samedi 18 novembre 2017
Chroniques d'Olivier de Maisonneuve
Olivier de Maisonneuve

Olivier de Maisonneuve

Diplômé sommelier-conseil de l’Université du vin de Suze-La Rousse, en France, j’ai commencé mon apprentissage du monde vinicole en suivant les cours Les Connaisseurs de la SAQ. Aujourd’hui, j’en suis devenu un animateur! Chroniqueur vins et alcools dans diverses publications, dont le magazine Fugues, je parcoure la planète pour mettre images et visages sur ces produits qui me font vivre tant d’émotions.

lundi, 23 mars 2015 22:24

Chapeau, Québec!

Je tiens à remercier Vincent Lafortune pour l’invitation au Salon International des Vins et Spiritueux de Québec. Une très belle édition 2015. L’offre d’une navette pour les gens de l’industrie venant de Montréal et de Trois-Rivières a été une fameuse initiative,très appréciée.

Evidemment, le temps passant toujours trop vite,j’aurais volontiers profité d’une ou deux heures de plus,mais vraiment, je suis bien content d’avoir pu participé à ce salon. Je n’ai pas vu ce qui en était lors des grands achalandages,mais pour la journée des professionnels, je me dois de souligner à quel point la disposition des kiosques et l’espace public favorisaient une circulation fluide,et une prise de contact aisée avec les agents et les vignerons présents.Il y avait une bonne variété de produits, et les différentes régions productrices mises en vedette étaient intéressantes.

Coup de coeur particulier pour l’Autriche.
Ce n’était peut-être pas le plus gros échantillonnage,mais c’était super bien présenté et très convivial avec les explications de Kler-Yann Bouteiller.

Difficile de faire un choix,mais si je me faisais tordre très fort le bras, je pourrais nommer quelques produits qui m’ont particulièrement séduit:

  • Les vins en biodynamie de Friedrich Schatz, de Ronda (Malaga) en Espagne,
  • Les surprenants Macon, d’Emmanuel Guillot-Broux,
  • Un petit blanc sympa et pas cher qui s’en vient en avril:le Vive la Vie,de J.P Chenet
  • Le St-Pépin,du domaine Côteau Rougemont,
  • Le Conte des Garrigues,du domaine La Prade Mari, un Minervois qui arrive aussi en avril sur
  • les tablettes.
  • D’Afrique du Sud,j’ai redécouvert le domaine de Trafford,et surtout la gamme Sijnn,avec un
  • touriga nacional!
  • Le délicieux riesling de Kamptal,du Domaene Gobelsburg (Autriche)
  • Le champagne Bollinger rosé
  • et l’amusant apéro de la maison Campari, à base de gentiane:l’Aperol.


Bref, ce fut une étourdissante valse de rencontres et de plaisirs liquides qui donne déja hâte à l’édition 2017.

Beau travail!

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

Il y a des moments parfois,dans la vie, où les astres s'enlignent et vous offrent un camaïeu de plaisirs. Ce fut le cas mardi, lorsque l'agence Elixirs nous convia à rencontrer Armin Grassa, à l'Europea, afin de déguster certains de ses produits, reflets des terroirs de la Gascogne.

olivier detariquet


Le tout commença à la bonne franquette,en faisant connaissance,avec à la main, un verre de Floc de Gascogne,servi très frais mais sans glaçon. C'est un délicieux apéro,aromatique au nez mais plutôt aérien en bouche. J'aime bien son mélange de notes de pêche et d'acacia. C'était parfait pour apprendre la surprenante et colorée histoire de la famille Grassa.

Nous avons pris place à table, où nous avons pu apprécier un ballet de saveurs et de textures qui m'a fait penser à Casse-Noisettes, avec ses tableaux de danses du monde. Tout d'abord le Classic 2014, un vin pour se faire plaisir en toute simplicité. Que ce soit en lisant son roman dans le jardin, pour un 5@7 entre amis, pour accompagner des huîtres fraîches ou des sushis, il offre un délicieux assemblages de quatre cépages qui ne vous ruinera pas. Offert à 12.95

Un autre plaisir bien dosé vous attend dans un verre de sauvignon blanc 2014. Il offre des notes franches mais pas entêtantes de fruits du verger et de fines notes florales. Sa bouche d'agrumes surprend avec un certain gras.Frais mais pas vif, le vin a un bel équilibre. Sa légère note de sel de céleri  en finale, le rend savoureux et facile à marier. Un bon prix, à 14.95

Petit saut dans l'exotisme avec Dernières Grives 2012, un vin à base de petit manseng,dans la lignée des vendanges tardives, offrant rondeur et fraîcheur, avec de délicieuses notes de coing et de fumée légère. Une belle bouche fruitée et persistante vient nous ravir. Offert en IP à 34.50

Puis,redécouverte d'un vin qui me plait beaucoup : le Côté , offert dans le millésime 2013. Issu d'une bévue lors d'une récolte hâtive, il a donné un assemblage savoureux et original de sauvignon blanc et de chardonnay. Le nez est fort charmeur d'abord de sauvignon blanc,puis il révèle des notes de pêches fraîches. La bouche est souple et croquante à la fois. Un super accord vous attend avec des coquilles St-Jacques, ou une salade de gésiers. On a pas mal de plaisir pour 18.95

On se resucre le bec cette fois avec Les Premières Grives 2014, un vin moelleux à base de gros manseng. Exotique et gourmand sont deux qualificatifs bien choisis pour le décrire. Le nez de pelure de pomme et de petites fleurs est charmeur.La bouche est assez grasse, avec une jolie amertume en rétro, puis on se retrouve avec une appétissante finale sur les pommes. Belle découverte à 19.95

Pour revenir sur terre, mais en gardant les yeux pétillants, un verre de Bas-Armagnac VSOP nous est proposé. Le nez d'orange sanguine, de raisin de Corinthe et de fleurs, m'a fait sourire. La bouche sur la fraîcheur et avec des notes fruitées assez intenses m'a bien plu. Attention, c'est quand même assez fort en alcool,et ca ne se cale vraiment pas. Ca teintera joliment vos joues de rose et vous rendra irrésistible en fin de soirée. Pas mal pour 51.50,non?

Pour résumer cette soirée festive, un des convives mentionna avec justesse, que malgré des prix modérés, ces vins s'harmonisaient fort bien avec le raffinement des plats réalisés dans la prestigieuse cuisine de l'Européa. Ils ne faisaient vraiment pas figure de parents pauvres. Bravo,et chapeau pour le savoir-faire de l'équipe du Château du Tariquet. Allez les visiter au www.tariquet.com.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

vendredi, 01 mai 2015 08:57

Vitrine sur Concha y Toro

Merci à la nouvelle agence Escalade, et à l'ambassadeur de la Maison Concha y Toro, le sommelier Martin Duran,  de m'avoir rafraîchi la mémoire sur les différentes gammes de vins conçus pour une grande variété d'amateurs.

