mardi 21 novembre 2017
Chroniques de Laurent Boschung
Laurent Boschung

Laurent Boschung

Né en Suisse dans la région de Gruyère où est fabriqué le fameux fromage qui fait sa renommée, Laurent Boschung est avant tout un épicurien de par ses origines qui prennent racines dans la gastronomie. Fils de restaurateur, il est pratiquement né sur les fourneaux de ses parents où il a découvert le monde fabuleux des saveurs authentiques. Lire la suite...

 

vendredi, 11 mars 2016 07:14

Vertige en 4 Temps: Irem Bekter

THÉÂTRE RIALTO - Dans le but de mettre en lumière le déracinement et l’enracinement des réfugiés et de rendre hommage à notre pays pour son aide précieuse à ces communautés, Irem Bekter a conçu Vertige en 4 Temps, spectacle aux couleurs de la danse et de la musique internationales, présenté le 10 mars dernier au Rialto.

Cette soirée multiculturelle en faveur de la Fondation des Enfants Syriens est un mélange fusionnant jazz, musique classique, traditionnelle turque, argentine et contemporaine. Avec huit musiciens, sous la direction de l’excellent Luzio Altobelli, elle signait ce jeudi un spectacle de caractère. D’Istanbul à Buenos Aires, en passant par Londres et Montréal, le spectateur est plongé dans une histoire cousue de rebondissements et de surprises, autant de tableaux qui créent des rapports nouveaux entre les cultures sud-américaines, orientales, occidentales et populaires.

laurent vertige4temps


Irem Bekter débute son enfance en Turquie, et continue son adolescence en Angleterre. Suivent alors vingt années en Argentine et maintenant une vie ici, à Montréal. Cette artiste est de celles qui s’adaptent à la culture du pays qui les reçoivent. Elle célèbre la diversité, celle qui l’a amenée à remettre en question son identité, offrant sur scène depuis un certain temps des interprétations envoûtantes.

Dès que l’on pénètre dans ce superbe théâtre, lieu emblématique de la métropole, on apprécie déjà la finesse des boiseries en dorures, les affiches peintes à la main et les fresques d’une époque révolue. La lumière se tamise, on se commande un verre dans une ambiance survoltée mêlant la culture québécoise à d’autres. Le silence se fait peu à peu pour laisser apparaitre une voix suave et chaude, celle d’Irem. Le spectacle commence et le charme opère. Tour à tour, on se déplace de pays en pays et de ville en ville, avec des tableaux de danses folkloriques qui ressemblent à des parades nuptiales, des tangos argentins aux allures langoureuses et de chants magnifiques qui nous transportent ailleurs, au chaud. Ces sonorités nous font oublier l’hiver, elles nous invitent à lâcher prise, à se consacrer au moment présent afin de prendre part à ce voyage qui, semble-t-il, se finit trop rapidement, car les vacances sont toujours trop courtes.

Yves St Laurent a dit: « Les plus beaux parfums sont ceux qui vous vont faire les plus beaux voyages ». Je pasticherais volontiers la phrase du couturier afin de l’adapter à cet événement: « La diversité de Vertige en 4 Temps nous a fait faire un très beau voyage ».

Laurent Boschung
Planificateur d’évènement
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Téléphone: 514 974-6709

laurent boschung logo

PLACE DES ARTS - Sur invitation des Grands Ballets, le Ballet de Shanghai était pour la première fois de passage à Montréal, du 18 au 21 février 2016, pour y présenter Coppélia, un ballet classique d’anthologie.

Présenté pour la première fois en 1870, Coppélia est un chef-d’oeuvre du ballet français en 3 actes inspiré par les contes d’Hoffman, faisant voyager le public dans la Pologne du 19e siècle. Un jeune couple, épris l’un de l’autre, songe au mariage. C’est alors que le fiancé, Franz, tombe amoureux d’une poupée mécanique grandeur nature: Coppélia. Cet événement plonge sa promise, Swanilda, dans une profonde jalousie et décide de lui donner une leçon en se jouant de ce dernier. Au final, elle lui pardonne, trop amoureuse, afin de se marier au dernier acte.

La compagnie Le Ballet de Shanghai, active depuis 1979, est connue pour sa rigueur et sa finesse. Il est donc tout naturel, aux vues de ses capacités, qu’elle signe cette interprétation.

La version présentée à la salle Wilfrid Pelletier est celle présentée dans les années 1970 à l’Opéra de Paris, une version comique revisitée mais fidèle à la rigueur des grands ballets classiques.

coppelia ballerine

J’ai eu le grand privilège d’assister à la première du spectacle et mon expérience fut un plaisir exquis, car on ne peut ressortir indemne de la salle Wilfrid Pelletier après tant d’émotions mélangées.

En effet, il est très marquant de ressentir l’excellence de la compagnie, mais aussi par la rigueur du maître de ballet, sans parler de la mise en scène qui embrasse parfaitement les décors somptueux des différents tableaux. L’interprétation théâtrale n’a rien à envier à la précision technique des danseurs, tant l’émotion est palpable, car tout en considérant la réserve des sentiments qu’on connait au Ballet de Shanghai, on est séduit par la sincérité des jeux d’acteurs.

En outre, l’Orchestre des Grands Ballets de Montréal, composé de plus de 70 musiciens, amène la touche de luxe qui explique peut-être les tarifs un peu élevés des sièges, car dès les premières notes, l’acoustique est splendide. On ne peut s’empêcher de se féliciter d’avoir déboursé un peu plus pour assister à une prestation de qualité. En conclusion, je me permets de vanter une fine expérience de prestige qui vaut son pesant d’or.

Laurent Boschung
Planificateur d’évènement
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Téléphone: 514 974-6709

laurent boschung logo