, elle se heurte de nouveau à l'opposition de commerçants, cette fois pour le réaménagement de la rue Notre-Dame Ouest.

« Retirer autant de places de stationnement, pour nous, c’est le problème majeur, lance Evan Hughes, gérant du magasin d’ameublement Beige, qui a pignon sur rue depuis 13 ans. Il y a des meubles qui entrent et qui sortent. Les clients qui viennent acheter un sofa ou une table à café ne sont pas à pied ou à bicyclette. »

D’ici la fin de la semaine, la rue Notre-Dame Ouest fera la part belle aux piétons entre les rues Workman et Vinet, dans le Sud-Ouest. La voie en direction est sera interdite aux voitures et les places de stationnement seront supprimées de chaque côté pour élargir les trottoirs. Les bars et les restaurants auront ainsi plus d’espace pour leur terrasse.

Trois endroits consacrés à la livraison ont en outre été prévus. Ces modifications, qui devaient initialement se faire en juin, doivent durer huit semaines.

« Fermer toutes les rues, retirer toutes nos places de stationnement et demander à des clowns de faire des performances n’est pas une aide économique » en contexte de COVID-19, a fustigé sur Twitter le copropriétaire du restaurant Joe Beef, David McMillan.

Lire l'article complet: Le Devoir du 31 juillet 2020