samedi 26 mai 2018
Interdiction de transiter sur le mont Royal dès ce printemps

Interdiction de transiter sur le mont Royal dès ce printemps

Il ne sera plus possible de traverser le mont Royal en voiture, la Ville de Montréal s'apprêtant à interdire la circulation de transit dès ce printemps dans le cadre d'un projet-pilote. L'administration Plante envisage également l'implantation d'un autobus autonome pour desservir la montagne. Voici les faits saillants des projets du Service des grands parcs de la Ville de Montréal, présentés mardi.

DÈS CE PRINTEMPS

La mort d'un cycliste sur le chemin Camillien-Houde l'automne dernier avait relancé le débat sur la circulation de plus en plus importante sur la montagne. À l'étude du programme triennal d'immobilisations, mardi, l'élu Luc Ferrandez a ainsi confirmé que la métropole comptait revoir la circulation au sommet du mont Royal « dès ce printemps ». En vertu d'un projet-pilote, les voitures pourront continuer à se rendre au sommet pour s'y garer, mais elles ne pourront plus traverser la montagne. Seuls les autobus de la STM pourraient poursuivre leur chemin. Ainsi, les véhicules arrivant de l'est pourront se garer près de la maison Smith et ceux arrivant de l'ouest, près du lac aux Castors. « Entre les deux, il n'y aura pas de circulation possible. Dans la phase I, toute personne qui veut aller en voiture sur le mont Royal peut y aller, il n'y a pas de contrainte. Par contre, ceux qui veulent transiter ne pourront plus le faire », a expliqué M. Ferrandez.

ACCUEIL AU PIED DE LA MONTAGNE

Les restrictions de circulation au sommet arrivent alors que Montréal travaille à créer un nouvel accueil au pied de la montagne. La métropole souhaite en effet profiter du transfert de l'ancien hôpital Royal Victoria au CUSM pour occuper l'un des bâtiments vacants, puisque l'Université McGill n'aurait pas besoin des trois. Ce projet permettrait de déplacer une partie du problème de circulation au sommet, estime M. Ferrandez. « L'accueil se fait par le haut de la montagne, non le bas, et après, on se surprend qu'il y ait autant de voitures en haut », dit l'élu. Selon lui, une partie des usagers, comme les skieurs de fond et les coureurs, n'ont pas besoin de se rendre au sommet en voiture. « Il ne s'agit pas d'empêcher une famille d'aller faire du toboggan sur le mont Royal ou de la forcer à prendre l'autobus. Il y a un besoin pour les gens d'y aller en voiture, mais est-ce que ça peut être réduit ? »

UN AUTOBUS AUTONOME SUR LE MONT ROYAL ?

Montréal compte suggérer à Québec de tester l'implantation d'un autobus autonome - circulant sans chauffeur - sur le mont Royal. « Le gouvernement du Québec nous a demandé d'étudier un endroit à Montréal où il pourrait y avoir un usage intéressant de véhicules autonomes. Et ça pourrait peut-être être intéressant, une navette sur le chemin Camillien-Houde qui remplacerait le passage des autobus », a exposé Luc Ferrandez. En point de presse, l'élu a rappelé qu'un tramway avait déjà circulé sur le mont Royal et que la Ville pourrait s'en inspirer pour cet autobus autonome. « Si c'est sur un corridor dédié, s'il n'y a pas d'usages multiples, d'intersections ou de traverse, c'est peut-être le meilleur endroit pour faire ce test que Québec nous demande. »

FRILOSITÉ FACE À UN FUNICULAIRE

Luc Ferrandez s'est montré plutôt frileux à l'idée d'aménager un funiculaire pour faciliter l'accès au sommet du mont Royal, à l'instar de celui qui a été service de 1885 à 1918. « C'était intéressant, mais c'était à une époque où l'on considérait que monter le mont Royal était un exploit sportif. Il y avait même un club sportif pour monter en haut. On n'envisageait pas que les gens marchent. Est-ce encore l'esprit du jour ? », se demande l'élu.

MODIFICATIONS AUX RÈGLES D'EXPROPRIATION

Luc Ferrandez réclame des modifications aux règles d'expropriation pour réduire le coût d'achat de terrains destinés à servir d'espaces verts. Depuis des années, Montréal souhaite protéger 10 % de ses milieux naturels, mais la métropole n'a réussi à atteindre qu'un taux de 6,5 %. L'élu montre du doigt le prix élevé des terrains exigé par les propriétaires. « Il faut acheter à des prix astronomiques le moindre terrain. Il faut des outils pour faire de la protection à grande échelle », estime M. Ferrandez. Celui-ci explique que les règles en vigueur au Québec font en sorte que la Ville doit payer pour la valeur marchande d'un terrain même s'il est impossible d'y construire quoi que ce soit. « Dans le reste du Canada, ce n'est pas comme ça. Tu paies un marais le prix d'un terrain non construisible. Ça nous paraît un bon point de départ. »

LES BLOCS DE LA FORMULE E PAS ASSEZ RÉSISTANTS

Seule une cinquantaine des blocs de béton achetés pour la Formule E pourront être réutilisés au circuit Gilles-Villeneuve parce que ceux-ci ne sont pas jugés suffisamment résistants. La Société du parc Jean-Drapeau, qui gère la piste, dit avoir demandé à la Fédération internationale automobile (FIA) si elle pouvait récupérer les blocs. Le directeur de sécurité a toutefois refusé, en expliquant que leur système d'attache n'était pas assez résistant. Une cinquantaine pourront tout de même être installés à des endroits où les risques de sortie de piste sont moins élevés. Par ailleurs, la Société indique que l'ensemble des barrières Tecpro achetées pour la Formule E pourront toutes être utilisées puisqu'elles sont conformes aux normes de la FIA.

PAUSE POUR LE HÉLÈNE-DE-CHAMPLAIN

L'administration Plante a décidé de suspendre les projets de réfection du bâtiment Hélène-de-Champlain, au parc Jean-Drapeau. « On nous demande encore 10 millions pour finir la structure, alors que 26 millions ont déjà été mis », a indiqué Luc Ferrandez. Qualifiant ces coûts d'« énormes, extravagants », il estime que les travaux sont nécessaires, mais peuvent attendre. L'administration a ainsi demandé à la Société du parc Jean-Drapeau de suspendre la réfection le temps de préparer un nouveau plan directeur. M. Ferrandez souhaite notamment qu'on trouve une vocation au bâtiment qui a longtemps servi de restaurant.

Source: La Presse du 6 février 2018

NOTE DE L'ÉDITEUR

Nous connaissons le prétexte des mots "Projets Pilotes", car généralement ces projets deviennent "Projets Permanents", qui est une belle façon de nous faire passer la pilule.