vendredi 19 octobre 2018
Vins en épicerie
Samy Rabbat

Samy Rabbat

Je suis un «réseauteur dans l’âme» et je suis en charge du développement des affaires dans les réseaux de l'agroalimentaire, des alcools et de l'hospitalité (HRI-HORECA). Mes objectifs sont de vivre en très bonne santé financière, en équilibre et en harmonie.

samedi, 20 décembre 2008 13:19

Pierre Birlichi


samy BERLICHI(2)Avec un nom pareil, on jurerait que Pierre est italien !

Eh bien non ?

Pierre est né à Bordeaux, et par son accent, il est clair qu’il est Français !

Nous nous sommes connus par l’entremise du téléphone, alors que je travaillais au développement du site de l’Académie Vinicole. L’énergie est passée directement entre nous et sans se connaître, nous avions décidé de nous rencontrer afin de se voir en personne.


Notre première rencontre a eu lieu à l’hôtel Ritz Carlton, alors que la SAQ nous avait invités pour une conférence au petit-déjeuner.

Avec Caroline Ledoux, Pierre Birlichi a fondé son agence de vins en Importations Privées, Raisonnance. Voici ce qu’on lit sur sa page de Face book : Raisonnance inc. est une agence de représentation de vins fins français. Importations privées. Le plus vaste choix de Grands Crus du Bordelais au Canada. Et c’est vrai ! Avec plus de 4 000 000 de bouteilles de grands crus qui vieillissent gentiment dans ses chais plusieurs fois centenaires à Bordeaux, l’amateur le plus exigent devrait trouver son bonheur à coup sûr.

Sous des allures de personne timide, ce passionné de théologie, a été tenté à plusieurs reprises par la prêtrise et le monastère. Il a finalement délaissé le vin de messe, et décidé de poursuivre sa carrière professionnelle dans le monde du vin.

Ce redoutable stratège commercial a réussi à développer une clientèle de restaurateurs qui lui sont restés fidele, malgré la prolifération d’agences de vins dans cette niche de vins qui nécessite une connaissance des produits, des producteurs, des millésimes et du marché.

Ayant la plume facile, Pierre Berlichi écrit également dans le journal «Accés Laurentides» sur le monde vinicole.

Alors que je le présentais à des amis, comme un producteur de vins de père en fils, Pierre a sourit sans m’interrompre, et m’a envoyé un mot, afin que je rectifie ma prochaine présentation : "Issu d'une famille de négociants en vins depuis plusieurs générations serait tout à fait exact. En fait, seule ma grand-mère avait des vignes".

Il ne vous reste plus qu’à explorer son site internet : www.raisonnance.net et à lui souhaiter les plus grands succès à travers le Québec et le Canada.

Lors de la deuxième édition du Mondial des Cidres de Glace qui avait lieu à Rougemont, j'ai eu l'occasion de revoir la légende vivante, Christian Barthomeuf, soit l'inventeur du Cidre de Glace au Québec.

La première fois que j'ai vu CHRISTIAN BARTHOMEUF, fut lors d'un salon des vins ou je m'étais présenté devant lui avec un laminage d'un article de presse qui était sur sa personne. Nous ne connaissions pas du tout à cette époque dans les années 80, et de temps à autres, j'entendais parler de lui...

Ce samedi 14 février, après des années il me reconnut et me lança : «Samy Rabbat à Rougemont!»

samy logocsLors de la dégustation de son cidre de glace, fait par lui et pour lui, soit le Clos Saragnat, il nous a raconté que le Gouvernement Espagnol l'avait reconnu comme le fondateur du cidre de glace en lui envoyant un chèque et un certificat du Mérite.

Le « Père du cidre de glace » honoré

Frelighsburg (Québec), 24 janvier 2008 - La fondation espagnole du cidre (La Fundacisn de la Sidra) a décerné son prestigieux prix annuel à Christian Barthomeuf, cidriculteur au Domaine Pinnacle depuis 2000, pour honorer son unique contribution à l'univers du cidre.

« La contribution exceptionnelle de Christian marquera à jamais le monde de la gastronomie québécoise », affirme Charles Crawford, fondateur du Domaine Pinnacle. « Nous sommes très fiers de le compter parmi nous; notre collaboration a donné un essor international au cidre de glace ».

