mardi 21 novembre 2017
Entrevue avec Guénaël Revel

Entrevue avec Guénaël Revel

RH – Guénaël Revel, vous êtes polyvalent: diplômé de l’École du Louvre, une maîtrise en histoire, sommelier, professeur, conférencier, animateur de radio et auteur très apprécié de guides du vin. Vous êtes un des meilleurs spécialistes sur les champagnes et mousseux à travers le monde, au point qu’on vous surnomme Monsieur Bulles. Comment a commencé votre intérêt pour les vins pétillants?

roger revel

GUÉNAËL REVEL – J’ai toujours apprécié les vins à travers l’histoire de l’homme. Les vins qui demandent des étapes plus complexes dans leur élaboration que le vin traditionnel m’ont toujours fasciné, car ils ont tous apporté quelque chose de plus dans l’évolution d’une société. Le Champagne, les vins effervescents et les vins mutés, comme le Porto, en sont de bons exemples. Voilà pourquoi ces deux vins sont devenus mes marottes. Je les ai découverts à travers l’histoire qu’ils ont bousculée.

RH – Votre dernier guide s’appelle: Champagnes, et en sous-titre: Guide et révélations, et des révélations vous en faites depuis le premier chapitre où vous racontez qu’à l’origine, le champagne, c’étaient des vins tranquilles qui ne portent pas le nom générique de champagne, mais celui de leurs villages.

GUÉNAËL REVEL – En effet, toutefois, ce n’est pas vraiment à ce chapitre que je révèle quoi que ce soit. La mention des noms de villages ou de la position géographique est bien archivée et reconnue lorsque la champagne n'élaborait que du vin tranquille. Les révélations sont davantage sur l’origine du champagne effervescent. Pourquoi le champagne effervescent devient le champagne? Le livre présente une succession de raisons qui jusqu’à aujourd’hui, n’ont pas été présentées dans un livre grand public.

RH – Vous révélez aussi que les vins bouillonnants étaient déjà connus dans l’antiquité et que c’est Limoux qui, le premier, revendique la paternité de l’effervescence, tout au moins en France.

GUÉNAËL REVEL – Absolument. Là aussi, il y a une raison pour que Limoux se soit accaparé la paternité de l’effervescence en bouteille. Elle est légitime. Mais je peux aussi vous faire une réponse d’historien et vous répondre que la légitimité existe jusqu’à la découverte de preuves tangibles d’une autre origine.

RH – Quel rôle a joué l’Angleterre dans la mise au point de la méthode classique?

GUÉNAËL REVEL – Elle a été l’étincelle. C’est l’Angleterre qui allume la mèche de l’avènement du vin pétillant. C’est parce que les Anglais désirent des vins effervescents que la Champagne se transforme.

RH – La paternité de la méthode champenoise attribuée à Dom Pérignon est mise en doute dans votre guide.

GUÉNAËL REVEL – Je ne la mets pas en doute. Je la conteste, tout simplement. Et je ne suis pas le premier. J’apporte clairement des preuves, sans retirer pour autant de crédit à ce moine qui a été l’initiateur de ce que va devenir la Champagne viticole. Dom Pérignon a été un modèle de régisseur de domaines viticoles pour ses contemporains. Ces derniers nous rapportent son professionnalisme et son talent pour faire du vin tranquille gris, c’est-à-dire blanc. Dom Pérignon a été la première référence œnologique, car il a su faire du vin blanc avec des raisins noirs. Tout cela est bien archivé. Il a été en quelque sorte l’Émile Peynaud du XVIIe siècle. Mais, il n’a jamais fait de bulles! Sinon, comment expliquez-vous que jamais on ne rapporte qu’il en a fait? Si vraiment il avait élaboré du champagne qui pétille, ses contemporains qui mentionnent ses travaux en auraient assurément parlé. Or, ils n’en parlent jamais. On a fait de Dom Pérignon une légende pour mieux construire le champagne et sa magie des bulles.

RH – Un de vos sous-titres présente le Porto et le Champagne comme des frères séparés à la naissance.

