lundi 19 février 2018
Une dernière transaction à Saint Emilion pour finir l’année 2017

Une dernière transaction à Saint Emilion pour finir l’année 2017

L’année 2017 ne pouvait pas se terminer sans une nouvelle transaction de taille. Comme au cours de la saison, c’est Saint Emilion qui joue le rôle principal, avec en invité prestigieux Peter Kwork, le banquier honk-kongais qui achète une nouvelle propriété au cœur de ce beau vignoble.

Réalisée fin décembre, l’acquisition du Château Bellefont-Belcier par le Vignobles K ajoute un troisième pavillon en Saint-Emilion pour l’homme d’affaires Peter Kwok. D’une surface de 13,5 hectares, la propriété est située à l’ouest de l’appellation.

Vitisphère, dans un article paru sur son site ce jeudi, nous précise que cette propriété a séduit le banquier pour l’implantation du vignoble sur des coteaux sud et pour ses attributs architecturaux et paysagers. « Ses collines en pente douce, son grand château et ses arbres majestueux font de lui un lieu unique à Saint-Emilion.

Son chai fin de siècle, de style Gustave Eiffel, donne à la vinification ici un sens supplémentaire à son histoire », explique Peter Kwok par voie de communiqué de presse.

Ce dernier possède déjà le Château Tour Saint Christophe et le Château Haut-Buisson, achetés en 1997, la première acquisition chinoise à Saint Emilion. Il a également investi dans cette même appellation en 2015 dans le Château Tourans, dont les parcelles sont, depuis son rachat, utilisées pour approvisionner les Châteaux Tour Saint-Christophe et Haut-Buisson. Il est implanté en Pomerol, où il possède le Château La Patache et l’Enclos Tourmaline. Il détient aussi non loin de là en Lalande Pomerol le Château de Viaud et en Castillon Côtes de Bordeaux le Château Le Rey.

Comme ses six propriétés, le Château Bellefont-Belcier sera géré par Vignobles K, dont le directeur général est Christophe Meyrou. « L’objectif est de porter Bellefont-Belcier à un niveau supérieur de qualité; la distribution se fera par la place de Bordeaux sur le marché libre », précise le communiqué.

Pour rappel, Vignoble K met en valeur, à travers son portefeuille de châteaux, plus de 75 hectares, en comptant cette dernière opération.

Peter Kwork est un investisseur respecté et apprécié par les professionnels Bordelais. Contrairement à certains de ses compatriotes chinois qui achètent des propriété mais qui vendent leurs vins uniquement en Chine, Peter Kwork respecte le schéma traditionnel du marché de Bordeaux et se vente de n’exporter que 20% de sa production vers l’Empire du Milieu. Un exemple d’intégration. Mais son origine vietnamienne, ancienne colonie française, n’est sans doute pas étrangère à son amour de la culture hexagonale.

Source: Info-Viti

À propos de l' auteur

Âgé de 45 ans, ingénieur agricole, diplômé de l’IHEDREA (Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole en 1995), j’ai poursuivi mes études par un master de Gestion, Droit et Marketing du secteur Vitivinicole et des Eaux de Vie dépendant l’Université de Paris 10 Nanterre et de l’OIV (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin - 1997). Lire la suite...