Cette maison fondée en 1883 sait encore se renouveler et sait comment positionner le Chili sur l'échiquier mondial, grâce à une abondance de climats et de terroirs.

Issu de vignobles dans trois vallées (Casablanca,Rapel et San Antonio), le sauvignon blanc Trio Reserva 2014 propose un nez typé mais pas exagéré d'asperge, de lierre et de laurier. Très fruité en bouche, il  possède une acidité franche et bien intégrée. J'ai bien aimé sa texture et sa légère amertume finale. Joli vin pour 14.95

Marques de Casa Concha est une gamme de vin qui se veut un hommage aux vins espagnols, avec leur richesse et leur fruité. Le chardonnay 2013 est pourtant bien chilien et révèle particulièrement son terroir de la vallée de Limari, caressée chaque matin par le camanchaca, un brouillard rafraîchissant qui se dissipe tranquillement avant de faire place à un soleil éclatant. On a ici un vin au fort joli nez de romarin et de camomille, puis de pêche et de fruits tropicaux. Malgré qu'il soit élevé 11 mois en barrique neuve, le bois ne vient jamais prendre le dessus sur le fruit. Il offre une fine fraîcheur en finale, une pointe de minéralité (expression d'un sol riche en minéraux) et une très douce note de caramel blond. Pas de caricature Nouveau Monde ici, du beau jus pour 20.25$

On nous a ensuite proposé en primeur, une expérience d'assemblage de pais et de cinsault! Appelé aussi mission, le pais est un cépage qui était utilisé tant pour le vin de messe que pour les citoyens moins fortunés. Mais avec certaines très vieilles vignes, on s'est aperçu que les résultats pouvaient être surprenants. Avec sa robe claire et son nez de fruits rouges croquants, il ressemble à un beaujolais nouveau, ou à un poulsard du Jura! En bouche, il surprend par sa vivacité et son côté un brin rustique. Assez court et un peu astringent, il vaut mieux lui laisser une petite demi-heure d'aération et tout à coup il s'épanouit. Va à merveille avec terrines et pâtés de gibier. Non disponible au Canada.

Pour faire changement des apothic red de ce monde, la gamme Casillero del Diablo propose le Devil's Collection red 2013, un assemblage bien aromatique de syrah, de carmenère (assez marqué) et d'une touche de cabernet sauvignon, élevé en barrique de chêne français et américain. Ca lui donne une texture soyeuse et une bonne structure. Plutôt confiture de fruits, pas super complexe mais aux saveurs franches et doté d'une certaine longueur, c’est un vin boisé mais facile et plaisant à boire. Bon prix à 15.95$

olivier donmelchor

Le clou de notre rencontre au restaurant La Chronique,a été le superbe accord entre de petits médaillons de bœuf Angus avec leur jus de viande à l'huile d'olive, servis bleus, accompagnés de mini croquettes d'aubergine croustillantes, et un verre de Don Melchor 2010, un millésime superbe malgré le terrible tremblement de terre. Issu de vignes aux portes de Santiago, (que j'espère avoir le plaisir de visiter un beau jour) et voisines du vignoble des Chadwick, le Don Melchor est considéré comme un exemple de ce qui se fait de mieux parmi les cabernets sauvignons du Nouveau Monde. Bien jeune encore, il se boit déjà avec plaisir mais il convient de l'attendre une dizaine d'années. Il peut facilement se garder 30 ans. Structuré et charnu, fruité (figues) et complémenté de notes de terreau,  c'est vraiment un grand vin délicieux. Il devrait arriver sur nos tablettes en juillet. A 80.25, c'est assurément pour célébrer de grandes occasions, ou pour la fine gastronomie.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

Version 1.5.26Samy Rabbat No Translation Prévisualiser01Déconnexion Site Menus Contenu Composants Extensions Outils Aide Prévisualiser Sauver Appliquer Annuler Aide Article: [ Éditer ] Titre DOSSIER - Pour boire du rhum, pour boire du rhum, je n’en ai pas encore bu! (chanson du Père Gédéon) Publié Non Oui Alias dossier-pour-boire-du-rhum-pour-boire-du-rhum-je-nen-ai-pas-encore-bu-chanson-du-pere-gedeon Page d'accueil Non Oui Section Catégorie [Toggle Editor]

Derrière cette boisson au nom évocateur de voyages dans les Iles, de fêtes arrosées et de drague coquine, se cache un univers socio-économique fort peu connu de ses nombreux amateurs, mais très intéressant.

 

olivier carte des membres wirspa
La carte des membres de WIRSPA

 

olivier dr frank warddirecteur wirspa
Dr.Frank Ward, Directeur WIRSPA


Chacun de ses 15 pays membres vous propose une version authentique d’un produit qui, en parallèle de son offre touristique, vous fera découvrir une partie de son patrimoine et de sa culture.

Si l’élaboration du rhum est relativement nouvelle (17e siècle à la Barbade), l’arrivée de sa matière première dans les Caraïbes remonte au 15e siècle. Lors de son second voyage, ce serait suite aux conseils de sa belle-mère, que Christophe Colomb aurait apporté d’Espagne, la canne à sucre. Elle y trouva une généreuse terre d’adoption. Elle met de 10 à 16 mois pour être prête à être récoltée, et comme le climat est plutôt semblable à l’année, on peut s’assurer d’avoir un approvisionnement quasi continu.

olivier voyage de cannes
Voyage de cannes à sucre

 

olivier extraction jus
Extraction du jus de canne à sucre


Pour élaborer un rhum, il vous faut d’abord soit du jus de canne à sucre, (comme pour le rhum Barcelo, de République Dominicaine) ce qui donne le rhum agricole, ou une mélasse pour élaborer le rhum dit traditionnel ou industriel, que vous faites fermenter de 18 à 42 heures, selon une recette propre au producteur.Ca vous donnera un liquide avec 7-8 degrés d’alcool.

