Imprimer cette page
Mon manège à moi

Mon manège à moi

Hé bien les Fêtes étant maintenant terminées, j’entame finalement ma série de chroniques traitant du « Mieux-être » en vous parlant de mon bien-être à moi. N’étant (Dieu soit loué!) pas unique au monde, vous vous reconnaîtrez fort probablement via mes propos….un peu longs, je l’avoue, mais les prochaines chroniques seront plus condensées. (…Promesse du Jour de l’An !)

Ceux qui se classent parmi la fameuse couche de société des plus étendues et populaires de l’heure, prénommée « Les BABYBOOMERS » ceux-là reconnaîtront sûrement cet extrait d’une chanson qu’ont chanté les Grands comme Piaf et Montand…

« Tu me fais tourner la tête…mon manège à moi c’est toi…Je suis toujours à la fête quand tu me tiens dans tes bras !!! »

Bien qu’avançant en âge (et je vous le souhaite en sagesse), on peut dire que la vie ne nous ménage pas pour autant…Je dirais même que c’est inversement proportionnel. J’aime bien cette expression… c’est à peu près ce que j’ai retenu le mieux de mes cours de Géométrie, mis à part le théorème de Pythagore, à cause du nom que je trouvais plutôt exotique…!!!

Dans le dernier trimestre de 2008, particulièrement bien brassée par certains éléments de ma vie, j’ai décidé de changer les énergies en posant ma candidature au concours provincial de M. et Miss Boomers 2008. Encouragée par mon chum et ma fille, j’ai surmonté la remise en question existentielle de mes capacités que ma chère ménopause avait fait germer dans ma petite tête de quinquagénaire et j’ai expédié mon formulaire d’inscription à Carole Le May.

Cette dame s’avère être, selon moi, une visionnaire en son genre. Elle s’est donné comme mission de vie d’agir à titre de défenderesse de la masse critique que nous constituons via son site www.citeboomers.com !! Pour ce faire, elle organise moult projets assurant ainsi aux 45-65 une visibilité qui ne peut à moyen-long terme qu’augmenter notre crédibilité en assurant notre présence via divers canaux d’information et (souhaitons-le très fort), éventuellement d’influence.

Ce Gala s’est avéré être (au-delà de mes prédictions) un défi de taille à plusieurs niveaux, Cette aventure m’a prodigué une bonne dose de plaisir et de fierté et m’a aussi retrempée dans l’atmosphère de travail qui a occupé ma vie au cours des quelques 37 dernières années !!... Comme on dit; « Où y a de l’homme, y a de l’hommerie »… Et quand y a des femmes…??? OH lala !!

Certains souvenirs de cette expérience me laissent donc un petit arrière goût de « déjà-vu »…..

Je constate cependant que ce frottage à la nature humaine est comme un mal nécessaire…comme une façon de s’assurer que l’on est bien en vie…que l’on est toujours d’attaque et apte à survivre dans cette fichue jungle qu’est la vie.

On peut toujours s’isoler en travaillant à domicile, communiquer surtout par courriel afin de conserver le contrôle de nos moments d’intimité, jouer au Snow Birds une partie de l’année afin de se réchauffer les os et aussi garder nos distances avec la famille…mais lorsque vient le moment de « dealer » avec nos semblables, les blocages, les craintes ou les bogues qui n’ont pas étés réglés dans le passé ….Hé bien tel un tsunami les amis, toute cette belle vague nous déferle au visage avec une fougue incroyable!!!

Tout comme une crampe d’accouchement oubliée entre deux enfants ou deux poses de stérilets (les gars essayez de vous imaginer) cette sensation d’inconfort qui ne relève pas de notre contrôle est cependant la preuve qu’il nous reste une partie de travail sur soi à accomplir.

J’avais donc cru parvenir à échapper à mes petits malheurs quotidiens et avais considéré ce challenge comme une fuite en avant mais en fait un mur (et non un oasis) m’attendait dans le détour !! C’est donc confirmé, le mieux-être n’est absolument pas accessible via la facilité….dû moins je dirais le mieux-être « durable ».

« La vie n’est pas facile » …tel que s’acharnent à l’écrire certains auteurs de Best Sellers. Tout est question d’attitude et d’équilibre. Comme disent certains sages : Çà se travaille…. et certains d’entre nous ont plus de talent pour le faire que d’autres !!! On nous parle de visualisation….de lâcher prise… de demande claire faite à l’Univers….etc.

Personnellement, je découvre de plus en plus que pour être heureux il faut être avant tout courageux !!

Courageux pour passer aux actes…Courageux pour être capable de prendre sa place…Courageux afin d’établir ses limites et courageux surtout pour informer les autres de notre nouvelle façon de faire.

Avoir le courage de se choisir…C’est pas évident !! En m’inscrivant à ce concours des Boomers, l’exploit, le vrai, est que j’ai eu le courage de me choisir!! Pendant les trois semaines qu’ont duré les préparatifs de l’événement, je me suis priorisée!! C’était pas la première fois…. mais çà faisait longtemps que, délibérément, je me mettais au second rang et que je me sentais de plus en plus « mise au rancart »… Mea Culpa…Mea maxima culpa !!

La posologie : « Pensez à vous régulièrement »… Simple vous me direz ?? Peut-être simple pour certains d’entre vous mais les statistiques sur la santé des 45-60 ans ne disent pas la même chose.

On nous affirme que le cancer est la maladie des gens qui ne parlent pas… en fait de ceux qui ne disent pas les « vraies affaires »… Les statistiques 2008 de la Société canadienne du cancer révèlent qu’en 2009, un canadien sur neuf sera atteint d’un cancer. On peut donc, selon les chiffres et si la tendance se maintient, affirmer que bien peu de gens ont le talent de se prioriser.

En attendant la prochaine chronique, demandez-vous donc si vous êtes vraiment à la bonne place et sinon, pouvez-vous y faire quelque chose avant qu’il ne soit trop tard ?....
Bien que cela ne soit pas nécessairement synonyme de facilité mais plutôt de… doigté : Dites-donc les vraies affaires…aux bonnes personnes afin que votre manège à vous tourne rond !

Tant qu’à moi, désolée pour Yves et Édith mais dorénavant : Mon manège à moi …c’est MOI !

De tout cœur,

BONNE ANNÉE …. Et surtout SANTÉ !!

Diane Senez
DS

À propos de l' auteur

Artiste de naissance, Diane Senez a fait ses beaux-arts à Montréal et a, pendant plus de 20 ans, œuvré de façon active comme artiste-peintre et professeure d’arts. Son désir de créer étant nourri du besoin de faire des objets qui ont une fonction utilitaire, ce sont à tour de rôle, non seulement des toiles, mais une collection de vêtements... Lire la suite...