dimanche 19 novembre 2017
Rodrigue Lebel, Inconnu célèbre 2012

Rodrigue Lebel, Inconnu célèbre 2012

Il y a grandi parmi quatre frères et trois sœurs. Il est lui-même le fier père de trois enfants (deux garçons et une fille). Pourquoi je vous parle d’entrée de jeu de sa famille? Parce que c’est un aspect très important de sa vie; quiconque le connaît un tant soit peu, pourra vous le faire remarquer. Cette priorité colore aussi un peu les relations qu’il établit. Il tisse plus qu’un lien avec son entourage et ses clients : il crée un sentiment d’appartenance! Évidemment, il y a des degrés de parenté, comme il y a des familles plus ou moins éloignées, mais personne ne dit que c’est avant tout le représentant  Corby. Il est d’abord Rodrigue Lebel, celui pour qui on a gardé quelques galettes maison sur la côte Nord, ou pour qui on a préparé deux homards qui l’attendent derrière la succursale en Gaspésie. Il sait susciter le plaisir de le voir arriver. 

On se sent rapidement à l’aise avec lui et une sympathie naturelle se développe très tôt. Avec ses yeux clairs et son sourire contagieux, on comprend facilement son adage : «Avant de vendre une marque, je vends du Rodrigue!» Et si on regarde son parcours de pro, il semble y avoir toujours de la demande pour ce cru classique indémodable, inscrit depuis 25 ans dans le portfolio de la maison Corby.

Ce qui ne manque pas de surprendre,  dans ce monde en perpétuelle évolution, c’est le peu de changement sur sa feuille de route. Tout se résume en trois étapes :

  • 1983 : Diplômé en marketing du CEGEP de Rimouski, il entre aux Distilleries Melville grâce à un programme gouvernemental de subventions, aux entreprises, encourageant l’embauche d’un finissant.
  • Deux ans plus tard : il se retrouve aux ventes chez de Kuyper.

En 1987, à 7h30 un lundi matin, alors qu’il se préparait à partir en vacances, le téléphone sonne. Cet appel le lancera sur  la ligne droite de sa carrière chez Corby.

Quels sont les ingrédients essentiels pour une telle longévité? Assis à une table du chaleureux Paris Grill, du boulevard Laurier, qui est évidemment à l’image de sa liste de clients, j’essaie de le cerner au travers du récit de ses anecdotes. La première qualité quand on en est à couvrir un territoire qui s’étend de Victoriaville aux Iles de la Madeleine, en passant par la Gaspésie, et à la région de Québec Nord, est de savoir gérer la priorité de la priorité. Entre les appels du bureau et les attentes des clients,  ça prend une tête froide pour ne pas désespérer qu’il n’y ait que vingt-quatre heures dans une journée. Et comme, il le souligne si bien :

«Il faut savoir travailler : apprendre à prendre le temps de bien faire les choses. L’important c’est d’avancer, mais tout en gardant du gaz pour se rendre à destination!»

Ce qui lui rappelle une autre perle de sagesse : «Si tu veux que quelque chose se fasse, demande à quelqu’un d’occupé!» Ça prend toujours plus de temps à  une personne plus oisive de se mettre en branle, que de faire exécuter une tâche à quelqu’un qui est sur sa lancée.

Afin d’éviter de se brûler, il faut aussi s’assurer de ne pas laisser la technologie envahir sa vie. Il faut établir des barrières et les respecter totalement. Il y a des moments où sa vie personnelle doit être délimitée et vécue à part entière. Pour lui, par exemple, c’était d’arranger son horaire de visites afin de garder certains soirs pour aller reconduire les enfants à leurs activités sportives. C’était important qu’ils sachent que malgré ses fréquentes périodes sur la route, il faisait toujours  partie intégrante de leur développement personnel.

Sur le terrain, les deux choses les plus importantes, selon lui, sont le respect et la communication. A ce sujet, une des choses qu’il semble apprécier particulièrement chez Pernod-Ricard, c’est la disponibilité et l’accessibilité des ambassadeurs de marques. Pouvoir organiser des rencontres humaines entre les clients et ses représentants passionnés des diverses marques proposées assure une valeur ajoutée  aux bouteilles qu’il vend. Cette notion de valeur plus est aussi une qualité essentielle pour le succès à long terme d’une vente. Il a aussi constaté que les clients sont sensibles aux concours et aux présentoirs  spéciaux en succursale.

À ce jouisseur qui connait si bien l’industrie,  je ne peux que lui demander quels produits de son portefolio ont son affection particulière.  Avec de petites étincelles gourmandes au fond des yeux, les mots Scotchs et Champagne sont prononcés! Puis, les vodkas aromatisées d’Absolut sont mentionnées. Il professe d’ailleurs une certaine admiration pour l’étique et l’incroyable efficacité de la gestion de cette marque. Côté vins, son cœur balance surtout entre les Italiens et les Australiens.