Puis on le distille jusqu’à obtenir 90 degrés. On a un alcool blanc très pur, qu’on va diluer avec une eau déminéralisé ou une eau de source, si le domaine a accès à une telle source, pour avoir environ 60-65 degrés. C’est ce produit qu’on va envoyer dans des fûts, des barriques ou des foudres de bois, au minimum un an. C’est après ce délai qu’il aura le droit de s’appeler rhum. Si la grande majorité de ces barriques viennent des producteurs de bourbon du Kentucky, on retrouve aussi des contenants ayant servi à l’élevage de Jerez, de type PX ou oloroso (chez Brugal),  du vin de Bordeaux, et parfois même des barriques neuves françaises (Séguin-Moreau), comme par exemple chez Barbencourt, à Haïti. Ensuite, on laisse vieillir selon le type de rhum qu’on veut élaborer. Puis on procède aux assemblages.

olivier ligne de remplissage Lignes d'embouteillage

 

olivier emballage brugal
Ligne d'emballage

 

olivier tout voyage de presse  doit avoir des tonneaux
Tout voyage de presse doit avoir des tonneaux


Ce qui est fascinant, c’est qu’il fait si chaud dans les entrepôts, qu’une grande part des anges disparaît chaque année, et que le processus de vieillissement est accéléré. En comparant avec un producteur Ecossais (Macallan, jouissant d’un climat continental), un an dans les Caraïbes équivaut à un vieillissement de 4 à 6 ans en Ecosse. Au bout de 8 ans, on aura perdu de 70-100% du liquide dans le contenant.

Une des choses qui m’a le plus frappé pendant ce voyage d’apprentissage, c’est la conscience environnementale dont font preuve les producteurs rencontrés. Comme dans le domaine viticole, on se retrouve avec beaucoup de déchets végétaux solides, et d’eau usée qui pourraient facilement se retrouver non traités dans la nature. Nous ne sommes pas dans des pays riches aux moyens sophistiqués. Mais, j’y ai vu des trésors ingéniosité afin de transformer ces résidus en engrais, et de récupérer le CO2 produit (revendu à Coca-Cola, ou à des entreprises de parfums ou de glace sèche!). Même l’eau sale est bouillie et la vapeur fournit de l’électricité pour faire fonctionner la machinerie.
Alors quand on dit que l’énergie verte coûte cher, on a peut-être quelques leçons à apprendre de ces pays moins fortunés...Vraiment, chapeau pour l’effort et la volonté.

Il ne faudrait pas non plus, minimiser l’impact social que le rhum peut avoir dans les communautés. Certains producteurs emploient directement ou indirectement plusieurs milliers de gens, qui s’assurent ainsi de faire vivre leur famille. Pas  toujours richement, certes, mais avec une certaine stabilité. Plusieurs voient aussi à la relève à travers des bourses d’études ou en formant des enseignants. Si vous choisissez un rhum avec le logo de l’ACR (Authentic Caribeean Rum), c’est une façon facile et concrète de contribuer à cet effort collectif.

J’aimerais maintenant vous faire faire un tour des différents producteurs rencontrés lors de ce voyage enchanteur.

Commençons par St-Vincent Distillers, de l’ile du même nom. On nous propose une gamme premium avec d’abord le Sparrows 5 years old, aux notes de fruits tropicaux, qui est souvent servi avec soda, lime et campari.Puis, le Mutineer’s Gold, qui est un Reserve, de 8 ans,  plus riche, rond et chaud, avec des notes de caramel et de vanille.

De Grenada, Westerhall Rums, offre un Plantation Rum (5ans) aux notes de muscade et de canelle, qu’on boit volontiers avec du Ginger ale, ce qui lui donne une finale de chocolat blanc. Le 7 years old, lui est plus sombre et plus suave, sur des notes de guimauve et de moka.Long en bouche, on le sert un peu rafraîchi. Le 10 XO et le haut de gamme, très raffiné et long, sans sensation de chaleur finale. Peu produit.

On retrouve aussi Clarke’s Court, avec leur Old GROG (Georgius Rex Old Grenada) un rhum léger aux notes de fruits confits et de miel, qu’on boit volontiers avec du soda (Jamais de cola!) Ils ont aussi un Spicy rum et un overproof avec ses 69% d’alcool! Ça te désinfecte le palais en un instant, mais avec des notes fort agréables de cannelle et de laurier.

De Trinidad, Angostura offre des rhums plusieurs fois médaillés lors de concours internationaux.
Le 1919 offre un nez de banane et de miel, ainsi qu’une bouche fraîche et fruitée aux accents de pamplemousse. Surprenant et très facile à boire. le 1824, est un 12 ans aux notes de fumée et de chocolat, qu’on imagine boire avec un cigare.

Une originalité: Du seul pays qui n’est pas une île, Borgoe(fondé en 1882) propose des rhums du Suriname, situé près du Brésil et de la Guyanne Française, qui a de forts liens de parenté avec les Pays-Bas. Leur 8 years old, a des parfums de cerise et de chocolat au lait, et propose une bouche peu brûlante, peu sucrée et longue. On ne s’en lasse pas après quelques gorgées. Étonnant. Leur 15 ans single barrel, à un nez riche de confiture d’abricot, de tabac et de muscade. Très velouté, et très long en bouche.

De St-Lucia, Chairman’s Reserve, a une longue histoire à l’export. Le 5 ans a un nez intéressant de meringue et de raisin. Le Forgotten Casks (10ans) est fort, long et complexe avec des notes de bois blond. L’Admiral Rodney est inspiré du cognac, distillé semblablement et vieilli au moins 15 ans, il provient des meilleures barriques et a un nez de pêche, de cerise et de moka. C’est un rhum pour méditer.

D’Antigua, English Harbour m’a surpris. Plusieurs fois médaillé or et double or, ils utilisent un alambic en cuivre pour une distillation en continu. Pas le plus complexe, mais agréablement sans aucune sensation de brûlure, le 10 years old a un nez élégant de groseille, de verveine et une bouche souple de trèfle et de miel. Chaque année, il n’y a que 360 bouteille de 1981 de produit. C’est superbe avec des notes de plum pudding et de cacao noir. Ca fait très veille de Noël,devant la cheminée. Absolument aucune sensation de chaleur! Wow.

De Jamaïque,  Hampden Estate m’a le plus dérouté. Situé à 45 minutes  de Montego Bay, le domaine a été répertorié une première fois en 1750, le manoir a été construit en 1799. Il a été racheté du gouvernement jamaïcain en 2009 par la famille Hussey. Fermentés avec des levures indigènes et dilués avec de l’eau pure du domaine, certains de leur rhums ont plus de 1600 esters (utilisés pour la parfumerie). Rum Fire est absolument unique, avec ses notes de sauce Hoisin et de miso, ainsi qu’un soupçon de menthe. Le Gold a un nez semblable avec en plus des notes de raifort! Ils produisent aussi un Rum Fire Overproof, à 63%, dont une goutte suffit à aromatiser un cocktail. Pas pour les âmes délicates, mais incroyablement original.

