samedi 14 décembre 2019
Le meilleur vin: le Cabernet franc produit par le vignoble l’Orpailleur Le meilleur vin: le Cabernet franc produit par le vignoble l’Orpailleur

Dégustation de Cabernet franc au restaurant le Tire-Bouchon

Avec quelques amis, on a été accueilli par Gérald Loiselle, le chef du Tire-Bouchon, restaurant de l’Orpailleur, un des premiers vignobles du Québec.

Avant le repas, on a fait une dégustation de vin. Deux des quatre propriétaires du vignoble étaient avec nous. En tout, sept personnes qui dégustaient, à l’aveugle, quatre Cabernet francs (100%) et un intrus.

Tout d’abord, on a réussi à identifier l’intrus. C’était le Pinot noir du Domaine du Ruisseau. Sa robe plus claire était un indice qu’on ne pouvait ignorer, bien que certains de ses arômes pouvaient lui donner un air de Cabernet franc.

On a ensuite procédé a identifier le meilleur des quatre vins restants. Et c’est le Cabernet franc produit par le vignoble l’Orpailleur qui a mérité ce titre. Bravo. En compétition, 2 vins de l’Ontario (le Grange of Prince Edward 2014) et un Chinon (St Louans Le Parc Chinon Rouge 2014). Il est à noter que les trois vins étaient de 2014, alors que le gagnant était de 2017.

Quelle belle victoire pour un vin rouge du Québec et, surtout, pour le vignoble l’Orpailleur.

Le repas, une soupe suivie de cuisse et pilon de poulet était, encore, une découverte de saveurs asiatiques. C’était magnifique.

Merci à Gérald, le chef et copropriétaire du Tire-Bouchon, pour avoir organisé cette soirée. 

Yves Delage
Vino aficionado

À propos de l' auteur

On n'est jamais si bien servis que par soi-même.

Alors je suis né d’un père et d’une mère qui sont restés mariés jusqu’à la mort. Moi je me suis marié 3 fois.  J’ai étudié et  obtenu un BAC qui m’a permis d’être bon à tout et propre à rien. Allez comprendre.

Ensuite des études en statistiques et en informatique. J’ai complété ces dernières et me suis lancé, au grand dam de mon père, à fond dans cette science qui, en 1970 était totalement inconnue. En même temps, j’ai fondé mon premier club gastronomique, les Chevaliers de la table ronde, un nom qui nous avait été suggéré par la très aimé et respectée Françoise Kayler. Lire la suite...

Commentaires des lecteurs