samedi 18 novembre 2017
Montréal Passion Vin 2016

Montréal Passion Vin 2016

Je dois vous avouer que Montréal Passion Vin est un des évènements qui me rend fébrile comme si j'allais à un premier rendez-vous galant.

Depuis quelques années, j'ai le grand privilège de pouvoir en couvrir une partie. Vous pouvez donc imaginer mon désarroi quand à la fin octobre, je n'avais toujours pas reçu mon invitation pour cette année! D'autant plus que c'était le 15e anniversaire, et qu'il y avait de vraiment grands producteurs venant présenter une sélection de cuvées mythiques. Mais quelques courriels avec Josée Mercier (la très dynamique conseillère aux communications) m'ont vite permis de respirer plus à l'aise.

Voici donc un petit compte-rendu de mes rencontres avec les domaines Opus One et Château Montrose.

Mon premier rendez-vous était avec David Pearson, directeur général d'Opus One, en poste depuis 2004. Il a commencé par nous confier que pour lui, le vin c'est de l'art. Et en ce sens, il trouve plus intéressant de se demander ce que veut exprimer l'artiste, ou le vigneron dans ce cas-ci, plutôt que de vouloir savoir à tout prix comment il a fait son oeuvre. Il nous a ensuite rappelé l'origine de ce vin de prestige de Napa, soit la rencontre en 1978 de Robert Mondavi et du baron Philippe de Rotschild, au château Mouton Rotschild. Ils voulaient créer un grand vin à l'image de leur vision respective de cet idéal: un assemblage entre traditions et version moderne des cinq cépages de Bordeaux.

Le premier millésime est présenté en 1985, enfant à l'image de ses deux pères, et la suite sera historique. Depuis, cet enfant grandit, évolue et oui, change un peu. En 2001, sa destinée se retrouve entre ses mains, mais il garde cette ambition d'offrir un grand vin franco-californien, qui veut mettre en valeur "a notion of place and time" à chaque millésime, tout en offrant ce fil conducteur: des tannins soyeux et une rondeur en bouche. La prochaine borne historique sera dans cinq ans, alors que les vignes atteindront une maturité idéale, qui permettra de vraiment apprécier toute la richesse du vignoble. Selon M. Pearson, il sera alors vraiment à l'image ce qui se fait de grandiose à Bordeaux.

V. Rivest et D. Pearson Opus One

Une superbe verticale nous a ensuite été servie. 2003, 2005, 2007, 2009, 2010 et 2012 se sont succédées dans nos verres avides. 2003 valsait entre le cassis, le graphite et le terreau, au nez. Un nez magnifique qui s'épanouissait à l'aération.

2005 était d'un profile bordelais classique, avec une nette fraîcheur en bouche. 2007 était plus californien, plus fruité et plus tannique. 2009 a été mon coup de coeur, avec son nez plus floral, plus aérien, et une bouche fine, souple et savoureuse.

opus one 2009

2010 propose un nez plus épicé et plus boisé, et une bouche ample et strucuturée. 2012 est aussi fort joli, avec un nez plein de charme, entre le fruit frais (prune), le cacao et le bois. La bouche est déjà magnifique, et promet tout un potentiel de garde, avec sa structure, son fruité et sa fraîcheur. Bref, une finale qui nous tient en haleine et qui donne envie d'aller prendre une coupe au domaine, afin de s'imprégner de la magie de ces terroirs d'Oakville, en Californie.

opus one 2012
Puis, j'ai terminé ma journée avec la découverte du voisin du Cos d'Estournel, le Château Montrose, à St-Estèphe. Le domaine doit son nom à la couleur que prend la colline lors des floraisons printannières. C'est un domaine de 95 hectares, d'un seul tenant, qui descend doucement vers la Gironde. Le vignoble original fait toujours partie de ce 2e cru classé. Grâce à la rivière, une ventilation continue tempère le climat et évite les problêmes liés à l'humidité. Ils font aussi une sélection massale des vieux pieds de vignes, afin d'assurer l'identité des cabernets sauvignons, propres au terroir de Montrose. On cultive aussi du merlot, du cabernet franc et un peu de petit verdot.

Propriété des frères Bouygues (oui, oui, ceux des télécommunications) depuis 2006, il est sous la direction de M. Hervé Berland, anciennement de Mouton Rotchild. Le domaine produit aussi un second vin recherché, La Dame de Montrose. On a tendance à dire qu'il faut savoir attendre Montrose au moins 25 ans. La mission que s'est donnée M. Berland, c'est de le rendre accessible à partir de 15 ans.

V RivestH.Berland Montrose
Nous avons commencé par deux millésimes de la Dame de Montrose, 2010, et le tout premier, 2005. Puis nous sommes passés au Château Montrose 2009, qui demandait une certaine aération pour mettre son nez en valeur. La bouche est très tannique, plutôt fermée, mais avec des échos d'élégance. 2005 offrait un nez plus charmeur de fruits mûrs et de cèdre. La bouche est charnue et fruitée, avec des tannins nettememt plus arrondis. Très long. 2000 est un grand bonheur. Le nez est exhubérant et complexe, allant du cuir au crayon feutre, du terreau au graphite. La bouche est un feu d'artifice, puis devient un bloc jusqu'à la très longue finale. Encore fruité et frais. Finalement, 1998 était étonnant: le nez de tabac blond et un peu funky, allant du floral au boisé, surprenait. La bouche suave, fraîche et savoureuse était une splendeur. Et quelle longueur! Ça m'a laissé dans un état second pendant de longues minutes.

Montrose bouteilles

J'ai donc apprécié deux domaines à la recherche de l'excellence, dans des vins de prestige de style bordelais. Quelle chance de pouvoir les comparer à travers ces millésimes! Je crois que je ne suis pas le seul à voir été ravi de cette édition 2016, puisque la Fondation HMR a pu ramasser 1 544 010$ pour le futur centre intégré de cancérologie. Chapeau bas à l'équipe de sommeliers qui assurait le service efficace de chacun des précieux flacons.

devoilement

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Sommelier-conseil
VINS CONSEIL
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animation de dégustation de vins à votre domicile ou en entreprise
Cell.: 438 881-7276

À propos de l' auteur

Diplômé sommelier-conseil de l’Université du vin de Suze-La Rousse, en France, j’ai commencé mon apprentissage du monde vinicole en suivant les cours Les Connaisseurs de la SAQ. Aujourd’hui, j’en suis devenu un animateur! Chroniqueur vins et alcools dans diverses publications, dont le magazine Fugues, je parcoure la planète pour mettre images et visages sur ces produits qui me font vivre tant d’émotions.