J’ai aussi pu visiter les installations de certains producteurs qui m’ont permis de mieux connaître tout le travail qui va dans l’élaboration de ce riche produit.

olivier barcelo2015
Ron Barcelo

En République Dominicaine, Barcelo, en association avec AFD, m’a semblé celui qui est le plus consciencieux de son impact tant social qu’environnemental. Ils offrent une bonne gamme de produit dont un Gran Anejo, avec une bouche d’umami, un Platinum, qui se veut une option pour les amateurs de vodka, et un Imperial 30th Anniversary, vieilli en partie dans des barriques d’Yquem et produit en quantité limitée, bien sûr.

olivier playa doradavisite brugal 2015
Playa Dorada, visite Brugal

 
olivier pavol kazimirambassadeur brugal
Pavol Kazimir, Ambassadeur Brugal

Chez Brugal aussi, on offre une grande gamme de rhums, et surtout on innove, toujours à l’affût des demandes du marché mondial. Net,sec et boisé sont les adjectifs qui vont bien au style Brugal.Le XV, élevé en partie dans des fûts de Xeres P.X., vise une clientèle jeune qui aime des arômes fruités et pas d’arrière-goût. Le Extra Viejo, est plus traditionnel avec ses notes plus boisées que fruitées. Le 1888 est élevé longtemps d’abord en barriques de bourbon, puis un autre 2 ans en barriques de Xeres Oloroso.Le nez est aussi charmant que complexe, et la bouche suave et fine, le rend facile à boire et surtout à déguster lentement.

olivier m.thierry gardreprsident barbancourtmoineil  harrisambassadeur wirspa
De gauche à droite: Thierry Gardère, Président de Barbancourt, Olivier de Maisonneuve, Neil Morris , Ambassadeur mondial de la WIRSPA


A Haïti, j’ai visité ce monument qu’est Barbencourt,fondée en 1862.M. Thierry Gardère qui est la 4e génération à diriger cette maison, nous a reçu pour nous faire déguster ses rhums et nous parler un peu de sa réalité après le tremblement de terre, et de l’expansion de Port-au-Prince, qui gruge le terrain de la canne à sucre. Son plus grand vendeur à l’export est le ***, qui se déguste en rhum sour, puis il y a le ***** Réserve Spéciale, vieilli 8 ans, avec des notes d’orange et de fruits tropicaux et une bouche assez dense, et le joyau, le 15 ans Estate Reserve, plus boisé et plus riche, avec des notes de vanille et de fruits secs, dont l’histoire est liée aux aléas du régime Duvalier.

Quel voyage des plus intéressants. Il y a tant d’identité et d’histoires avec chacun de ces producteurs et de ces pays. Ils offrent bien plus qu’une base à cocktail. Et cet éventail de style me permet de dire que pour tout amateur de spiritueux, un rhum, quelque part, a une parcelle de votre âme. Partez à sa recherche, et visitez l’important site www.wirspa.com.


Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276


NOTE DE L'ÉDITEUR
Olivier de Maisonneuve était le seul représentant du Québec, parmi treize autres personnes du Canada et des États-Unis!

Lire la suite...Add CE Form ID de l'article: 4732 Etat Publié Clics 1915 Réinitialiser Révisé 7 fois Créé Lundi, 22 Juin 2015 14:50 Dernière modification Vendredi, 03 Février 2017 14:14 Paramètres - Article Auteur Pseudo de l'auteur Niveau d'accès Date de création 2015-06-22 14:50:52 calendar Début de publication 2015-06-22 14:50:52 calendar Fin de publication Jamais calendar Paramètres - Avancés Informations des méta-données AccèsWeb repose sur le logiciel libreJoomla!.

mardi, 08 décembre 2015 21:46

Aventure Toscane

On pourra regarder toutes les images que l’on veut, rien ne vous préparera au coup de foudre qui vous attend en Toscane. C’est difficile de mettre en mots le charme que vos sens vivront. Mais j’espère que ces images et ces mots vous mettront en appétit avant votre arrivée.

 Si les plaisirs du vin et de la gastronomie sont la raison principale de votre voyage, ne manquez surtout pas de consulter le site www.voyagevinitalie.com! Quelle superbe mine d’images et de renseignements. Il vous permettra de planifier un voyage sans tracas, en débroussaillant un peu les multiples choix qui s’offrent à vous, tant au niveau des différents domaines que vous pouvez visiter dans chacune des 20 régions vinicoles,qu’au niveau des possibilités de dégustations,d’hébergement et de restauration offerts sur place. Vraiment simple à consulter, c’est un essentiel pour votre voyage.

Trois petites choses sont à considérer, lorsque vous planifiez votre périple. D’abord, méfiez-vous des distances entre les lieux à visiter: les routes de Toscane sont une suite de lacets et de courbes, dignes d’un manège. Elles ont plusieurs zones de vitesse réduite, et ne sont pas pavées sur toute leur longueur. Prévoyez donc le double du temps que la distance semble prendre normalement. Il n’y a pas d’aires de service sur les nombreuses petites routes que vous emprunterez, ni dans bien des petits villages, donc pas de toilettes publiques.Ca peut devenir un problème. Finalement, vous arpenterez beaucoup de ruelles et de collines; porter des chaussures confortables est essentiel.

Voici quelques souvenirs d’un récent périple dans la région. Votre aventure commencera probablement à Florence, histoire de vous imprégner de la richesse de l’architecture et du fabuleux passé de la région & aussi de changer de rythme. Si les musées et les ruelles médiévales sont fascinants et des incontournables à visiter, ils sont aussi bondés de monde. Vaut mieux prévoir à l’avance et réserver votre heure de visite des monuments. Puis respirer. Et prendre le temps de regarder. Ce ne sera pas toujours évident dans la mer, sans cesse en mouvement, de la foule. Mais le charme va vite s’opérer. Assurez-vous aussi de vous renseigner auprès d’une personne locale, où manger la célèbre bisteca fiorentina. Et sachez que ça ne se sert pas en bas d’un kilo par portion! Mais en enlevant les os et le gras, vous serez étonné d’avoir tout dévoré. Et profitez-en pour commencer votre découverte des vins de la région. Un beau chianti classico riserva sera bien tentant.