D'origine française, Barthomeuf émigra au Québec en 1974 et tenta ses premières expériences dans le domaine de la viticulture. Constatant les rudes hivers québécois, il tourna son imagination et ses talents vers une culture qui tirait davantage profit du climat local: la pomme. En laissant les pommes sur les arbres pendant les premières gelées de l'hiver, Barthomeuf découvrit une technique qui concentrait les sucres dans le fruit. Ceci marqua la naissance du cidre de glace au Québec.

Barthomeuf acceptera ce prix ex aequo avec La face cachée de la pomme, un producteur québécois pour lequel il a joué un rôle fondamental lors de ses premières années de commercialisation. En plus de sa contribution au Domaine Pinnacle, Barthomeuf exploite son propre verger et vignoble, le Clos Saragnat, à Frelighsburg.

À propos du Domaine Pinnacle
Le Domaine Pinnacle est un verger familial situé sur le flanc sud du Mont Pinacle dans les Cantons-de-l'Est. Etablie en 2000, l'entreprise est rapidement devenue le chef de file mondial des producteurs de cidre de glace - l'équivalent cidricole du vin de glace. Les conditions de croissance estivales combinées à la rigueur des hivers québécois produisent un nectar ambré qui a su conquérir les connaisseurs aux palais les plus fins dans plus de 30 pays à travers le monde.

Sources : Le bulletin des agriculteurs


samy Copie de MONDIAL DES CIDRES DE GLACE LE 14 FEV 031

 

 

Mais sa plus grande fierté est le certificat de Mérite que ses pairs lui ont offerts hier soir, lors de l'inauguration à sa très grande surprise.

De gauche à droite : Diane Senez, chroniqueur du Mieux-Être sur ce site et
la légende vivante, le créateur du Cidre de Glace, Christian Barthomeuf.


mardi, 18 novembre 2008 14:24

Un témoignage de Philippe Lapeyrie

Bonjour Samy,

Juste quelques mots pour te dire à quel point nous t'apprécions dans la région, ton nom circule de plus en plus dans la capitale nationale.
Et même si tu ne viens pas d'ici, tu nous donnes un sérieux coup de main avec tes envois et ton site web.

.
Tu le fais candidement et gratuitement, juste pour l'amour du vin sans attendre rien en retour… et les gens de Québec le savent très bien.

Comme tu peux sûrement le flairer jusqu'à Montréal, c'est fou tout ce qui se passe ici depuis quelques années. Les dégustations sont toutes sold-out, les cours de l'école hôtelière et en SAQ sont «full au bouchon» plusieurs mois à l'avance. Sans compter les vignerons qui viennent en grand nombre. Résultat, la ville est en feu ! C'est tout simplement génial et une bonne part de tout ça est grâce à toi!

Quand je te fais parvenir des calendriers ou des entrevues, je veux que tu sois bien à l'aise. On ne veut pas abuser de tes contacts ou de ton temps, si tu le fais tant mieux, sinon c'est pas grave.

Conclusion, tu fais du bien à notre merveilleuse ville et nous en somme très reconnaissants, MERCI de tous les gens de l'industrie de Québec et du Québec!

Philippe Lapeyrie
Radio Énergie Chroniques Tva

jeudi, 26 mars 2009 12:38

Gérard Bertrand

GÉRARD BERTRAND
samy vin

GÉRARD BERTRAND?
Mais qui est-il?

Acteur, comédien, prestigitateur, animateur à la TV, cardiologue, éleveur de moutons, représentant, veterinaire, médecin, cuisinier, chef patissier, vigneron...?

Gérard Bertrand est une légende «vivante» bien connue dans le monde vinicole et de la restauration à travers la planète.


Et pourtant il a la gueule de l'emploi d'un acteur, d'un chanteur de charme...Oui une légende vivante, car il parcourt la planète afin de visiter ses clients tout en faisant la promotion de ses 80 marques differentes.

Il a joué au rugby au plus haut niveau pendant la periode 84 - 94 en jouant pour Narbonne 1ere division et ayant eu la chance de porter 3 fois le maillot national. Cela en même temps que ses activites professionnelles dans le vin ,car a cette periode le rugby n'etait pas encore professionnel.
Mais, il a preferé le monde du vin, heureusement pour nous et ses milliers de consommateurs qui lui sont fidèles de par le vaste monde


Nous étions invités par la Sopexa et l’agence promotionnelle Importation Épicurienne R.A. Fortin dans le cadre de la visite éclair de Gérard Bertrand propriétaire du mythique Château de l’Hospitalet. Voici ce que l’on écrit sur ce Château : «Bien plus qu'un domaine viticole, l'Hospitalet est un écrin situé au bord de la Méditerranée, qui véhiculent des valeurs telles que fraternité, échange, culture, au service du vin, de l'artisanat et de la Table : Art de Vivre !»

