mardi 21 novembre 2017
La fête des vendanges de Magog Orford vécue par un ex-restaurateur

La fête des vendanges de Magog Orford vécue par un ex-restaurateur

En tant qu’ex restaurateur et amateur de bons vins, quelle belle et agréable surprise ce fut pour moi de découvrir cette Fête des Vendanges pour la première fois le week-end dernier.

Il est vrai qu’il y a un peu moins d’un an que je suis installé à Magog et je passe mon premier été complet dans cette très belle petite ville balnéaire, au bord de ce magnifique lac entouré d’une nature qui l’est tout autant.

Samedi dernier, le 30 août, ma première visite du "Pavillon des Dégustations" a été pour moi un véritable enchantement. Découvrir tous ces merveilleux produits du terroir Québécois réunis au même endroit n’est pas chose commune.

Il est évident, par rapport à mon parcourt professionnel, que ce sont les vins qui avaient le plus de chance de retenir mon attention mais, je dois avouer que la diversité dans les cidres m’a aussi beaucoup impressionné.

J’ai beaucoup voyagé durant ma vie et pratiqué mon ex métier de restaurateur dans plusieurs pays mais je n’avais encore jamais vu un rassemblement d’artisans producteurs aussi passionnés par leur métier qu’ici à Magog. Ce n’est par le nombre qui m’a surpris, c’est leur imagination débordante de créativité qui est rare… C’est un dynamisme qui n’existe plus dans les vieux pays outre atlantique même si la plupart de ces traditions y sont nées.

Samedi, durant ma première visite et mes dégustations successives de plus en plus passionnées (pas de soucis, j’habite à 5 mn à pied), un vieux souvenir datant d’une trentaine d’année et concernant le vin, a refait surface…

En 1985 j’ai ouvert un restaurant à Sosua en République Dominicaine. Le Rêve !!... Cocotier, plage et soleil à profusion toute l’année… Ça c’était le bon coté des choses mais professionnellement, c’était tout autre chose.

Nous étions au tout début du développement touristique de ce pays et pour un restaurateur occidental, c’était un peu l’enfer. On ne trouvait presque aucun des produits dont nous avions besoin pour exercer notre métier correctement. Et, le pire dans tout ça, c’est qu’il n’y avait PAS DE VIN sur le marché !!! Une vraie catastrophe mais heureusement, tout fini par s’arranger…

Quelques jours après avoir ouvert, un client Québécois qui s’installait à Sosua et dont je ne me souviens plus le nom après ces 30 années, me fait une proposition miraculeuse. Il allait importer du vin du Québec ici en République Dominicaine et m’offrait de devenir son client.

Du VIN du QUÉBEC !!... Ça existe ? Lui ai-je demandé.

Et oui, dans ces années là, les premières initiatives de production venaient de démarrer au Québec et j’en entendais parler pour la première fois à quelques milliers de km de distance.

Je n’ai qu’un vague souvenir des appellations des vins blanc et rouge qu’il me fournissait, mais ce dont je me souviens c’est qu’ils étaient livrés dans des gallons en verre très lourds et encombrants. Quand à la qualité du vin… Plus rien à voir avec les petits trésors qui sont produits aujourd’hui au Québec.

Ces vins se vendaient et se buvaient parce qu’il n’y avait rien d’autre, mais ils m’ont rendu un fier service à l’époque et surtout ils étaient les précurseurs d’une production vinicole québécoise qui n’a, de nos jours, pratiquement plus rien à envier à ce qui se fait ailleurs depuis des siècles…

C’est la dernière fin de semaine de "La Fêtes des Vendanges" 2014 de Magog-Orford. Ne la ratez pas si vous êtes amateur de bons vins. Vous y découvrirez les trésors de notre terroir, tous plus surprenants les uns que les autres… Et j’en suis convaincu, on n’a encore rien vu, l’avenir de nos vins s’annonce très prometteur…

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

À propos de l' auteur