Après 2 ou 3 jours, la soif de découverte se fera plus forte. C’est le temps de prendre la voiture et de vous enfoncer dans le rêve. Vous êtes amateur d’opéra? Dirigez-vous vers Lucca, voir la maison de Puccini, et en profiter pour exercer vos jambes à monter des tours. Vous allez probablement le faire pas mal, dans les prochains jours. La vue sur les montagnes au nord et sur les collines des environs est ravissante.  Tout près, un détour s’impose pour voir une fois dans votre vie, la célèbre Tour Penchée de Pise. Un conseil : prenez votre temps, car ça tourne longtemps dans un escalier inégal et très étroit, mais c’est une expérience quand même assez unique.

olivier lucca

Lucca

Ensuite, rendez-vous  tranquillement vers un de mes coups de cœur : Sienne. En chemin, arrêtez-vous un moment à Volterra, petit village médiéval perché sur son roc, surtout si vous avez lu Twilligth ,la saga de vampires, ou si les Étrusques vous fascinent. Dégustez une riche soupe à la Voterrana, pleine d’haricots, de chou et de pancetta. Puis en route pour San Gimignano, et ses célèbres tours. Une visite de l’incroyable intérieur du Duomo, vous impressionnera. Et les ruelles médiévales ont aussi leur charme.

Finalement, allez déposer vos bagages à Sienne, et laissez vos sens être encore éblouis. Même s’il y a aussi pas mal de monde, la taille et le rythme de vie sont bien différents de Florence. On se perd volontiers dans les rues. Le Duomo, de même que sa bibliothèque, sont à couper le souffle. Au-delà du grandiose. Et c’est l’occasion de déguster des spécialités toscanes: la soupe ribollita, les croutons au pâté de foie, les délicieux pici al ragù (j’en rêve encore!), la cinta senese, à base de porc élevé dans le Chianti. Et le fameux panforte pour dessert.

C’est ensuite le temps de partir explorer ce pays du vin. Dans le Chianti, un endroit de choix s’offre à vous. En plein cœur de la zone Classico, perché sur une colline qui offre un panorama inégalé, se trouve l’ancien petit bourg de Castagnoli. Le domaine Rocca di Castagnoli a restauré la Résidence et ses dépendances, afin de vous proposer hébergement, restauration et dégustation dans un cadre superbe. Les chambres et les appartements sont aussi charmants que confortables. La paix qui y règne à la tombée de la nuit vaut son pesant d’or. La piscine et sa vue sur les vignobles vous combleront, si le temps le permet. L’équipe d’accueil pour déguster les vins est super sympathique. Découvrez le Molina delle Balze, un chardonnay délicieux, minéral et fruité. Le chianti classico est marqué par les fruits rouges et le poivre. Le Poggio a Frati est un classico riserva à la texture veloutée et au très bel équilibre. Délicieux maintenant, mais dans 5-10 ans, il vous renversera encore plus! Leur haut de gamme est le Stielle, un rosso di Toscana, à base des plus vieilles vignes du domaine, et d’un clone de sangiovese qui lui est propre. Bref, c’est un endroit magique pour débuter votre périple vinicole.

 olivier aubedansle

Aube dans le Chianti

Changez de décor, et descendez vers Montalcino , un autre village perché sur son roc. C’est le domaine du fameux Brunello, ce prince du sangiovese. Le vignoble s’étend sur 24 000 hectares, réparti sur les diverses collines encadrées par trois rivières. C’est un paysage enchanteur qui vous attend et des vins tout aussi resplendissants. Saurez-vous reconnaître ceux qui sont produits plus au nord, (avec un caractère plus minéral et raffiné) de ceux qui viennent du sud (plus fruités et exubérants)? C’est une délicieuse enquête, en tout cas.

Plusieurs possibilités d’hébergement s’offre à vous, mais il y en a une qui propose découverte et cadre luxueux : Le Castello Banfi-Il Borgo. Seul sur un petit promontoire, au bout d’une route non pavée, se dresse la tour de ce petit palais ou vous attend un décor de conte de fée moderne. Un décor signé par Frederico Forquet! Ou peut-être, si vous êtes un petit groupe, préférerez-vous le plaisir de partager une coquette petite fermette  parmi les vignes? Il ne faudra surtout pas manquer la visite du chai, qui est à 3 km de là, mais qui est très impressionnant. Puis vous pourrez savourer leurs vins soit à l’Enoteca, ou encore mieux en vous remettant entre les mains expertes de Mirko et de son équipe de service, au raffiné restaurant La Sala dei Grapoli. Bref, à Banfi vous serez au cœur du rêve toscan.

olivier banffi

Banfi

SI vous continuez votre exploration du brunello, allez visiter le domaine des Marchesi Frescobaldi où sont produits les superbes Castel Giocondo et Luce della Vita. Le panaroma est magnifique. Plusieurs options toutes aussi succulentes..., (tel l’historique domaine Biondi-Santi) que le choix sera difficile, je vous préviens!

Promenez-vous maintenant à travers les superbes et bucoliques paysages du Col d’Orcia. Des collines sauvages et des rangées de cyprès, baignées dans une lumière dorée, vous attendent. De ravissants villages comme San Quirico, ou Pienza avec son fromage pecorino, sauront combler vos sens. Le détour pour le lunch vers Bagno Vignoni, avec ses sources chaudes et sa pizza, vaut vraiment la peine!

olivier carl

Col d’Orcia

Finalement, finissez ce périple en beauté, en vous arrêtant au ravissant village de Montepulciano, avec ses rues qui passent sous les arches des vieilles maisons. Un arrêt s’impose à l’Azienda Agricola Gattavecchi.Vous devez par contre réserver d’avance, car ils sont à juste titre très populaires! La salle de dégustation est dans un ancien couvent. Mais non seulement les vins (dont leur fameux Parceto, de Poggio alla Sala) sont succulents, mais la cuisine de Lilian, est un pur délice de simplicité de saveurs. Les tagliatelle à la truffe blanche et au parmesan reggiano, accompagnées de leur sexy Vino Nobile 2012 me font encore saliver de bonheur. Et que dire de leur huile d’olive! Toute la famille est d’une gentillesse incroyable. Un très beau souvenir de ce voyage.

olivier salleamanger

Salle à manger, d'Azienda Gattavecchi

Et vous voilà prêt à rentrer, ou à poursuivre votre découverte de ce pays au milles visages, tous plus inoubliables les uns que les autres. Si vous désirez plus de renseignements sur les domaines visités, n’hésitez pas à aller sur le site www.voyagevinitalie.com; ils y sont tous!

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

mercredi, 24 février 2016 20:11

Concours des vins allemands 2016 à l’ITHQ

Tous les deux ans, les étudiants de l’ITHQ, anciens et nouveaux, peuvent mesurer leurs connaissances et avoir la chance de remporter un prix magnifique: un voyage d’une semaine en Allemagne, en compagnie de jeunes sommeliers venant des quatre coins du monde.

