Imprimer cette page

Bernard Ragueneau, président d'honneur du Gala Mady Létourneau-Étoiles de la Gastronomie

Dans le cadre de la 16e édition du «Gala Mady Létourneau- Étoiles de la Gastronomie», voici en primeur le discours de Bernard Ragueneau, président d'honneur, de cette prestigieuse soirée, ainsi que celui de Mady Létourneau.

 Chers collègues,

Je voudrais dire « Mesdames et Messieurs » mais dans les circonstances, je préfère « Chers collègues ». Non seulement c’est plus à propos, mais c’est aussi plus familial.
 
Je connais Mady depuis 40 ans et pour moi, d’être invité comme président d’honneur de cet événement, qu’elle a tant à coeur, c’est un compliment, tout autant, que d’être entouré de tous ces chefs qui y seront présents.
 
Ce métier n’est pas seulement une mission, c’est aussi une vocation et plus encore, une extension de votre système nerveux car c’est une profession qui met vos nerfs à l’épreuve.
 
À travers mes 45 ans de restauration, je me disais à chaque fois que je vivais une expérience désagréable : « Là, j’ai tout vu ! » et, comme disait JEAN GABIN : « Maintenant je sais, je sais que je ne saurai jamais ».
 
On ne peut pas être et avoir été, il faut commencer quelque part et ce sont les feux dans la cuisine, les inondations, les pannes d’électricité, les grèves, les fournisseurs qui ne livrent plus, les actionnaires, les landlords, les banquiers, le gouvernement et le personnel imprédictible qui nous rendent plus fort. Pour ma part, quand tout allait bien, je me disais : « D’où va venir la prochaine brique ? ».

La conclusion que j’en tire, c’est que votre métier est le plus facile à mal faire et le plus difficile à bien faire. Vous, les chefs de cuisine, vous revenez de loin. D’un travail qui n’avait aucune considération, vous êtes devenus les phénix bien mérités. Comme disait mon père : « Si ça va pas bien à l’école, tu pourras toujours être cuisinier ».  Je l’ai pris au mot et j’ai fait l’école hôtelière de Paris.  Nos parents pensaient que c’était un emploi temporaire et moi comme vous, nous en avons fait une carrière. Diriger une brigade, c’est de l’intelligence habillée en veste blanche. Il n’est pas seulement capable de remplacer n’importe qui sur la ligne, il est un psychologue, je n’ai pas dit un psychopathe ; il peut deviner, prévenir et prévoir la faiblesse humaine et en tirer partie.

Ma grand-mère disait en se couchant : « Mission accomplie ! Personne n’a eu froid, personne n’a eu faim ». Un chef de cuisine dit tous les soirs : « Mission accomplie ! Tout le monde a eu chaud en cuisine mais les clients sont partis satisfaits ».

J’espère vous voir en très grand nombre le 29 octobre prochain.

Bernard Ragueneau
Président d’honneur


 

Un mot de
votre petite
marchande
de vin


Chères étoiles de la gastronomie,

Pour faire suite à cette belle introduction de notre ami Bernard, je désire, en guise de complément, vous laisser ce petit mot.

Tout d’abord, je tiens à vous souligner que je souhaite que cette 16e édition du gala Mady Létourneau, se déroule plus que jamais sous le signe de la fraternité et de la solidarité. La chanson thème de cette année « Maintenant je sais », de Jean Gabin, souligne en effet notre grande expertise ainsi que notre passion pour nos différents métiers. C’est pourquoi nous avons décidé, avec les membres du comité, que les étoiles de cette année remercieraient tous les éléments de la chaine, tant au point de vue du service, de la cuisine ou de l’administration. Ces étoiles seront décernées selon les coups de cœur de votre Petite Marchande de vin.

 Au cours de cette soirée, certains chanceux se verront remettre, suite à un tirage au sort, un magnifique prix de présence. À savoir, pour les chefs un voyage pour deux, offert par Mme Francine Martin, présidente de Voyages Régence, chez Albert Bichot en Bourgogne (Beaune). Inclura deux nuitées et une visite de leurs Domaines. Pour les convives, une batterie de 10 morceaux de All Clad d’une valeur de 850 $ sera offerte par Olivier Merotto, directeur des ventes de Després-Laporte.

Nous vous attendons donc en grand nombre pour festoyer et boire à la coupe du bonheur.

Toujours plus haut, toujours plus loin, toujours plus grand, toujours plus fort.

Bien à vous,

 signaturemady

Votre petite marchande de vin

À propos de l' auteur