vendredi 24 novembre 2017
Fermes à vendre au Québec

Fermes à vendre au Québec

Un site web panquébécois verra le jour au cours des prochaines semaines afin de favoriser le réseautage entre les agriculteurs de la relève et ceux qui souhaitent vendre leur ferme. Le site de L'Arterre, qui mettra à la disposition des agriculteurs une banque de terres offertes, vise à assurer la relève sur les fermes québécoises et pourrait aussi contribuer à freiner le phénomène de l'accaparement des terres.

Plusieurs MRC du Bas-Saint-Laurent établissent un registre de leurs terres agricoles afin d'adhérer à cette nouvelle plateforme, chapeautée par le Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ).

« On a entrepris la démarche il y a un an et on a déjà trouvé une vingtaine de propriétaires qui sont à la recherche de relève », affirme la conseillère en développement rural à la MRC de Kamouraska, Marijo Couturier-Dubé.

Au Kamouraska, la société Pangea a mis la main sur 600 hectares de terres agricoles au cours des dernières années. Le fait que Pangea, une société agricole qui possède des centaines d'hectares de terres dans plusieurs régions du Québec, lorgne de plus en plus du côté des terres kamouraskoises dérange de nombreux agriculteurs et des maires de la région.

En créant une banque de terres et en tentant de mettre les agriculteurs en communication entre eux, la MRC espère freiner cette tendance.

« Ces inventaires qu'on construit, bien sûr, c'est dans l'optique de garder occupé notre territoire pour des activités agricoles et d'avoir autant que possible des agriculteurs [...] qui vivent dans notre milieu et qui travaillent dans notre milieu. » - Marijo Couturier-Dubé, conseillère en développement rural à la MRC de Kamouraska

Mettre en valeur les terres en friche

En plus de favoriser le transfert de fermes, la plateforme de L'Arterre a aussi pour but de favoriser l'utilisation de terres en friche.

« Des parcelles déjà en friche, on en a inventorié plus de 1100 hectares », explique le conseiller au développement agroalimentaire de la MRC de La Mitis, Jonathan Ferté.

« Pour se donner une idée, ça correspond à un peu moins d'une dizaine de fermes actives [...] et là on ne compte pas toutes les parcelles qui ne sont pas en friche, mais qui pourraient le devenir éventuellement », affirme-t-il.

Ces parcelles, situées en zone agricole, mais qui ne sont pas exploitées, représentent un potentiel intéressant pour la MRC. Le site de L'Arterre pourrait donc permettre aux propriétaires de ces terres de les vendre ou de les louer.

« On s'entend qu'une famille qui s'installe pour devenir agriculteur, [...] c'est une famille de plus dans un village. C'est du dynamisme, des rangs qui sont occupés, alors c'est un bénéfice pour le paysage, pour la communauté. » - Jonathan Ferté, conseiller au développement agroalimentaire de la MRC de La Mitis
Jusqu'à maintenant, environ 80 propriétaires de La Mitis se sont montrés intéressés par le projet.

Le site web de L'Arterre doit être mis en ligne en octobre.

Source: ICI Radio-Canada du 11 septembre 2017