Pour la petite histoire, alors que j’étais en visite à Narbonne, lors d’une croisière sur le canal du Midi en péniche, nous nous sommes amarrés 2 jours dans cette ville. Emporté par la curiosité, j’avais visité un restaurant magasin extraordinaire, qui jumelait la variété des vins locaux dans une décoration ultra moderne, avec la cuisine méditerranéenne, et c’était son restaurant.

Le destin de la vie m’a placé son concepteur-propriétaire devant moi, tout le long de la dégustation ou nous avons eu ce privilège de déguster 10 vins de ses propriétés.

Gérard Bertrand est propriétaire de 325 hectares de vignes sur les plus beaux terroirs du Languedoc. Il veille au grain sur toutes ses propriétés et il connait la vigne de A à Z, il faut croire qu’il a été mariné dans le vin depuis sa naissance !

Nous étions une douzaine de journalistes à le bombarder de questions, sur ces vignes, la terre, les terroirs, les millésimes…Jusqu’à qu’ils nous avouent humblement, qu’il suçait les cailloux des différents terroirs pour en goûter tout le côté minéral. Alors maintenant, je vais sucer toutes mes pierres que j’ai ramassées en Gaspésie, afin de voir si je serais capable d’en extraire un côté minéral. C’est amusant car les bédouins dans le désert sucent les cailloux, lorsqu’ils ont trop soif !

Je ne vais pas vous décrire ici toutes les belles sensations de cette dégustation mémorable, sous l’expertise de Gérard Bertrand, me contentant de vous inviter à visiter les sites tels que le sommelier virtuel et des commentaires de mes collègues qui font un travail exceptionnel en dégustation de vins.

Nous avons été reçus dans le loft du traiteur Cornellier qui était justement décoré aux couleurs de la Provence et qui s’apprête très bien à un groupe de 15 personnes. Le service est professionnel et discret. La cuisine est à la hauteur de la réputation du traiteur de l’année ; Denise Cornellier.

Voici les dix vins signés GÉRARD BERTRAND dégustés (En pêle mêle de ma part):

DISPONIBLE À LA SAQ:
Château l'Hospitalet Réserve Coteaux du Languedoc La Clape 2005 - Disponible à la SAQ
Domaine Haut St-Georges Corbières 2006- Disponible à la SAQ

BIENTÔT À LA SAQ SIGNATURE:
La Forge AOC Corbière 2005 (Un vin conçu en hommage à son père visionnaire, décedé accidentellement en 1987) Vin de garde, seulement 10,000 bouteilles produites pour le monde entier.
L'Hospitalitas AOC Coteaux du Languedoc La Clape 2005

EN ATTENTE DES APPELS D'OFFRES DE LA SAQ
:
Autrement, Merlot, agriculture biologique
L'Aigle Noir, Pinot Noir
Le Viala, Minervois
Domaine Haut Saint Georges, Corbières
Domaine de Villemajou, Corbière Boutenac
AOC Varietal, Minervois
Autrement, Chardonnay, agriculture biologique
Aigle Noir, Chardonnay
Aigle Royal, Limoux


Un collègue lui a posé la question à savoir que pensait-il des nouveaux règlements en France sur la publicité, le taux d'alcool dans le sang, il nous a répondu que les jeunes prennent un mélange de TGV (Téquila, Vodka et Gin) entre minuit et 3 heures du matin, selon les études faites par des experts et qu'on arrete d'accuser et de mettre au ban des punitions le monde vinicole.

Alors vite, allons nous procurer une bouteille de Gérard Bertrand, maintenant que l'on a placé une âme derrière chaque bouteille signée par sa main!


J'ai eu le plaisir de visiter le domaine du Clos Saragnat, l'année passée en compagnie de ma conjointe. Nous avons été accueillis à bras ouvert par Christian Barthomeuf, le créateur du Cidre de Glace.

En lisant le journal La Presse de ce samedi le 16 janvier 2010, quelle ne fût pas ma surprise de trouver un cahier complet sur les meilleures cidreries du Québec, dont celle du Clos Saragnat. Nous avons donc ouvert la bouteille que nous nous étions procurés chez Christian Barthomeuf.

