lundi 19 novembre 2018
La dégustation de pinots noirs

La dégustation de pinots noirs

Tout a commencé il y a longtemps (mai 2018), quand j’ai demandé à Hélène, qui organisait l’escapade gourmande de la Fondation Gérard Delage et qui s’en allait au vignoble du Domaine Saint-Jacques, parce que son propriétaire, Yvan Quirion, avait eu la générosite d’appuyer la fondation en nous offrant des bouteilles du Domaine, de m’acheter une bouteille de Pinot noir. Yvan Quirion est un passionné du vin et il dit, à qui veut l’entendre, que le Québec peut produire d’aussi bons pinots noirs que la France. Sceptiques, vous serez confondus.

C’est ensuite, avant un repas incroyable au Tire-Bouchon (restaurant de l’Orpailleur), qu’un bon ami, Roger, et moi, allons au vignoble du Ruisseau. En plus d’être émerveillés par les installations et la gentillesse des propriétaires et du personnel, Roger et moi goûtons à leur merveilleux Pinot Noir. Et c’est ce qui m'a donné l’idée de faire une dégustation de pinots noirs à l’aveugle avec des amis qui connaissent le vin et l’apprécient.

J’achète donc un pinot noir de France et un pinot noir de Nouvelle-Zélande. Je dois ajouter que les 4 vins coûtent 25$ chacun, pour nous assurer que l’on compare des pommes avec des pommes.

L’objectif de la dégustation est de faire sortir les vins du Québec qui seront, évidemment, les moins bons. Vous ai-je dit que la dégustation est (toujours) une leçon d’humilité? Ben oui, ce l’est.

Alors un beau soir d’octobre, on se retrouve, 5 amis, pour déguster. Un grand connaisseur, 2 amateurs passionnés, un chef et un réseauteur-rassembleur. Vous remarquerez que je n’ai nommé personne.

Il y a 5 vins parce que notre hôte a ajouté un intrus. Alors on s’installe. On déguste. Après environ 15 minutes, on découvre le premier vin, que l’on croit être du Québec. Erreur, c’est un vin de France. Ah bon!

Dix minutes plus tard, on découvre le second vin qui, cette fois, est sûrement un vin du Québec. Autre méprise, c’est le vin de la Nouvelle-Zélande.

Il reste donc 3 vins qui proviennent tous du Canada.

Je ne vous dirai pas quel vin était le meilleur du Québec. Ce que je vous dirai, c’est qu’à l’aveugle, les deux vins du Québec ont battu un vin de France et un vin de Nouvelle-Zélande. À valeur égale.

Suis-je fier? Devriez-vous l’être? Oui aux 2 questions. Le Québec, dans le vin rouge grains nobles, est tout à fait compétitif avec 2 pays producteurs depuis considérablement plus de temps. Et pour moi, ce qui était présomptueux est devenu majestueux. Bravo Domaine Saint-Jacques et bravo Vignoble du Ruisseau.

Collaboration spéciale Yves Delage, de la Fondation Gérard Delage

Commentaires des lecteurs