Après une formation de deux heures, les candidats doivent remplir un examen écrit chronométré. Trente questions leur sont posées. Les quatre meilleurs se rendront en finale, où ils devront subir une épreuve orale assez intense. Le jury était composé cette année de Véronique Rivest, Paz Levinson (meilleure sommelière d’Argentine et des Amériques 2015, et candidate au mondial du meilleur sommelier), Bill Zacharkiw, Romana Echensperger (Master of Wine de l’Institut du vin allemand), et de M. le consul général d’Allemagne, Walter Leuchs.

Dans un premier temps, le candidat et les trois candidates finalistes devaient identifier parmi cinq vins, lesquels étaient des vins allemands. Ils avaient 10 minutes pour le faire. Ensuite, ils devaient effectuer l’analyse technique d’un vin, puis son évaluation avec leur regard de sommelier, toujours en moins de 10 minutes.

Ce qui m’a le plus frappé, pendant ces épreuves orales, c’est l’approche passablement différente de l’analyse des produits par le candidat et les candidates. Cela peut sembler cliché, mais c’était parfaitement visible de voir la technique très cartésienne, très compartimentée du candidat, et l’analyse plus intuitive et plus sensorielle des candidates. Le côté émotif et évocateur était davantage mis de l’avant par les candidates lors de la recherche d’accords mets-vins, par exemple. La diversité des arômes perçus l’était tout autant. Vraiment intéressant de le constater.

Finalement, après une courte attente, le jury s’est prononcé et a remis les honneurs de la victoire à Naomie Lavallée-Durand, jeune sommelière chez Ludger. Félicitations aux finalistes et à la gagnante, et bravo pour le travail colossal accompli par l’équipe de l’ITHQ, et par Ted Kalaboukis, des Vins d’Allemagne.

ithq finalistes2016

Les finalistes 2016

ithq noemie emerite

Naomie Lavallée-Durand, entourée de Véronique Rivest, sommelière émérite, et de la directrice générale de l’ITHQ, Liza Frulla

ithq vins aveugle

Les vins dégustés à l’aveugle. Notez le second intrus, qui a confondu plusieurs candidats, et qui vient de Finger Lakes.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

C’est peut-être un cliché, mais s’il y a une phrase qui colle super bien à la peau de Claude Bourgeois (le directeur des ventes Centre et Est du Canada de la compagnie d’équipements Distex), c’est qu’il croque la vie à pleines dents. On le perçoit rapidement quand on le rencontre, et ça crée une grande sympathie spontanée. Laissez-moi vous présenter cette figure de proue de Trois-Rivières.

Ça fait quelque temps déjà que Claude Bourgeois est impliqué, d’une façon ou d’une autre, dans la communauté trifluvienne. Que ce soit comme président du K-Club (Kiwanis) de l’école secondaire Lavérendrye, comme directeur du club privé L’Alexandre, cette belle maison du centre-ville où il orchestra avec doigté les relations entre la direction, les employés et la clientèle (de 1981 à 1986), ou lorsqu’il organise la Bourse des Jeunes Espoirs, un souper-bénéfice pour les jeunes pilotes, lors du Grand Prix de Trois-Rivières (dans lequel il est impliqué depuis 40 ans!), sa présence vient galvaniser les troupes et fait rayonner sa ville.

Parlant de Grand Prix, connaissez-vous sa passion pour la course automobile? Depuis son enfance, passée entre sa mère et son frère, il côtoie cette industrie de rêve. Tout jeune, il fera une saison de karting, se voyant déjà dévorer le tarmac telle son idole, Gilles Villeneuve. Un de ses plus beaux souvenirs, c’est lorsqu’il a remporté un concours, Thrill of a Lifetime, qui l’a envoyé une semaine à l’École de Formule 2, à Aubusson, en France!

Une autre partie du cœur de Claude est prise par la restauration. Ce goût pour la bonne chair lui vient de son grand-père, qui était un passionné de cuisine à la maison. Après avoir gradué à l’ITHQ, Claude Gauthier (le président de l’Association des Restaurateurs du Québec) lui a donné sa chance au fameux Castel des Prés, où il restera 5 ans, de 1981 à 1986.

Puis on le verra organisateur d’évènements, dirigeant son entreprise Chic Évènement. On lui confiera certains défis prestigieux et complexes, comme l’inauguration de la machine 10, sous un chapiteau monté dans l’usine Kruger, où des membres de la direction des quatre coins de l’Amérique du Nord étaient présents.

Pour réussir à rassembler aussi facilement ceux qui l’entourent, je pense que ça prend une bonne dose d’humanité. Il faut aimer le public, les gens. C’est une des grandes qualités de Claude. Son aptitude à fraterniser, à respecter même ses concurrents. Saviez-vous qu’il organise, chaque premier jeudi de décembre, un souper pour les membres de l’industrie, et ce, depuis 15 ans?!

Cet épicurien est aussi père de trois enfants, à qui il a transmis le désir d’aller au bout de leurs rêves. Que ce soit de faire du snowboard sauvage sur les montagnes de la planète, être musicien professionnel ou graduer en éducation spécialisée, il est toujours activement derrière eux. C’est aussi pour être avec eux que Claude a changé de métier. Les horaires nocturnes qui vont de pair avec l’évènementiel ne convenaient plus.

Retrouvons-le chez Cassidy Ltée. Cette maison de distribution d’équipements fut la 2e plus vieille compagnie en Amérique du Nord, ayant été fondée après la Baie d’Hudson et avant Molson! Sous la direction de Luc Beaudoin et Paul Normand, pendant 10 ans (de 1990 à 1999), il sera représentant en équipements d’hôtels, de restaurants et d’hôpitaux. Dix ans, ça crée des liens, quand même! Alors, fidèle à sa passion d’organisation d’évènements, il planifie une soirée de retrouvailles pour ses anciens collègues, le 29 mai prochain.

Pendant près de cinq ans (de 1999 à 2004) on le retrouvera en recherche et développement et en vente pour Eurodib. Grâce à son président, Jean-Yves Dumaine, il aura accès à une mine de savoir et d’érudition, qui feront de ses voyages d’affaires une source de connaissances qu’il apprécie encore à ce jour. Vous devriez voir le plaisir qui illumine ses yeux lorsqu’il parle de ses voyages à la Fiera de Milan, de la beauté d’Annecy, en Savoie, ou du jour où il a passé une heure en cuisine avec le célèbre chef Paul Bocuse! C’est aussi dans cette entreprise qu’il réussit à vivre sa devise : une journée de travail = une journée de plaisir. Mais l’ambiance post-11 septembre, et les nombreux voyages exigés pour son poste le mènent à se lancer dans un nouveau défi.