Ma conjointe a eu cette déclaration instantanément: Ce cidre de glace fait un effet bœuf !

Maintenant, je vous invite à lire la chronique de François Chartier sur ce Clos Saragnat Avalanche 2007.

Cidre de glace, Clos Saragnat
Explorage Inc., Frelighsburg
26.85$ (200 ml) 11133221
****,$$($) COUP DE COEUR

NOUVEAUTÉ! Comme je le mentionne dans le texte ci-dessus, les deux cuvées du Clos Saragnat sont tout simplement époustouflantes. Bonne nouvelle, l'Avalanche 2007 vient tout juste d'apparaître dans certaines succursales de la SAQ. Elle est signée par le maître ès cidre de glace. Christian Barthomeuf qui est ni plus ni moins «l'inventeur» du cidre de glace. Il aura été le premierà avoir osée s'aventure dans cette production, à la fin des années 80. C'est LA référence en la matière pour tous les producteurs de cidre de glace. L'Avalanche 2007 se montre d'une couleur foncé caramélisé. D'un nez d'une étonnante définition, unique et hors normes, dans une classe à part. Pureté, profondeur et faîcheur, où s'entremêlent des notes complexes de pomme mûre, de compote, de cassonade, d'abicot et de poire chaude. Belle liqueur, onctueuse à souhait, mais immense finale à l'acidité vibrante et aux saveurs prenantes, d'une vibration unique et d'une grande ampleur.
www.saragnat.com

L'importation privée devient de plus en plus populaire au Québec. Cette tendance se reflète dans les chiffres des quatre dernières années. Si le chiffre d'affaires stagnait à 40 millions de dollars en 2006 et 2007, il dépasse désormais les 70,5 millions pour l'exercice en cours.

Selon la SAQ, d'avril à septembre 2010, les ventes de vins en importation privée ont augmenté de 9 %. Pour la même période en 2011, le nombre de commandes privées a enregistré une croissance de 30 %, ce qui en fait un des secteurs les plus dynamiques de la SAQ.

 Explications d'un tel phénomène

   ...du côté des sommeliers et des restaurateurs
 Les sommeliers, curieux et de mieux en mieux formés, font confiance à des vins fortement identitaires, triés sur le volet et qui sortent des sentiers battus. Quant aux restaurateurs, ils confirment leur intérêt pour les vins d'importation privée, et ce, pour plusieurs raisons. C'est une des conséquences paradoxales de la mondialisation. En réponse à la toute-puissance des marques qui prônent un goût mondialisé, de plus en plus de restaurateurs se sont convertis au «small is beautiful». Soumis à une rude concurrence et désireux de se différencier, les restaurateurs optent pour des vins d'artisans qui leurs ressemblent, souvent d'appellations en devenir et produits en toute petite quantité.

 Ainsi, les 13 000 vins offerts en importation privée ? comparativement aux 11 000 vins, bières et spiritueux offerts dans les succursales de la SAQ ? leur permettent d'élaborer des cartes de vins différentes, souvent à l'image d'une cuisine créative qui, pour notre plus grand bonheur, a envahi le Québec tout entier. Les chiffres parlent  d'eux-mêmes : sur 70,5 millions de dollars de ventes en importation privée,  87,5 % proviennent des achats des restaurateurs.

  ... du côté des consommateurs
 Les particuliers, membres ou non de clubs oenophiles, ne sont pas en reste et se tournent de plus en plus vers les commandes privées. Depuis 2004-2005, les ventes auprès des particuliers ont connu une croissance de 72 %. Leurs arguments en faveur de l'importation privée ne manquent pas. Les amateurs de vin aiment se laisser surprendre par des goûts nouveaux, ou prolonger un voyage et partager leurs découvertes avec leurs proches. Ils sont de plus en plus nombreux à avoir compris que les agences spécialisées en importation privée ne sont en fait que les petits cavistes (ici, sans boutique) dont ils ont franchi les portes pendant leurs vacances en Europe.

 Globalement, le nombre de caisses vendues en 2007-2008 était de 236 000. On parle aujourd'hui de 340 000 caisses pour 2010-2011, et la projection initiale de 347 000 caisses pour 2012-2013 est en voie d'être révisée... à la hausse.

