vendredi 4 décembre 2020
Le charmant village de Meursault Le charmant village de Meursault

Carnet bourguignon

Ma dernière virée en Bourgogne se fit en plein milieu de la saison estivale, au moment où les collines de la Côte d’Or se pavent d’un vert étincelant. J’y avais réquisitionné un chauffeur particulier pour me guider à travers les sinueux chemins qui quadrillent le vignoble. Jean-François Mestre copropriétaire du Domaine Michelot à Meursault, vint me quérir dans la matinée et avant que le soleil ne tape trop fort sur nos têtes et sur les baies nous avons entamé la randonnée.

jean Jean François MestreJean-François Mestre du Domaine Michelot dans ses vignes de Meursault-Charmes

Je lui avais demandé au préalable de débuter par la tournée du proprio en arpentant chacune de ses parcelles réparties de Meursault à Puligny-Montrachet. En quelques minutes, nous voilà au Clos St-Félix situé juste derrière la maison de feu Bernard Michelot, personnage mythique de la Bourgogne et le beau-papa de Jean-François. Puis nous roulons à travers les Meursault villages du Domaine Michelot, Sous la Velle, Limozin, Narvaux, Grands-Charrons, puis aux abords des Premiers Crus que sont Charmes, Genevrières, Poruzot, Perrières. Jean-François me parle des tailles qui viennent d’être faites, de son approche en Bio, des greffes récentes et de la vendange à venir. Remontant dans le 4x4 on se dirige vers Puligny-Montrachet où la famille possède quelques rangs de vignes, puis à Santenay où le jeune vigneron d’alors, a appris les rudiments du métier de vigneron sur la propriété familiale. C’est d’ailleurs ici, que l’on vinifie le seul rouge produit par le Domaine Michelot.

jean GenevrièresGenevrières, premier cru à Meursault

Parlant de rouge, il faut vite remballer car nous avons rendez-vous à Ladoix, au Domaine Chevalier. C’est au autre illustre personnage bourguignon qui nous y attend, Claude Chevalier aussi connu de ce côté de l’Atlantique, car celui-ci connaît le Québec à en faire rougir certains Québécois de souche! Notre hôte guilleret dirige la marche dans le chai, pipette en main. Et qu’il est bon d’humer le fruité exaltant de la vendange récente, les pinots noirs aux parfums de griotte ou de framboises bien mures ; de mirer la robe chatoyante, vous savez ces rouges clairs inhérents à la Bourgogne; de goûter, que dis-je, de croquer avec gourmandise dans ce jus au fruité enivrant. Suivant la tendance actuelle, Claude a souhaité que l’on déguste ensuite les blancs et c’est vrai que le choc en bouche est moins brutal ainsi. Surtout que l’opulence des Ladoix et… du Corton-Charlemagne en impose drôlement. Riche, onctueux, juste la pointe d’acidité qu’il faut pour une parfaite symbiose. Le bonheur est dans le chai ! De quoi rendre fier le papa qui a passé la main à ses trois filles, dont Chloé qui travaille à la vigne et à la vinification depuis 2008.

jean caveClaude Chevalier, du Domaine Chevalier à Ladoix et à l’arrière plan, Nicolas Mestre, qui incarne la relève au Domaine Michelot.

La Côte de Beaune

S’étirant sur une vingtaine de kilomètres de Ladoix à Santenay, parfois sur des plateaux qui bordent la N 74 mais aussi sur des coteaux pouvant atteindre 400 mètres de hauteur, le terroir de la Côte de Beaune est composé d’une mosaïque de sols différents alliant surtout les marnes et les calcaires. Pas moins de 84 appellations sur ce petit territoire révèlent de la diversité régionale. Car ici, comme en Côte de Nuits, la diversité est seule maitresse. Le sol, ou climat comme on dit en Bourgogne, joue de toutes ses nuances pour apporter le caractère, la finesse ou le charme qu’il se doit au pinot-noir ou au chardonnay. Mais le chef ultime demeure le vigneron, doublé du titre d’oenologue et maître de chai. C’est lui qui par son art révèle le mystère bourguignon. Il crée sa propre partition selon la tradition familiale, les aléas climatiques et le style qu’il veut obtenir pour ses vins. Ne vous étonnez donc pas de déguster des Pommard ou des Cortons tantôt légers et délicats, tantôt robustes et tanniques, c’est le terroir et le patron qui en ont décidé ainsi.

À propos de l' auteur

Jean Chouzenoux a travaillé 35 ans à la Société des alcools du Québec, y a occupé différents postes de gestion aux ventes, aux communications et à la commercialisation.
 
Membre de nombreuses confréries bachiques et gastronomiques et animateur de tournées viticoles dans le vignoble européen. Juré dans les concours internationaux de dégustations, fut chroniqueur sur les vins à la radio et collabore ponctuellement au magazine Prestige de Québec.
 
Installé à  Nice depuis 2010, où il continue d'entretenir sa passion pour le vin.