lundi 20 novembre 2017

Mon allocution à titre de présidente d'honneur du 60e anniversaire de la SCCPQ

Cher amis… Bonsoir,

Je suis très heureuse d’être ici ce soir, avec vous, pour célébrer les 60 ans de la Société des chefs, cuisiniers et pâtissiers du Québec. Je suis touchée que vous m’ayez choisie comme présidente d’honneur de ce gala.

Mais pourquoi moi, me suis-je demandée ? Il est vrai que j’ai toujours admiré et respecté profondément tous ces hommes et ces femmes qui travaillent dans les métiers de bouche.  Issue d’une famille de onze enfants et ayant été élevée sur une ferme durant le temps de la guerre, alors que nous avions besoin de coupons pour acheter du beurre et du sucre, je suis d’autant plus admirative de la créativité et de l’évolution de la cuisine au Québec.  

 Nous n’avons jamais cessé d’évoluer. Notre belle évolution nous la devons à la passion, à la créativité, mais aussi beaucoup à l’esprit de coopération. Je vous côtoie depuis 27 ans. Je suis entrée dans vos cuisines. Je vous ai vus à l’œuvre. J’ai vu l’importance de la coopération dans une brigade.  Vous m’avez inspirée.

Lorsque je suis arrivée dans le métier, mon but était de réunir le monde du vin et de la cuisine. C’est avec ce désir que sont nés les galas Charton-Hobbs.  Je souhaitais que les chefs aient de vraies rencontres avec les professionnels du vin et que naisse entre eux un véritable échange.   Un échange et… une harmonie… par l’accord mets-vins qui n’existait pas encore. J’ai ainsi créé les cours pour les chefs sur les vins à l’ITHQ, apportant ma modeste contribution dans ce vaste univers du goût. Aujourd’hui, le public manifeste un intérêt réel pour la bonne cuisine et le bon vin. Nous avons de quoi nous réjouir.

Nous avons aussi de quoi nous réjouir quand nous regardons l’évolution dans les produits, et la passion chez tous ces producteurs qui mettent en valeur les produits de notre Mère-Terre. Ceux-ci accompagnent les chefs et les inspirent à créer la cuisine que nous avons. De l’autre côté, il faut saluer les chefs inventifs qui se dédient à la mise en valeur de ces produits.

Je me réjouis enfin de la relève bien vivante et de la plus grande présence des femmes à tous les niveaux dans l’univers de la gastronomie et de la bonne cuisine… Ces jeunes femmes et jeunes hommes qui sortent de nos écoles feront avancer le métier et créeront la cuisine de demain. Il faut les encourager et les soutenir.

En terminant, levons notre verre, célébrons ensemble, tout en ayant une pensée pour ceux qui n’ont pas pu être avec nous ce soir, mais aussi pour tous les disparus du métier qui ont, chacun, posé une pierre à l’édifice au cours de ces 60 ans. Je lève enfin mon verre à cette grande dame, Mme Françoise Kayler, qui nous a quittés il y a 3 ans, et qui a immensément contribué à promouvoir la gastronomie.  Bonne fête à tous !

signaturemady
 

À propos de l' auteur