  ... et du côté des journalistes

 Fait marquant, les journalistes et chroniqueurs de vins du Québec parlent désormais de ces vins qu'on ne trouve pas sur les tablettes de la SAQ. Depuis 2010, Le Guide du vin de Michel Phaneuf suggère des vins en importation privée à la fin de chacun des chapitres consacrés aux grandes appellations. Cette année, dans un chapitre exclusif, Michel Phaneuf et Nadia Fournier proposent 240 producteurs dont les vins sont uniquement disponibles en importation privée. L'auteur du Guide Patron des vins bio, Pascal Patron, lauréat du prix du Meilleur guide de vins en français au Canada, au Gourmand World Cookbook Awards 2011, a parcouru plus de 10 000 kilomètres en Europe pour rédiger sa bible, en prenant soin de ne pas faire de différence entre les vins vendus à la SAQ et ceux en importation privée. L'amateur trouve aussi régulièrement son bonheur sur le site www.vinquebec.com, rédigé par Marc André Gagnon et lu par plus de 30 000 passionnés de vin, ou encore, dans les chroniques éclairées de Bill Zacharkiw dans The Gazette.

 Par ailleurs, les chroniqueurs du Devoir, de La Presse, du Journal de Montréal, de Cellier, de Vins & Vignobles et de la Revue du vin de France, de même que ceux de TVA et de Télé-Québec, étaient tous présents au premier Jugement de Montréal, consacré au pinot noir. Placé sous le patronage de Champlain Charest, cet événement, qui sera organisé chaque année par le Raspipav (Regroupement des agences spécialisées dans la promotion de l'importation privée des alcools et des vins), s'est tenu le 5 octobre dernier au restaurant Toqué! C'est d'ailleurs ce même regroupement qui donne rendez-vous aux amateurs et aux professionnels au 4e Salon Des Vins d'Importation Privée, qui aura lieu les 6 et 7 novembre prochain au marché Bonsecours, à Montréal, et le 9 novembre aux Espaces Dalhousie, à Québec. Plus de 500 vins et 180 vignerons et professionnels seront sur place, en toute convivialité, pour préparer la période des Fêtes.


 Passer une commande, c'est simple...

 Qu'on découvre un vin au restaurant, chez des amis, en voyage, sur le site, ou bien, au Salon Des Vins d'Importation Privée de Montréal et de Québec, il suffit :

  1. D'aller sur le site pour y retracer le nom de l'agence, si on ne l'a pas;
  2. De le commander auprès de l'agence en question;
  3. D'aller chercher sa commande dans les 4 à 10 jours suivants dans une des 92 succursales autorisées de la SAQ réparties dans l'ensemble du Québec.



Autrement dit, pour comprendre le succès des importations privées auprès du grand public, il suffit de savoir compter jusqu’à trois.

Source :RASPIPAV                   


Contact :
Micheline Vallée
514 344-9528
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Par : Roger Grégoire

Dans le cadre de la soirée de clôture du Championnat Québecois de Dégustation, Roger Grégoire  a fait un vibrant témoignage à André Caron qui est reproduit ici avec son approbation!

samy andrecaron  

Chers amis,

Permettez-moi de vous parler de notre ami André Caron, qui bientôt, prendra une retraite bien méritée de la SAQ

À l’emploi de la SAQ depuis 78, André a commencé en succursale sur la tablette du bas.  Il a rapidement occupé tous les rayons. 
Aujourd’hui, son implication au sein de la SAQ est totale et dépasse les frontières. 

Voici quelques réalisations d’André:

  • André a  débuté son apprentissage du vin au début des années 80 avec l’unique feu Jules Roiseux.
  • André est un des artisans du succès de la division des Connaisseurs
  • André est un ardent défenseur des produits du terroir québécois
  • André a fait la différence en tant que directeur du développement des clientèles et du terroir à la SAQ.
  • Nous lui devons l’implication de la SAQ auprès des milieux professionnels avec les multiples concours locaux et internationaux. 
  • Soulignons entre-autre sa complicité avec Maitre Ghislain K. Laflamme de Québec.  À eux deux, ils ont couvert le Québec tout entier.
  • Notons la création du championnat québécois de dégustation qui en est à sa 7e année.
  • Il fût nommé premier vignitaire des vins du terroir au domaine de la Rivière Duchêne à l’été 2013.
  • J’inviterais ceux qui le désirent à témoigner à votre tour de certaines actions concrètes qui font d’André un être d’exception. 