Nous le retrouvons donc aujourd’hui chez Distex, où son mentor et ami, Michel Prévost, l’a invité en 2004. C’est là qu’il continue d’appliquer les préceptes du livre de Jacques Horovitz, Les cinquante règles du service zéro défaut, grâce auxquels il s’assure que le client vit une expérience de satisfaction complète, à chaque étape du service rendu. C’est sûrement en jumelant cette joie de vivre et son souci de l’excellence qu’il réussit à créer ces liens si solides qu’il a avec ses clients.

Il a également une autre source de fierté (et surtout pas d’orgueil!) dans sa vie : le bénévolat. Il est très actif dans les œuvres de Sœur Angèle, comme Plein air à plein Cœur, qui organise un camp d’été et un dîner de Noël pour les enfants défavorisés. Il se verrait très bien en assurer la pérennité, si un jour elle devait ralentir ses activités. Avec Moisson Mauricie, il tire une grande satisfaction à redonner un peu du bonheur qu’il vit, aux gens plus démunis.

Mais ne parlez pas de ralentissement à Claude Bourgeois. La retraite? Inconnue à cette adresse! Il a encore bien trop de plaisir à travailler pour se voir vivant une vie de loisirs. Parlant de ces derniers, lorsqu’il s’accorde un peu de temps libre, il se délasse sur les greens de golf, ou il enfourche son vélo, quand ce n’est pas ses mains qui s’occupent autour de la maison. Et parfois, l’appel du large le voit parcourir les villages d’Europe, car s’il se décrit comme une « poule d’hôtels de luxe » pour les affaires, personnellement, il préfère parcourir l’arrière-pays, s’asseoir à une table locale et découvrir le quotidien des gens. Peut-être le croiserez-vous bientôt sur les routes du Portugal ou de la Grèce?

Évidemment, par déformation professionnelle, je ne pouvais conclure ma rencontre avec lui sans m’enquérir de ses goûts en matière de vins. Eh bien, sachez qu’il ne lui déplait pas, à l’occasion, de déguster un bon Bordeaux, un Chianti Classico, ou un robuste cabernet sauvignon de Californie. Il m’a également parlé d’un vignoble près de chez lui, qu’il aime bien soutenir: le Domaine & Vins Gélinas, à Saint-Sévère.

Et voilà, c’est ainsi que se termine ma rencontre avec un homme qui, avec son attitude positive, donne envie de poursuivre sa journée en souriant. Vous me direz qu’ayant fait cette entrevue à la Maison Christian Faure, dans son charmant local du Vieux-Montréal, ça donne déjà envie de sourire de contentement, et vous avez tout à fait raison. Mais je me suis également régalé de cette occasion de découvrir Claude Bourgeois. J’espère qu’il en est de même pour vous.

NOTE DE L’ÉDITEUR

Lorsqu'ils ont appris qu'il allait être honoré, plusieurs clients et partenaires d'affaires de Claude, dont La Maison Christian Faure, Distex et Tzanet, se sont empressés de se manifester pour lui montrer leur appréciation. Nous tenons à les remercier et à souligner leur générosité.

P.-S. Voici les nouvelles coordonnées de Claude Bourgeois: +1-514-212-1512 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

  christian faure logologo tzanet  logo distex

VOICI QUELQUES TÉMOIGNAGES D’APPRÉCIATION:

Christian Faure, de La Maison Christian Faure

Denis Paquin, directeur de la région de Montréal, SCCPQ

Patrice Fontaine, de WILLIAM

Marie-Josée Benoit, de Chef Tech et C-Tech PROMO

Roger Grégoire

Samy Rabbat, éditeur du site Web SamyRabbat.com

Sœur Angèle

Témoignage sur Claude Bourgeois par Mario Julien

Un autre témoignage sur Claude Bourgeois par Marie-Josée Benoit

L’historique des Inconnus Célèbres

« Merci de partager cette bonne nouvelle »

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

Le domaine Robert Mondavi a déjà 50 ans. Que de choses ont changé dans la Napa depuis. J’imagine que pour ce visionnaire, observer cette évolution au cours de sa vie, c’était comme, pour nous, de passer du gros meuble de la télé dans le salon à l’écran plat sur le mur, mais en pouvant se dire: «Voilà l’héritage que je laisse».

Je ne veux pas dire qu’il a été seul à réussir cette évolution de Napa, mais il en a été indéniablement toute une locomotive. Je tiens à lever mon chapeau à cet homme qui croyait qu’enrichir sa vie, par le biais du vin, de la nourriture et des arts, était l’épitomé  de l’art de vivre. Avec sa contribution à briser les barrières entre le Nouveau Monde et le Vieux Continent, on peut sûrement le voir comme le pendant masculin de Julia Child.

Mais on ne peut parler du domaine sans parler du vignoble. Son histoire remonte au 19e siècle, avec un autre visionnaire, Hamilton W. Crabb, qui a été à la tête d’une compagnie de plus de 100 personnes, très mécanisée pour l’époque, et qui a eu l’idée d’ouvrir des magasins à travers le pays, qui s’adressaient particulièrement aux femmes, puisque c’étaient elles qui voyaient à la table. La qualité de ses raisins (qui lui valut de devenir le vin le plus médaillé avant la Prohibition), l’inspira à appeler son vignoble To Kalon, qui en grec ancien fait référence au plus beau, au meilleur. Même le peuple Wappo (parmi les premiers habitants du coin) avait reconnu le caractère spécial de cet endroit en l’appelant Tu La Halusi, ou la Belle Terre.

L’histoire du domaine est riche en rebondissements, avec entre autres la période du millionnaire Martin Sterling, qui lui aussi voulait faire de Napa un haut-lieu de la viticulture dans les années 50, et qui disparut dans un mystérieux accident de voiture, à la suite duquel le vignoble a été séparé et vendu. C’est en acquérant, au fil des décennies, parcelles après parcelles, que Robert Mondavi a su recréer la magie de ce site extraordinaire. Aujourd’hui, To Kalon fait 550 acres, dont 435 appartiennent à la Maison Mondavi. Un de ses joyaux est sans doute le I Block, dont les vignes remontent à 1945, et qui seraient les plus vieilles vignes de sauvignon blanc en Amérique du Nord.

mondavi 1

Dans les années 70, l’Université de Californie à Davis a recommandé que le cabernet sauvignon soit le cépage phare de la vallée de Napa. Avec son bon drainage et sa réserve d’eau en profondeur, son exposition et ses sols multiples, To Kalon est reconnu comme l’un des meilleurs terroirs pour ce cépage et ce, année après année. Une reconnaissance qui n’est sûrement pas étrangère au prix auquel se vendent les raisins qui en sont issus.

