mardi 2 juin 2020
Le Liban sur le point de légaliser la culture médicale et industrielle du cannabis

Le Liban sur le point de légaliser la culture médicale et industrielle du cannabis

NOTE DE L'ÉDITEUR

Le pays est en faillite, le peuple en arrache, et maintenant on passe à l'étape suivante pour accentuer l'économie avec le cannabis, qui circule allègrement dans le pays depuis des lustres.

 

Le Parlement libanais devrait voter une loi qui légaliserait la culture du cannabis à des fins médicales et industrielles dans le but de stimuler son économie paralysée et de freiner la production illicite de la plante psychoactive.

Le projet de loi, qui a été approuvé par les commissions parlementaires et qui se dirige maintenant vers un vote final, n’affecterait que le cannabis qui contient moins de 1% du composé psychoactif tétrahydrocannabidinol, ou THC.

Le THC confère au cannabis les effets récréatifs qui en ont fait la substance illicite la plus utilisée à travers le monde. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu’environ 147 millions de personnes, soit 2,5% de la population mondiale, consomment du cannabis.

Le Liban cultive la plante depuis au moins 100 ans et produit de grandes quantités de haschisch, un dérivé collant et odorant de la plante de cannabis qui ressemble au chocolat. Bien qu’illégal à produire, à vendre ou à utiliser, il est largement disponible localement et est également exporté illégalement.

Le haschich libanais se trouve dans les capitales européennes et constituait environ 80% de l’approvisionnement mondial pendant les années de guerre civile du pays (1975-90), lorsque la culture était à son apogée.

Au lieu de traiter de ce marché, ce projet de loi chercherait à en créer un nouveau impliquant des types de plantes de cannabis qui n’ont pas été traditionnellement cultivées au Liban.

Lire l'article complet: Blog Cannabis du 13 mars 2020