vendredi 27 mai 2022
La réduflation, ou réduction des portions mais pas celle du prix, prend de l’ampleur depuis 18 mois

La réduflation, ou réduction des portions mais pas celle du prix, prend de l’ampleur depuis 18 mois

Le sac de Lay’s au ketchup a rétréci, dernièrement. Si vous ne l’avez pas remarqué, rassurez-vous. Vous êtes loin d’être seul.

On ne s’en rend pas compte, car des experts bien rodés s’en occupent. Prenons un pot de mayonnaise. Il ne changera pas de taille, mais son fond concave va grossir. On va en mettre moins dedans, incognito.

Ça s’appelle la réduflation – réduction du poids et inflation du prix –, un phénomène vieux de 30 ans qui prend de l’ampleur depuis 18 mois.

Les manufacturiers de bouffe vivent une flambée du prix des denrées – blé, maïs, sucre, soya, etc. – et nous refilent la facture.

Ils sont conseillés par des cracks du marketing et de la psychologie.

« Il faut jouer dans la JND – just noticeable difference, différence à peine perceptible », révèle Jordan LeBel, spécialiste de l’Université Concordia en psychologie du consommateur dans le secteur alimentaire.

Réduire de 10 %, c’est trop. Le client va le remarquer. Il ne faut pas réduire de plus de 7-8 %, « car déjà, ça commence à paraître ».

Lire l'article complet: TVA Nouvelles du 31 juillet 2021

Commentaires des lecteurs