jeudi 23 novembre 2017
G Comme Géni  G Comme Gaultier

G Comme Géni G Comme Gaultier

L’été est, sans l’ombre d’un doute, la saison pendant laquelle Montréal, telle une belle courtisane, se met en opération séduction.  Faisons preuve d’imagination et tentons d’oublier pour quelques instants, les cônes oranges et les bouchons de circulation… rêver ne peut faire de tord à personne!
La bise ayant fait place à la brise, la ville peut maintenant chanter et danser à en perdre le souffle…!

Enfin du temps doux!!… si court cela soit-il.
diane gauthieri
 

Question de profiter de la frénésie estivale, je suis allée récemment z’yieuter une des fameuses expositions offertes par notre Musée des Beaux Arts car, à l’actuelle explosion des sens et des émotions, le MBA ne fait pas exception.

J’optai donc pour la rétrospective des créations de Gautier.  Les tissus, leurs textures et leurs couleurs ont toujours titillé ma créativité.  Mais alors là, attention!... dans le cas de cette étalage de géni créatif, le mot titiller s’est avéré bien faible… « Époustouflé » serait plus approprié.  Cette visite fût en tout et pour tout, un « WOW » incontestable!!!

« G » COMME GUIDE…


Je pensais connaître Jean Paul Gaultier… son style, ses parfums… son histoire.  Je n’y étais pas du tout.  En fait, j’étais à des années lumières de tout ce qu’il a créé et du comment il y est parvenu.  Si je n’avais opté de faire exception, lors de cette visite, je serais probablement encore passée à côté.  Basé sur des expériences du passé, j’étais plus ou moins convaincue de la différence que pouvait apporter les commentaires d’un des gentils guides formés par le Musée; je décidai tout de même, instinctivement, de m’ajouter à un petit groupe qui entamait la visite.

Notre guide était une petite dame d’un âge indéterminé.  Ses grosses lunettes noires faisaient contraste avec ses cheveux gris coupés courts;  vêtue d’un t-shirt et d’un jeans noirs, elle dégageait une certaine marginalité qui m’inspirait.
Ainsi commença l’aventure.... laquelle pour le plaisir de tous, se transforma rapidement en un pur délice!! 

Marie-Josée Daoust, est le nom de la petite bombe qui nous a guidé dans les dédales de cette « exhibition »; celle-ci est en fait une passionnée, dotée d’une facilité d’élocution sans pareil!  C’est une « raconteuse ».  Parfois pour et parfois contre, les choix de styles de Gaultier, elle nous raconte le cheminement de celui-ci avec un discours ponctué de souvenirs personnels et croustillants de l’époque.  Nous sommes suspendus à ses lèvres;  tous s’agglutinent afin de ne rien manquer du discours captivant qu’elle nous tient. Des regards complices et des sourires s’échangent…J’ai l’impression d’assister à une conférence du renommé mais regretté Henri Boulizon, mon prof d’Histoire de l’art de jadis. 

Qui a dit qu’apprendre devait être lourd et ennuyant?...


Notre Directrice et conservatrice du MBA, Nathalie Bondil, a eu le flair de mettre à sa programmation d’été, la rétrospective des œuvres de ce désigner autodidacte et éclectique des temps modernes. Virtuose de la « Haute Couture », cet enfant terrible de la mode se démarque également  avec ses collections de prêt-à-porter.  Adepte de la récupération des matières, bien avant que le courant écolo ne greffe cette expression à notre palmarès des mots nouveaux, Gautier sait donner un second souffle aux objets désuets de tout acabit.  On dit qu’il puise son inspiration dans la rue.  À la recommandation de Marie-Josée, notre guide 100 milles watts, nous nous rapprochons des vêtements présentés, afin de découvrir de quelles matières ceux-ci sont confectionnés.  Les fou rires et les WOW d’admiration fusent alors allègrement. Ces chefs d’œuvres font penser à de savantes sculptures surréalistes réalisées par un magicien brocanteur. Qui dit mieux?....

Les gens qui savent traverser les époques tout en demeurant jeunes de cœur, n’ont pas d’âge.  On dit que Gaultier adore faire et défaire ses créations au gré de son inspiration… c’est ce que ses réalisations dégagent.  Rien n’est sclérosé… l’électricité, l’humour, la vie sont palpables dans toutes ses époques.  Du corset à la robe de mariée, de la tôle à la peau, en passant par les perles, les tatous et les plumes, on sent que Gautier vibre et s’amuse à faire ce qu’il fait…. Il ne se prend pas au sérieux.  Il connaît le corps humain sous toutes ses coutures et il jubile à le mettre à son avantage.

Il en était de même, pour notre guide Marie-Josée.  Sans aucune prétention et avec une touche ludique, elle s’est donnée généreusement et nous a fait vibrer pendant deux heures, en nous transportant à la vitesse de l’éclair, sur la planète mode de ce Grand maître de la fantaisie…. avec un grand « G ».   Ravis de ce moment parfait, nous l’avons applaudie chaudement et avions tous envie de dire : ENCORE, ENCORE, ENCORE….!  Je n’avais jamais ressenti, jusqu’à ce jour, une telle fébrilité en visitant une exposition.
Marie-Josée Daoust,  BRAVO!! et Grand merci pour ce beau partage de passion.

«G » COMME GARANTI…!


Une visite de cette exposition (surtout avec la collaboration d’un gentil GUIDE du MBA), est un plaisir GARANTI !!  Je suis convaincue que nul ne pourra demeurer indifférent à la créativité et à l’audace de Gaultier.  La preuve, « Le Festival juste pour rire » a inauguré sa programmation hier soir avec la grande parade « PINKARNAVAL ». 

 
AVIS aux passionnés de MODE & de DANSE :
Le dimanche 17 juillet, un spectacle inspiré du monde de JP Gaultier sera présenté sur la scène Vidéotron de la Place des Festivals de Montréal.
&
LES PASSIONNÉS « tout court » pourront visiter (et revisiter) :
 « LA PLANÈTE MODE DE GAULTIER. DE LA RUE AUX ÉTOILES »
jusqu’au 2 octobre 2011, au Musée des Beaux Arts de Mtl, rue Sherbrooke Ouest.
 
Pour plus d’info consultez: mbam.qc.ca


Diane Senez
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

À propos de l' auteur

Artiste de naissance, Diane Senez a fait ses beaux-arts à Montréal et a, pendant plus de 20 ans, œuvré de façon active comme artiste-peintre et professeure d’arts. Son désir de créer étant nourri du besoin de faire des objets qui ont une fonction utilitaire, ce sont à tour de rôle, non seulement des toiles, mais une collection de vêtements... Lire la suite...