jeudi 13 août 2020
Une lettre touchante de Simon Kretz à son père, Marcel Kretz

Une lettre touchante de Simon Kretz à son père, Marcel Kretz

T’es arrivé au Québec en 1953 avec quelques dollars en poche, des rêves plein la tête, une petite fortune d’audace et de talent. Et surtout, un diplôme de l’École hôtelière de Strasbourg, parce qu’en ces temps d’après-guerre, en Europe, la vie, « c’était vivre et manger ».

T’es venu en quête d’aventure. T’as trouvé encore mieux : l’amour. Avec maman, tu nous as ouvert sur le monde, tu nous as transmis ta passion pour la nature, les grands espaces et le sport. Et des valeurs qui se résument en trois mots : famille, amis, travail.

Exigeant, oui. Mais jubilant dans nos victoires. Compatissant dans nos défaites. Avant chaque course, avant chaque partie, avant chaque escapade d’un week-end, ton éternel conseil :

– S’il te plaît, fais attention…

T’es mon père.

Un original qui allait au boulot en ski de fond. Qui a travaillé dans le Nord-du-Québec bien avant les barrages. Qui faisait semblant de prendre pour les Bruins, juste pour mettre un peu de piquant au début de la première période. C’était dans le temps de Lafleur et de Dryden, fallait avoir le sens du sacrifice…

Lire le texte complet: La Presse du 21 juin 2020