Avec sa philosophie de respect et de synergie avec la nature, et avec les innovations techniques qu’il a apportées dans la viticulture à Napa, Robert Mondavi a profondément marqué la région. Son œuvre aurait pu s’endormir avec lui, mais grâce entre autres à Geneviève Janssens, vinificatrice en chef depuis 1997, et à l’équipe qu’elle forme avec Joe Harden et Megan Schofield, on pourra continuer de découvrir la magie et l’expression d’un terroir qui donne des vins à la fois denses, concentrés (mais jamais lourds), où élégance et forte personnalité se côtoient. Laisser ce terroir raconter sa vie, en intervenant le moins possible, tel était le credo de M. Mondavi, et pour notre plus grand bonheur, nous pourrons continuer de lire son histoire dans chacune des bouteilles qui arrivent entre nos mains.

Grâce à la Constellation Academy of Wine, sous l’habile et fort sympathique direction du Master of Wine Mark de Vere, j’ai pu assister pu assister à la formation de To Kalon, et ça restera un moment de pure magie dans ma vie. Avec l’esprit de générosité et de partage qui animait M. Mondavi, on nous a mis en contexte le cabernet sauvignon, dans ses diverses expressions. Le premier soir, nous avons dégusté des exemples prestigieux de France, d’Australie, d’Italie et du Chili, avec celui du Domaine. Puis chaque jour, nous avons cerné de plus en plus la personnalité propre au vignoble, en faisant des horizontales de la côte Ouest, de Napa, d’Oakville, en enfin, comme apothéose, ce qui se produit dans les différents domaines qui élaborent des vins à partir des raisins de To Kalon. Une expérience vraiment hors du commun.

mondavi 2

Et pour bien apprécier le contexte du domaine, nous avons pu observer Napa du haut d’une montgolfière, puis se promener à vélo, pour explorer les parcelles du vignoble. Avouez que c’est exceptionnel comme apprentissage, et en même temps, tellement pertinent. Ça vous imprègne de l'essence du terroir.

Je vous souhaite le plaisir incroyable de vivre cette aventure, mais en attendant, vous pouvez découvrir un visage de To Kalon, puisque le Cabernet Sauvignon Reserve 2012, disponible à quelques SAQ , est élaboré avec des raisins venant surtout de ce terroir.  Et vous pourrez constater une fois de plus qu'In Vino, Veritas!

mondavi 3

Les arts, la table et le vin: Mme Mondavi songeant à l'essence de la vie de son mari?

mondavi 4

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

Anciennement connu sous le nom Wyndham Estate, l'iconique maison a été rebaptisée George Wyndham Wines afin de rendre hommage à ce pionnier de la reconnaissance mondiale des vins de Shiraz australiens.

Tout son travail acharné aurait pu disparaître à sa mort, mais ses descendants ont su faire fructifier le domaine familial, et aujourd’hui nous voulons également reconnaître leur contribution avec cet assemblage de shiraz et de cabernet sauvignon, issus de parcelles minutieusement choisies.

Ça donne un vin riche et savoureux, aux tannins tout en douceur, gorgés de notes de fruits mûrs, de cacao et d'une rafraichissante acidité. Et malgré un costaud taux d'alcool, on n'a pas de sensation brûlante en bouche. Légèrement rafraichi, il devient un compagnon magnifique pour les grillades sur le BBQ. 

bouteille12bros

Je l'ai découvert en compagnie de l'Ambassadrice de marques Mélanie Gilcrist, qui vient d'arriver pour deux ans à Montréal et qui s'est déjà mise à apprendre le français! Invités par l'agence Corby, nous l'avons dégusté dans cet antre de l'opulence au masculin qu'est le restaurant La Queue de Cheval, sur de la Montagne. 

Détail insolite: Il y a deux étiquettes pour les bouteilles, chacune avec une représentation de six des frères, mais dans les faits, il y a eu onze frères qui ont assuré la relève du domaine, le 12e étant mort-né. Mais on voulait quand même rendre hommage à toute la famille. Il y avait aussi deux soeurs. Seront-elles honorées à leur tour dans un prochain vin? Un blanc, peut-être? À suivre... 

À 19$, voilà un choix bien intéressant pour les amateurs de vins rouges expressifs. Code SAQ: 12823442

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

mercredi, 24 août 2016 07:51

Mumm Cordon Rouge

Il y a 140 ans, pour démontrer son appréciation à ses clients les plus importants, la Maison Mumm a orné certaines bouteilles d'un cordon de soie rouge, un clin d'oeil au ruban de la Légion d'honneur. On retrouve de nos jours encore cette recherche d'équilibre entre intensité et fraîcheur, signature de cette cuvée, grâce au travail méticuleux du chef de caves Didier Mariotti et de son équipe.

C'est un champagne produit avec des raisins provenant de 77 crus. On y fait la belle part au pinot noir, mais les trois cépages traditionnels s'y retrouvent. C'est ce que le dossier de presse nous confie. 

mumm thursdays

C'est fort intéressant, mais rien ne vaut l'expérience personnelle. Ainsi, voici ce que j'ai apprécié de ce champagne, dégusté en compagnie de plaisants collègues et de M. Mariotti. D'abord, les bulles fines et abondantes, qui frissonnent sur la robe or pâle. Ensuite, le nez me propose des notes de poire, de pâte à croissant et très légèrement de vanille. Finalement, la bouche m'a séduit, avec ses parfums de pamplemousse blanc et d'amande. Une bouche assez crémeuse. Ce qui m'a bien plu aussi, c'est cette fraîcheur pimpante qui prend résolument de l'ampleur, du milieu de bouche jusqu'à la finale persistante. 

Mais ce que je retiens surtout de cette redécouverte de ce champagne archiconnu, c'est qu'on n'accumule pas la poussière chez Mumm, et qu'on est bien dans l'air du temps. Un bon exemple? Longtemps associés aux podiums de la Formule 1, les voici aujourd'hui commanditaires de courses urbaines de voitures électriques, en Formule E! Un choix bien plus judicieux pour l'environnement. Et j'ai adoré la savoureuse anecdote sur  la première cuvée de Didier Mariotti, qui a pris une pause de doses de morphine sur son lit d'hôpital. S'étant cassé le bras lors d'un tournoi de handball, il avait dû se faire opérer, la veille de sa semaine de sélection des premiers essais d'assemblage! Donc, mardi, arrêt des doses, et mercredi, hop on déguste! Il a dû bien faire les choses, car il est confirmé chef de caves depuis 2006. Avouez que ça donne un côté humain et rigolo à une marque que l'on pouvait trouver, à prime abord, surtout commerciale. 

Bref, je vous invite à découvrir sous un nouveau jour ce grand classique, disponible en trois formats à la SAQ, à partir de 59,75$.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276