jeudi 13 août 2020
Pendant la COVID-19, Steve Beauséjour s’est transformé en distributeur de bonheurs comestibles

Pendant la COVID-19, Steve Beauséjour s’est transformé en distributeur de bonheurs comestibles

Le bonheur est rarement facile ou permanent. Qu’à cela ne tienne, cet état de grâce est à la portée de tous, malgré les épreuves de la vie, voire grâce à elles. La Presse rencontre chaque semaine quelqu’un qui semble l’avoir apprivoisé.

Comme la majorité des plus de 200 000 travailleurs qui travaillent en restauration au Québec et leurs milliers de fournisseurs, Steve Beauséjour s’est trouvé sans emploi à la mi-mars. Mais il n’a pas chômé pour autant, parce qu’en situation de crise, l’optimiste notoire devient encore plus créatif. Ces jours-ci, au volant de sa camionnette, il propose les plus beaux légumes, pains, poissons et fruits de mer du Québec dans les rues et ruelles de Montréal.

En temps « normal », Steve Beauséjour fait le lien entre l’agence de représentation en vin Rézin et le milieu de la restauration. Il se dit aussi « consultant en liberté des jus » pour plusieurs vignerons. Quatre mille litres de vin, qui donneront quatre cuvées élaborées selon ses conseils, sont sur le point d’être embouteillés au vignoble La Bauge, dans les Cantons-de-l’Est, sous étiquette Bauge-U.

« Ce n’est pas normal qu’il y ait 140 vignobles au Québec, mais qu’on parle toujours des mêmes 7 ou 8. » Plutôt que de critiquer, le passionné de vins vivants relève ses manches et donne un coup de main à ceux et celles qui ont envie de changer leur manière de faire pour travailler plus naturellement dans la vigne et dans le chai et ainsi se mettre un peu à la page.

Lire l'article complet: La Presse du 7 juin 2020