mercredi 22 novembre 2017
Apport des communautés religieuses – volet 1

Apport des communautés religieuses – volet 1

Les communautés qui offrent ce type d’enseignement ménager et qui suivent les traces des pionnières sont : Ies Soeurs de Notre-Dame du Perpétuel Secours, les Soeurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, les Sœurs de la Providence, les Sœurs de la Charité (Sœurs Grises) de l’Hôpital général de Montréal, les Servantes du Cœur Immaculé de Marie dites Sœurs du Bon-Pasteur de Québec, les Sœurs de la Charité de Saint-Louis, les Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire, les sœurs de l'Assomption de la Sainte-Vierge, les Soeurs de Sainte-Croix, les Filles de Jésus et les Sœurs de l’Institut Notre-Dame du Bon-Conseil de Montréal.

Au cours des années suivantes le nombre d’écoles s'est accru, passant de seize à quarante-trois.

En quelques années à peine, l’Abbé Tessier a complètement transformé les programmes de formation. Parmi les innovations les plus audacieuses, il y a eu les stages. L’un de puériculture et l’autre en tant que maîtresse de maison au «Petit foyer» (emplacement situé à l’intérieur de l’Institut familial, il comportait les pièces d’une vraie maison, cuisine, salle à manger, salon). La religieuse responsable de «Petit foyer» laissait la responsabilité de toutes décisions à l’étudiante et n’intervenait que pour prévenir de graves erreurs.

En 1941, le Comité catholique accordait aux Instituts familiaux le privilège d’un diplôme supérieur donnant le droit d’enseigner les arts ménagers dans les écoles publiques du Québec. Les années 1950 ont constitué l'âge d’or de ces Instituts.

Jusqu’en 1960, on compte cinquante-huit écoles. Les religieuses collaboraient avec entrain et confiance, elles enseignaient autant les matières académiques que les notions de base de gestion, de pédagogie familiale offertes par les Instituts familiaux plus importantes que des techniques de cuisine, de couture, de décoration intérieure et de puériculture. Les religieuses des Instituts familiaux se perfectionnaient dans des écoles spécialisées, telles l'École supérieure des arts et métiers, l'Institut pédagogique des Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame à Westmount et l’École supérieure de Pédagogie familiale des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie à Outremont.

Au départ, les premiers professeurs de cet Institut, fondé par l’abbé Albert Tessier à l’automne 1942, ont été des religieuses de la Congrégation de Notre-Dame, des Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, plusieurs religieux dont le père Alcantara et l’abbé Lussier et quelques autres professeures universitaires laïques.

En 1947, l’Université de Montréal accordait la catégorie d’École affiliée à l’École supérieure de Pédagogie familiale avec privilège de décerner un Baccalauréat en Pédagogie familiale.

Parmi toutes les diplômées de l'Institut, 115 religieuses ont obtenu leur baccalauréat alors que 112 ont obtenu un diplôme supérieur de pédagogie familiale. De plus, 129 laïques étaient bachelières et 194 ont obtenu leur diplôme supérieur. Ce type de formation suscitait de l’admiration devant l’étonnante fusion de pensée dont témoignait le comportement des religieuses de trente ou quarante communautés du Québec.

L’adoption du projet de Loi 60 marque la fin des Instituts familiaux. Vers 1965, tout le Québec a assisté à un très grand bouleversement du système scolaire qui a marqué la création du ministère de l'Éducation. Les Instituts familiaux ont donc été évalués, les résultats ont montré qu'ils ne pouvaient pas se donner les structures nouvelles et nécessaires pour former les étudiantes et les préparer plus adéquatement à accéder au système universitaire. Cette étape marquait la fin d'une époque charnière de notre histoire et de la transmission du savoir mis en lumière par le travail acharné et les réalisations exceptionnelles de ces pionnières de I’enseignement au féminin.

Aujourd’hui, on dit qu’on innove en éducation, en expérimentant des formations, de niveau secondaire, où les élèves se retrouvent dans des locaux reconstituant un lieu de vie où ils apprennent les principes de l’art ménager et culinaire afin de devenir autonome et améliorer leur santé.

(Collaboration spéciale, certaines informations sont extraites du texte : Cornellier, Jeannine, «Du coton à la soie, enseignez-moi ma soeur…», magazine Histoire Québec, volume 13, numéro 2, 2007, pages 39–43.)

* Légende de la photo principale: Trois étudiantes en cours de cuisine, date inconnue (Collection Sœurs du Bon-Pasteur de Québec)

NOTES

Les chroniques sont tirées de notre trilogie «Culture & Patrimoine»

Dans nos écrits, nous choisissons la nomenclature des régions touristiques pour l’identification des régions car c’est la plus usuelle pour le public en général.
Trilogie de la Collection «Culture & Patrimoine» aux Éditions GID
«Femmes engagées à nourrir le Québec», 2012
«Histoires de gourmands / Culture culinaire. 2014
«Histoires de gourmands / Des produits et des hommes» (Titre provisoire) parution printemps 2017

Nous sommes fiers de contribuer à préserver et à faire rayonner

notre patrimoine agricole, alimentaire et culinaire et ses artisans!

Rose-Hélène Coulombe
Experte-conseil en agroalimentaire et en tourisme gourmand et co-auteure de la trilogie

Michel Jutras
Expert-conseil en gestion culturelle et touristique et co-auteur de la trilogie

À propos de l' auteur

Nous sommes deux experts contribuant à l’essor et au rayonnement des industries agricole, alimentaire, culturelle et touristique. Une approche d’accompagnement basée sur le jumelage d’expertises. Rose-Hélène Coulombe et Michel Jutras signent des chroniques dans les médias écrits. Ils partagent leurs savoirs et de leurs contacts auprès de jeunes professionnels qui bâtissent leurs carrières. Membres de jurys pour divers concours.Lire la suite...