Il n’est pas obligatoire d’avoir un bac en géographie pour être attiré par la typicité des vins du monde, les terroirs et l’environnement. 
André lui,  …  il l’a

Il n’est pas obligatoire d’avoir une maitrise en histoire québécoise pour comprendre l’importance des producteurs artisans. 
André lui,  …  il l’a

Il n’est pas obligatoire d’avoir un certificat en marketing pour avoir une meilleure compréhension du marché québécois. 
André lui,  …  il l’a

Je vous ai mentionné tantôt qu’André avait débuté son apprentissage du vin avec Feu  Jules Roiseux.  
L’amour que Jules portait au vin était contagieux. 
Il est clair qu’à son contact André en a été investi.
Jules disait avec sagesse qu’on reconnait un connaisseur de vin par les bouteilles qu’il a ouvert et non au nombre de livres qu’il a ouvert.  André a ajouté à cette marotte la grande variété des pays  et producteurs où il a ouvertes ces bouteilles.

Par-dessus tout, pas besoin de tout ça pour aimer le vin.
André lui,  …  Il aime partager son amour du vin et des producteurs artisans.

Parlons HOCKEY
Au cas où vous ne le sauriez pas, André fait aussi partie de l’équipe de hockey de la SAQ. 

Je ne serais pas surpris André, que ton chandail porte le numéro « VIN ». 
On peut retirer ton chandail et le placer très haut, mais gardes tes patins. 
Le monde du vin québécois aura toujours une place de choix pour un fabricant de jeu comme toi. 

Nous serons, comme tous tes amis collaborateurs,  honorés d’être assis sur le même banc que toi. 

À cet égard nous te nommons capitaine. 

Comme le décrit si bien l’expression.

André, c’est la « simplicité grandiose » du vin.

André nous te levons nos verres et te souhaitons une bonne retraite partielle avec Lucie.

Roger Grégoire


Renée Dassylva : le parcours d'une passionnée

Renée Dassylva, représentante chez Mosaïq, a développé son expertise du marché des vins et spiritueux en œuvrant d'abord comme hôtesse de bar à Chicoutimi, de même qu'en tant que professeur en service de restauration, puis, au sein de la compagnie Seagram.


samy renedassylvaa Renée Dassylva avec son nouveau brandy épicé, le Chemineaud!


Pour Mme Dassylva, l'intérêt du service à la clientèle s'est amorcé en travaillant dans l’ancien Auberge des Gouverneurs et au St-Ex. «Ce milieu a favorisé la rencontre d'un large éventail de connaissances», souligne-t-elle.

Il y a 25 ans, lorsque la compagnie de vins et spiritueux Seagram se cherchait un(e) représentant(e) pour couvrir le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Côte-Nord, Renée a déposé directement sa candidature à Montréal. «Mon audace l'a emporté quand j'ai débarqué dans leurs bureaux», atteste Renée Dassylva.

L'aventure avec Mosaïq a débuté suite à la vente de Seagram. «Avec 30 fournisseurs, ma priorité est la Société d'alcool du Québec (SAQ). Je couvre les bars, le corporatif, les restaurants et hôtels», énumère-t-elle.

Festival des vins
Dès les balbutiements du Festival des vins de Chicoutimi, la passionnée a accepté l'invitation de Carl Huth, le cofondateur. «Je savais que ce serait un succès et que l'évènement allait prendre d'immenses proportions», révèle-t-elle.

«Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est mon port d'attache, mon cœur est ici.» 


D'autre part, cette année, Mosaïq a reçu le coup de cœur de Philipe Lapeyrie pour son Castello d'Albola. Un chianti élégant produit en haute toscane par la famille Zonin.

En raison du marché qui bouge constamment, les compagnies doivent être présentes et capter rapidement les mouvements. Mme Dassylva précise qu’aujourd’hui, la région est train d'accueillir la nouvelle tendance à la mixologie et aux alcools aromatisés.

Pour ce faire, lors de la 8e édition, elle s'est consacrée au lancement du Chemineaud épicé.

