dimanche 19 novembre 2017

Chili: une vendange au goût de feu de bois...

D’après les dernières estimations, une centaine de vignerons ont vu leurs parcelles desséchées après les incendies qui ont ravagé le pays en janvier.

Tenant une réunion de crise, le consortium Vinos de Chile recense 109 hectares de vignes dévastées par les incendies de forêt de ce début d’année. Lors d’une table ronde entre les vignobles concernés, il est apparu que la région la plus touchée est celle du Maule, avec 90 hectares comptabilisés actuellement. Les incendies ont également ravagé les provinces de Maipo (10 ha) et de Colchagua (7 ha). 

Alors que l’état d’urgence national vient d’être levé, le vignoble reste dans l’expectative face à l’impact de ces incendies. Sur le terrain, les parcelles qui n’ont été que partiellement touchées n’ont pas perdu toute leur récolte. Mais les effets de ces fortes chaleurs sur les raisins épargnés demeurent inconnus, l’ampleur du phénomène étant inédit. « En retirant les cendres, les viticulteurs commencent à constater que la récolte va être réduite de 30 à 40 %. Voire plus. La vendange à venir sera totalement atypique. Il faudra voir à la récolte quelle est l’influence des fortes chaleurs et des fumées sur la qualité des raisins » rapporte ainsi le site Todos Vinos.

Perte patrimoniale

Au-delà de la perte de récolte, particulièrement rageante à la veille des vendanges, ces incendies tiennent de la catastrophe nationale dans le vignoble, avec des pertes de parcelles centenaires des cépages país et carignan. « C’est dur de croire que des vignes que vous avez tant aimées soient perdues, avec un morceau du patrimoine viticole chilien, à cause de l’inattention d’hommes » témoigne Sergio Amigo Quevedo, le vinificateur de Cancha Alegre qui vient de perdre 6 ha de vignes centenaires, au site Decanter.

Source: Vitisphère

À propos de l' auteur

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...