GUÉNAËL REVEL – Absolument, et c’est là que l’histoire des hommes rejoint l’histoire du vin. Sans les mouvements politiques de l’époque, les vins européens n’auraient pas évolué de la sorte. Tous les vins où l’homme doit intervenir davantage comme le Porto, le Xérès, le Malaga, le Champagne et d’autres, naissent à la même période. Certaines dates coïncident, certains faits s’entrecroisent, je les présente dans le livre. Les étapes évolutives de la construction du porto moderne et du champagne moderne sont fascinantes, parce que ce sont exactement les mêmes. Et que là encore, c’est l’histoire de la société qui les explique.

RH – Le champagne, qui était d’abord un vin doux, devient, grâce aux Anglais, un vin moins dosé.

GUÉNAËL REVEL – Oui, parce que les Anglais vont désirer consommer du champagne pétillant à table.

roger Champagnes

RH – Votre guide est rempli de faits, de chiffres et de données intéressantes. Elles sont aussi variées que les formats de bouteilles champenoises, les chiffres du champagne et les principaux marchés hors de France.

GUÉNAËL REVEL – En effet, les matheux du vin seront heureux…

RH – Une fois que vous avez soulevé la marmite, il y a tellement de questions, que vous y consacrez un deuxième chapitre, avec des choses aussi passionnantes que la teneur en sucre des différents champagnes, sabrer ou sabler le champagne, sa conservation, et tellement d’autres choses.

GUÉNAËL REVEL – Là, ce sont des lignes plus anecdotiques. Je réponds aux questions qui sont souvent les plus posées par le consommateur.

RH – La partie générale couvre un tiers de votre guide. La partie descriptive va aborder 150 marques et 350 cuvées de Champagnes Bruts sans année, exclusivement. Comment vous prenez vous pour la description de chaque produit?

GUÉNAËL REVEL – En les goûtant (aha aha)… Plus sérieusement, j’ai essayé d’être direct dans mes descriptions de cuvées, de rendre accessible le commentaire sans utiliser des termes pompeux qu’on entend parfois dans le vocabulaire de sommellerie. J’aime aussi orienter le lecteur vers une harmonie culinaire. Par ailleurs, j’explique aussi pourquoi je ne commente pas l’aspect visuel du champagne dans un verre, la mousse, le mouvement de l’effervescence. La raison est scientifique. Et comme le livre est distribué dans la francophonie, l’indication tarifaire est indiquée par fourchette en euro et en dollars canadien. Quant à la note sur vingt, elle est évidemment subjective, appliquée selon un barème que je présente au début du chapitre.

RH – Votre livre se termine par la liste de votre top 30 Bruts sans année.

GUÉNAËL REVEL – Oui, c’est une idée qu’on a eu avec mon éditeur, parce qu’on me demande toujours quel est mon champagne préféré. Je n’en ai aucun. J’aime un champagne ou un autre selon le moment, l’endroit et les personnes avec qui je le partage. Il était donc plus facile de donner, en gros, 10% de mes préférences dans ce guide, plutôt que d’en donner une seule.

RH – Merci de m’avoir accordé cette entrevue, Guénaël Revel. Votre guide va ravir les lecteurs.

CHAMPAGNES de Guénaël Revel est édité par Isabelle Quentin, Maître Éditeur, et se trouve maintenant en vente dans toutes les librairies du Québec. ISBN 978-2-924200-27-8. Prix 24,95$.

Liens:

Monsieur Bulles

Isabelle Quentin, Maître éditeur
514 285-8518
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Roger Huet
Chroniqueur vins et spiritueux
Président du Club des Joyeux
SamyRabbat.com 
LaMetropole.com

À propos de l' auteur

Roger Huet - Chroniqueur vins et Président du Club des Joyeux
Québécois d’origine sud-américaine, Roger Huet apporte au monde du vin sa grande curiosité et son esprit de fête. Ancien avocat, diplômé en sciences politiques et en sociologie, amoureux d’histoire, auteur de nombreux ouvrages, diplomate, éditeur. Il considère la vie comme un voyage, de la naissance à la mort. Un voyage où chaque jour heureux est un gain, chaque jour malheureux un gâchis. Lire la suite...