En terminant, Mme Dassylva certifie qu'elle conservera toujours le territoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean et qu'elle participera au Festival des vins jusqu'à sa mort. «C'est mon port d'attache, mon cœur est ici.»
Source de cette chronique: Audrey-Rose Gagnon du Courrier de Chicoutimi du 26 juillet 2014


NOTE DE L'ÉDITEUR

La journaliste Audre-Rose Gagnon a du lire dans mes pensées, car j'avais l'intention d'écrire un hommage à Renée Dassylva, qui a régné en Reine durant des années sur le territoire du Saguenay Lac Saint-Jean. Alors que j'étais représentant, j'ai pu souffler un peu, lorsque son entreprise l'avait éloigné de son territoire, en l'envoyant à Québec!!!:):):)

Étant donné que mes intentions étaient d'écrire sur Renée, je laisse cette chronique au complet sur le site.

Grille tarifaire recommandée par l’Association Canadienne des Sommeliers professionnels pour les différents services rendus.

Services

Gestion de cave

Tarifs
50 $ de l’heure ou 10% du budget des achats

Services

Cours (objectif pédagogique)

Tarifs
50 $ de l’heure de cours et de préparation

Services

Conférencier junior *(- 5 ans d'expérience)

Tarifs
150 $ à 300 $ selon la durée de la préparation, de l'événement et du nombre de personnes



Services

Conférencier sénior *(+ 5 ans d'expérience)

Tarifs
300 $ à 2000 $ selon la durée de la préparation, de l'événement et du nombre de personnes

Services

Création de carte (moins de 200 références)

Tarifs
300 $ à 500 $ selon le restaurant. Mise à jour de carte: 25 $ à 50 $ / l'heure selon le restaurant

Services

Création de carte (plus de 200 références)

Tarifs
500 $ à 2000 $ selon le restaurant
Mise à jour de carte: 25 $ à 50 $ par heure selon le restaurant

NB : Toujours prévoir l’ensemble des frais relatifs à l’évènement (documentation, déplacement, achat des vins, etc.).

Source: Sophie Perron de l'ACSP du 29 janvier 2015

Montréal, le 28 septembre 2015 – L’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) annonce la parution du Manuel de sommellerie professionnelle – Pour les apprentis sommeliers et tous les passionnés de vin, écrit par trois de ses professeurs : Pascal Patron, Kathleen McNeil et Jean-Luc Jault.

samy photo lancement manuel sommellerie professionnelle1

De gauche à droite : L’honorable Liza Frulla, directrice générale de l’ITHQ, Pascal Patron, Kathleen McNeil et Jean-Luc Jault, auteurs du manuel.

Comme l’indique le sous-titre du livre, celui-ci vise autant les étudiants en sommellerie de l’institution et d’autres écoles que le grand public.

Cette somme de quelque 750 pages décrit en détail toutes les facettes de l’oenologie d’aujourd’hui, de la viticulture à la gestion et au service du vin, en passant par les accords mets-vins. La plus grande partie de l’ouvrage présente les appellations des pays producteurs, des plus grands aux plus petits, incluant le Canada. D’autres chapitres sont consacrés à l’histoire, au vocabulaire et à la législation du vin ainsi qu’aux autres produits alcooliques et aux eaux embouteillés.

La directrice générale de l’ITHQ, l’honorable Liza Frulla, C.P., a souligné la pertinence de ce Manuel de sommellerie professionnelle : « Aujourd’hui, les futurs sommeliers doivent être bien outillés pour guider des Québécois de plus en plus curieux et exigeants en matière de vin, dans un contexte où l’offre et la demande augmentent sans cesse. D’où l’importance pour tous, étudiants en sommellerie et consommateurs, de disposer d’un manuel complet et à jour. »

La Société des alcools du Québec (SAQ) a contribué à la production du livre par l’entremise de son Fonds SAQ de développement en sommellerie, partenaire de la Fondation de l’ITHQ. De plus, les trois auteurs ont bénéficié des conseils de plusieurs experts oeuvrant en divers domaines liés au vin, comme l’enseignement, la recherche, la restauration ou la commercialisation.

Le Manuel de sommellerie professionnelle – Pour les apprentis sommeliers et tous les passionnés de vin est le cinquième ouvrage publié par le Centre d’expertise et de recherche (CER) de l’ITHQ, qui poursuit ainsi sa mission de rendre accessible au plus grand nombre son expertise et son savoir-faire québécois. Cette nouvelle publication est disponible à la boutique en ligne du CER.

–30 –

Source : Françoise Théberge
Directrice des communications
Tél. : 514 282-5111, poste 4062
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Commentaires des lecteurs