En ce qui a trait au volet plus personnel, à part le travail et la famille, je voulais savoir si d’autres domaines lui tenaient à cœur. Il m’a parlé de la Fondation du Centre Pyscho-Pédagogique de Québec. Cet organisme tente d’aider les jeunes ayant des troubles comportementaux graves qui luttent contre le décrochage scolaire.  Il s’est impliqué pour cette cause mais il regrettait de ne pas avoir eu plus de temps pour les soutenir davantage.

Le café servi, je le questionne pour savoir à quoi l’on pense rendu à la «fin août »de sa carrière. Alors que le temps approche de vendanger les efforts et les investissements consacrés à son travail, y a-t-il des projets qu’il espère enfin avoir le temps de réaliser?
Avec un grand sourire, il me parle d’expéditions en bateau sur le fleuve, de plongée avec sa fille, de pêche (activité que toute la famille affectionne particulièrement!) au Club Chasse et Pêche derrière le Mont Ste-Anne, et surtout, maintenant que les enfants sont grands, un vrai voyage romantique en Toscane, avec sa femme Marie, sa muse et son support de tous les instants. Un voyage à deux, juste pour eux.

Mais n’allez surtout pas croire qu’il songe à prendre sa retraite dès demain! Aussi longtemps qu’il aura ce plaisir à rencontrer tout son beau monde, vous le verrez sillonnant la 20 ou la 132, ou encore attablé dans les beaux endroits de la Capitale.

D’ailleurs,  quand votre patron vous rend un témoignage comme celui qui suit, il me semble que ça donne encore envie de se lever le matin pour aller travailler, non?

«Rodrigue est une personne en qui la compagnie Corby a su investir au fil du temps. Il est une personne facile d’approche qui a toujours su s’entendre avec ceux qu’il côtoie, mais aussi quelqu’un en qui les jeunes de notre équipe ont su demander conseil afin de parfaire leurs connaissances et leurs habilités.  Il a le don de garder les choses simples et arrive toujours à trouver une solution aux embûches auxquelles il fait face.  Au fil du temps, malgré les nombreux changements, Rodrigue a toujours su garder son statut d’indispensable et ainsi obtenir tout le respect de ses pairs. Sa capacité d’adaptation lui aura permis de connaître une carrière de plus de 25 ans au sein de la même entreprise.  Sa sagesse et son expérience sont  une inspiration pour le reste de l’équipe des ventes.
Félicitations à Rodrigue!!!»


Philippe Gougeon
Directeur ventes Quebec
Les Distillerie Corby

J’espère que vous vous joindrez à moi pour lever votre verre en hommage à ce jovial jubilaire d’argent : A ta santé, Rodrigue!

En terminant, je m’en voudrais de passer sous silence le côté espiègle de Rodrigue, car cet élément important est sûrement la clée du secret de sa longévité… Mais je laisse plutôt  la parole à un de ses amis,  qui saura encore  mieux vous le dépeindre, via ce savoureux témoignage:

«Rodrigue Lebel-  C’est un gars qui aime le monde donc très sociable.  Une de ses forces est  qu’à la fermeture des bars (travail oblige), il a toujours une bonne bouteille soit de vin, liqueur fine ou spiritueux,  à vous faire déguster.  Et là je ne vous dis pas à quelle heure (par ce que sociable comme il est, quand le bar se vide , peu importe le nombre, l’invitation est pour tout ce beau monde-là)on  peut se coucher!…..pis là le jour se lève pis tu as ta journée à faire et tu vois arriver Rodrigue, frais comme une rose , le sourire aux lèvres qui dit :    ‘’Ce soir je vais avoir une maudite bonne bouteille à te faire connaître, tu vas voir, tu vas m’en redonner des nouvelles…..’’  Une chance que nos meetings dans ce temps-là, ne duraient que 2 jours……  Sacré Rodrigue…….salut mon toé!  Ton vieux chum.»

François Lachapelle  xx
 
François Lachapelle
Directeur de la restauration
Hotel Forestel
Val-d'Or (Québec)

Pour rejoindre Rodrigue Lebel:
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Cel : 418-569-5677

Olivier de Maisonneuve
Sommelier-conseil
Animation de dégustation de vins
à votre domicile ou en entreprise
cell.: (438) 881-7276

NOTE DE L'ÉDITEUROlivier de Maisonneuve signe cette chronique des Inconnus Célèbres que l'on retrouve également sur le site de La Metropole.com

À propos de l' auteur

Diplômé sommelier-conseil de l’Université du vin de Suze-La Rousse, en France, j’ai commencé mon apprentissage du monde vinicole en suivant les cours Les Connaisseurs de la SAQ. Aujourd’hui, j’en suis devenu un animateur! Chroniqueur vins et alcools dans diverses publications, dont le magazine Fugues, je parcoure la planète pour mettre images et visages sur ces produits qui me font vivre tant d’émotions.